samedi 18 août 2012

La marginalisation du Vaudou

La conclusion de cette malheureuse affaire de Marbial et de l'attaque mondialiste contre le Vaudou qui en suivi vient de paraître d'elle-même, dans cet article de Bonzouti.com, écrit par Jhonson Mardy le 13 août dernier. Il ne fait pas référence à l'évènement lui-même mais décrit l'ensemble dans lequel il s'insère.

 ---À quand la fin de la marginalisation du vaudou ?---

Jhonson Mardy
Paru dans Bonzouti.com le 13 août 2012

Le vaudou, bien qu’étant une religion ancestrale, a subi et continue encore de subir une certaine incompréhension frisant l’hostilité haineuse de la part des autorités, de la population... Ainsi, jusqu’à aujourd’hui, il reste marginalisé.

Coup d’œil rétrospectif et réflexif sur le vaudou haïtien

Après l’extermination des premiers habitants de l'île d’Haïti, les colonisateurs firent venir des esclaves noirs capturés dans leur pays d’origine en Afrique en vue d’assurer la continuité de l’exploitation. Pendant la période coloniale, ils ont imposé les valeurs européennes et le catholicisme romain aux esclaves. Ces derniers furent forcés d’adorer leurs dieux africains clandestinement et de cacher leurs attachements viscéraux à la religion ancestrale (réf 1).

Arrachés, abaissés, il ne restait que la croyance comme chose commune à ces hommes. Leur liberté était restreinte mais les colons n’étaient pas en mesure de contrôler leur pensée. A chaque moment, leurs dieux étaient présents dans leur esprit, ils formaient un seul et unique corps. A cet effet, la religion devint l’élément catalyseur transformant la résistance individuelle en une résistance collective. Indubitablement, le vaudou a joué un rôle capital dans la révolte des esclaves. Ainsi se justifie l'opinion du Docteur Jean Price Mars : « Pendant les treize années de violences, de privations, de tortures, les nègres puisèrent dans leur foi aux dieux d'Afrique l'héroïsme qui leur fit affronter la mort et réaliser le miracle de 1804 (réf 2).

Les leaders charismatiques comme Makandal, Hyacinthe, Boukman, Biassou conciliaient deux fonctions : l’une militaire, l’autre religieuse. Pour convaincre les esclaves, ils ont compris qu’il fallait avant tout faire partie intégrante de leur culte. Ils se sont servis des croyances pour pouvoir asseoir leur prestige. Musulman de naissance, Makandal n’inspirait pas trop confiance à ses pairs qui voyaient en lui un redoutable sorcier. C'est lui qui fut à l'origine de la célèbre cérémonie du bois Caïman (14 août 1791), donnant aux esclaves toute l'énergie qui les conduisait sur le chemin de la liberté. Il apporta le courage manquant à certains de ces guerriers en leur faisant croire que les balles des blancs ne pouvaient pas les atteindre (réf 3).

Né dans la clandestinité, le vaudou haïtien est un mélange du vaudou d’Afrique de l'Ouest et du folklore religieux chrétien. Tout au long de l’histoire d’Haïti, le vaudou ne jouissait d'aucune reconnaissance légale jusqu’à récemment. Il fut victime de persécution de toutes sortes de la part des colons qui considéraient les pratiques du vaudou comme barbares et menaçantes pour la sécurité même du système. Il est persécuté pour la plupart du temps par les personnages qui vont se succéder à la tête du nouvel État noir, voulant se démarquer des pratiques ancestrales, blanchir la culture haïtienne. Le vaudou s'est vu abandonné et méprisé par une bonne partie de la population. A cela s’ajoute le fait qu’au fil des années, le vaudou n’est plus utilisé à bon escient avec les pratiques de la sorcellerie comme la zombification, le loup-garou qui ont des conséquences néfastes sur la société haïtienne. En effet, rares sont ceux qui se disent « vodouisants» même si, pour bon nombre de sociologues, la plupart des Haïtiens pratiquent le vaudou à des degrés divers.

Du fait de ses origines, le vaudou haïtien est sans nul doute l’aboutissement de diverses croyances. Le vaudou intégra des éléments des religions africaines avec le culte des saints dans la religion catholique. On peut considérer la célèbre cérémonie du bois-Caïman qui conduisit à la libération des esclaves comme l’une des pratiques marquant le Vaudou haïtien. Le vaudou haïtien se caractérise par des pratiques particulières, étranges et même « mystiques » si bien qu’on peut se demander s’il s’agit d’une véritable religion ou d’une simple conception du monde. Pour ses adeptes, c’est une religion à part entière devant jouir les mêmes privilèges que les autres. Signalons toutefois qu’il n’existe aucune définition de la religion acceptée à l’unanimité Cependant, on peut identifier bon nombre d’éléments couramment invoqués parmi les nombreuses définitions données tels que : croyances, pratiques, affiliations et institutions afférentes. Au regard de ces éléments classiques de la religion, le vaudou en est-il une ?

Le vaudou est un « système complexe de connaissances qui n’a rien à voir avec les visions simplistes qui consistent soit à planter des aiguilles dans des poupées ou à transformer des innocents en zombies. C’est une forme organisée de support communautaire qui apporte une signification à l’expérience humaine en relation avec les forces naturelles et supranaturelles de l’univers. » (Réf 4). Ces derniers croient en un en « Être suprême identifié au Dieu des chrétiens et qu'ils appellent le "Bondye" en créole. Toutefois, le "Bondye" vodou ne s'immisce pas dans les affaires humaines. Il est plutôt une figure royale déléguant ses pouvoirs aux saints, esprits et "lwas". Ceux-ci agissent comme ses plénipotentiaires. » (Réf 5). Ils sont généralement assimilés aux saints de la religion catholique romaine.

La consécration juridique du Vaudou

Comme évoqué ci-dessus, le vaudou n’était pas reconnu légalement comme une religion à une date encore récente. C’est ainsi que les prêtres et adeptes du vaudou ne jouissaient d’aucune reconnaissance de la part de l’Etat. Ce qui faisait du vaudou une simple pratique clandestine au regard de la loi. Le décret-loi du 5 septembre 1935 le comptait même parmi les croyances superstitieuses prohibées. L’on comprend bien que la liberté de conscience et de religion n’était pas respectée.

Cependant, on a assisté à un éveil de conscience à partir de 1986 car la liberté de religion est l'un des aspects les plus révélateurs de la Constitution haïtienne du 29 mars 1987, stipulant en son article 30 que « toutes les religions et tous les cultes sont libres. Toute personne a le droit de professer sa religion et son culte, pourvu que l'exercice de ce droit ne trouble pas l'ordre et la paix publics. » L’article 297, avant son abrogation par l’amendement controversé de la constitution, abolissait aussi « toutes les Lois, tous les Décrets-Lois, tous les Décrets restreignant arbitrairement les droits et libertés fondamentaux des citoyens» dont celui du 5 septembre 1935. L’abrogation de cet article inquiète les responsables du vodou au plus haut niveau.

En avril 2003, l’ex-président Jean-Bertrand Aristide a publié un arrêté reconnaissant le vaudou « comme religion à part entière, devant remplir sa mission sur le territoire national en conformité à la Constitution et aux lois de la République.» (Art 1.) Par cet acte, Aristide a témoigné, dans une certaine mesure, de la volonté de l’État de placer le vaudou sous la protection des lois et institutions du pays au même titre que toutes les autres religions. En son article 5, le décret autorise « le chef de culte vodou, responsable d’un temple ou d’un haut lieu sacré…à prêter serment par devant le doyen du Tribunal Civil de son ressort. Une fois assermentés, les Chefs de culte vodou peuvent être habilités à célébrer baptêmes, mariages et funérailles. » Dans les faits, malgré cette reconnaissance, le vaudou a toujours fait face une discrimination comme par le passé.

Le vaudou, une religion marginalisée

Au XIX siècle, le vaudou était assimilé à du barbarisme par les occidentaux. Il connaitra des heures sombres et sera diabolisé. Au moment de l’esclavage, le code noir en 1685 a introduit une méthode pour réprimer le vaudou. Cette répression ne sera jamais interrompue, car plusieurs décrets et ordonnances ont érigé le vaudou comme pratique sorcière. Des crimes de sortilège et crimes de rébellion se confondent peu à peu.

Toussaint LOUVERTURE interdît tout rassemblement nocturne dans les bourgs sous peine de punitions corporelles et de peines de prison. En réalité, c’est une mesure qui tendait beaucoup plus à prohiber le vaudou. Son successeur Jean Jacques Dessalines, lui, fît exécuter certains vodouisants pour semer la crainte en leur sein. Ainsi, il les obligea à abandonner la pratique.

Après Dessalines, le gouvernement de Boyer a adopté un code rural en 1826 qui qualifiait la pratique du vaudou de superstition. Elle sera une nouvelle fois condamnée. L’article 246 du code pénal du 11 août 1835 précise : « Est aussi qualifié attentat à la vie d’une personne, par empoisonnement, l’emploi qui sera fait contre elle de substances qui, sans donner la mort, auront produit un effet léthargique plus ou moins prolongé, de quelque manière que ces substances aient été employées et quelles qu’en aient été les suites. Si par la suite de cet état léthargique, la personne a été inhumée, l’attentat sera qualifié d’assassinat. »

Au début du 20ième siècle, le vaudou a été utilisé comme prétexte par les américains pour occuper le pays. Ils voulaient éradiquer le vaudou car selon eux, c’est le vaudou qui rendait plus difficile la lutte contre les cacos, un groupe rebelle dans le pays à cette époque. Selon les américains, tous les chefs cacos furent des prêtres vaudou.

Les politiciens ont trouvé également dans le vaudou un prétexte de choix pour diviser les haïtiens. Les intellectuels haïtiens eux-mêmes ne voulaient surtout pas qu’on les associe à ces pratiques qu’ils qualifient « d’africaines ». Le vaudou a donc servi de justification pour le système de « caste » qui prévalait en Haïti.

Soulignons le cas anecdotique de l’empereur Faustin Soulouque, grand adepte du vaudou qui fut en même temps l’un de ses principaux bourreaux, si l’on croit Alfred Malraux dans son ouvrage « le vaudou haïtien »

Quant à François Duvalier, il a « su utiliser tout l’imaginaire du vaudou pour asseoir son pouvoir. Il utilisait le côté le plus extrême du vaudou pour faire croire au peuple que son pouvoir avait quelque chose qui relevait du mystère. Il organisait de grandes cérémonies de vaudou auxquelles devait assister son gouvernement. » (Réf 6) Ainsi, le départ du Président Jean-Claude Duvalier en 1986 a entraîné de violentes persécutions à l’encontre des vodouisants.

Les rapports entre le vaudou et le christianisme ont toujours été conflictuels. L’église catholique a toujours qualifié de pratique sorcière le vaudou. Pour l’église protestante, le vaudou est toujours assimilé à de la sorcellerie.

Les adeptes du vaudou sont également victimes de persécutions en cas de malheur. C’est ainsi que lors du séisme du 12 janvier 2010, ils ont été accusés d’être à l’origine du séisme qui a dévasté le pays. Ces accusations ont viré à des violences lorsque des groupes de chrétiens évangélistes ont jeté des pierres sur les participants à une cérémonie vaudou.

Plus récemment, lors de la flambée de choléra meurtrière en Haïti, des prêtres vaudou ont été battus à coups de machette et de pierre avant d’être brûlés dans la rue. Malgré les appels des autorités, les pratiquants du vaudou ont été soit lynchés, soit tués à coup de machettes par la population qui les accuse d’être à l’origine de la propagation de la maladie en jetant des sorts ou en répandant de la poudre mystique. De son coté, le chef suprême du vaudou, Max Beauvoir, « s'est plaint de ce que la police et les autorités ne faisaient pas tout ce qu'il fallait pour empêcher les lynchages et pour punir leurs auteurs » (réf 7).

Donc du fait de ces persécutions, nombreux sont les vodouisants qui ont encore aujourd’hui une certaine réticence à affirmer leur croyance religieuse au risque d’être persécutés. Nonobstant, pour certains, c’est aléatoire de vouloir considérer le vaudou comme une minorité religieuse en Haïti, car il représente « l’identité haïtienne » par rapport à notre histoire de peuple mais dire que la plupart des Haïtiens sont vodouisants est aussi fausse.

Minorité ou majorité : cela importe peu. Mais il nous faut cultiver davantage l’esprit d’amour, de tolérance et de paix. Éduquer la population, c’est l’une des conditions sine qua non pour que le vaudou cesse d’être marginalisé. Mais dans l’imaginaire haïtien, est-il possible véritablement de faire une démarcation entre le vaudou et la sorcellerie ? C’est là que le bât blesse !

Réf 1- Source : Microsoft Africana, 2000

Réf 2 Docteur Jean Price MARS Ainsi parla l'Oncle

Réf 3- Source: http://www.haiti-reference.com/religion/vodou/vodou.html

Réf 4- Source : Microsoft Africana, 2000

Réf 5- http://www.haiti-reference.com/religion/vodou/pantheon.php
http://afriquepluriel.ruwenzori.net/vaudou.htm

Réf 6- Le vaudou haitien (imc.mbhs.edu/forlang/Haiti/Le%20vaudou%20haitien%20.doc)
Réf http://www.haiti-reference.com/religion/vodou/pantheon.php
http://www.bibliomonde.net/donnee/haiti-religions-287.html

Réf 7- http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20101223.OBS5175/haiti

dimanche 12 août 2012

Approche magique de l'agriculture (3)

Le 6 août dernier, la Jérusalem des Terres Froides avait présenté un court texte sur l'agriculteur naturel Masanobu Fukuoka. Voilà qu'elle trouve sur le site de documentation Aryanalibris deux ouvrages de Fukuoka que l'on peut télécharger gratuitement, La révolution d'un seul grain de paille, paru en 1975 et L'agriculture naturelle, paru en 1985. Une excellente initiative de ce site où l'on peut trouver des trésors de médecine et de survivalisme.

Exemple de propagande mondialiste contre le Vaudou (5)

Avec cet article d'AlterPresse, on constate que l'affaire de Marbial a relancé les attaques mondialistes contre le Vaudou. Le grand houngan haïtien Max Beauvoir (que l'on peut voir dans le documentaire de Lesarchivesdusorcier) proteste contre les accusations habituelles de sacrifices humains. Ici les mondialistes sont l'Église Catholique avec le prêtre Louis Gabriel Blot qui utilise directement un vocabulaire de magie noire ("sacrifices maléfiques") et la foire des Protestantismes qui laissent sous entendre que les infanticides sacrificiels sont "historiques" dans le Vaudou et que celui-ci n'est pas adapté à l'époque moderne. Bref, le Vaudou est trop rebelle pour le gouvernement mondial et ce dernier veut le voir disparaître sous l'étiquette infamante de "superstitions pouvant mener à des atrocités", à défaut d'en venir à bout physiquement.

On aurait pu croire à prime abord que la Franc-Maçonnerie, si impliquée dans le mondialisme au sein des grandes loges spéculatives occidentales, se déchaîne ici aussi contre le Vaudou. Mais comme il s'agit ici d'une loge haïtienne, il y a toutes les chances qu'il s'agisse d'une loge opérative n'ayant aucun lien avec les F-M mondialistes. D'ailleurs, on remarque que le vénérable Boulay de l'article utilise d'emblée un vocabulaire de magie, ce qui va dans le sens de l'opératif et non du spéculatif.

---Haïti - Justice : Le Vodou n’est pas en cause dans les récents crimes d’enfants, réagit l’Ati national---

Port-au-Prince
Publié par AlterPresse le 10 août 2012

« C’est une méchanceté de la part de celles et de ceux, qui veulent diaboliser le Vodou pour précipiter sa destruction. Ceux qui ont posé ces actions n’ont rien à voir avec le Vodou ».

C’est la réaction de l’Ati national (chef suprême du vodou), Max Gesner Beauvoir, suite à plusieurs cas d’assassinat d’enfants mis en lien avec des sacrifices vodou.

Joint au téléphone par AlterPresse, l’Ati national rejette tout lien automatique entre ces actes criminels, empreints de mysticisme, et la religion qu’il professe.

Le Vodou est une religion, basée sur la « célébration de la vie », souligne Beauvoir. et ajoute que
« Toutes celles et tous ceux, qui cherchent, d’une façon ou d’une autre, à rapprocher ces sacrifices humains au vodou, ont 500 années de retard mental », estime-t-il.

Le 25 juillet 2012, une fillette de 6 ans a été retrouvée mutilée dans un champ de canne-à-sucre dans la localité de Montegrande (3e section communale de Hinche, dans le département du Centre).

Chrismael Jean aurait été sacrifiée aux fins de gagner au loto, affirment des parents de cette victime dans la localité de Montegrande.

Sous prétexte qu’ils étaient possédés par des esprits démoniaques, Laurana Chéry (15 mois), Sophiana Chéry (3 ans), Tony Chéry (4 ans) et Mirlanda Chéry (7 ans) ont été battus à mort par un prétendu houngan, le 1er août 2012, en présence de leur mère, Andrée Chéry, dans la localité de Marbial (Sud-Est d’Haïti).

Vodou : culte de la vie

« La vodouisante / le vodouisant apprend à célébrer la vie. Le houngan passe les 41 jours de son initiation dans le houmfort à apprendre la vie en communauté, à aimer sa vie et celle de ses semblables », précise l’Ati national haïtien du vodou.

Les crimes, commis selon la distinction établie par la religion vodouesque, semblent davantage être le fait de "bòkò" que de véritables houngans.

Un houngan est un prêtre initié du vodou, qui a appris l’art de la vie, à qui sont révélés les secrets de la médecine traditionnelle « pour donner la vie », tandis qu’un « bòkò est un charlatan du vodou, qui n’a reçu aucune initiation et qui pratique sur le tas », explique Beauvoir.

Alors que dans le rite "Rada" l’initiation dure 41 jours, dans le rite "Congo", « il n’y a qu’un laver-tête de 24 heures ». Les bòkò, eux, ne subissent ni initiation ni laver-tête.

Des crimes crapuleux, loin de toute religion ?

« Ce sont des sacrifices maléfiques, des horreurs inqualifiables », juge le prêtre catholique romain Louis Gabriel Blot, curé de la paroisse Saint-André à Dufort (Léogane, à une trentaine de km au sud de Port-au-Prince).

« C’est de la plus haute méchanceté », s’indigne l’Ati national, chef suprême du vodou, Max Gesner Beauvoir.

Pour Clément Joseph, pasteur protestant et directeur de la mission sociale des églises haïtiennes (Misseh), en plus d’être « non seulement un témoignage de non-respect pour la vie même des plus innocents, de tels actes sont aussi des crimes odieux devant être sévèrement punis par la justice haïtienne ».

Il y a une tendance, signale Joseph, à attribuer au vodou de telles pratiques, qu’il qualifie d’ « historiques ».
La religion vodouesque doit « se moderniser, et ses autorités religieuses doivent se démarquer ouvertement de ces pratiques », estime, de son côté, Édouard Paultre, très connu dans le milieu protestant.

Crimes attribués à l’exorcisme ?

Les crimes, notamment celui commis à Marbial (Sud-Est), ont aussi été rapprochés à l’exorcisme.
Cette opération apparaît comme empreinte d’une grande confusion. Si la plupart des religions en Haïti utilisent l’exorcisme, elles ne la voient pas, toutes, de la même manière.

Michel Archange Boulay, vénérable en exercice de la loge maçonnique l’Étoile d’Haïti # 5, interprète ces actes comme des cas « d’interpellations d’esprits démoniaques, en vue d’obtenir des faveurs quelconques. Ce ne sont pas des exorcismes ».

Quid de l’exorcisme ?

Beauvoir n’y va pas par quatre chemins.

« Toutes les religions font de l’exorcisme : les catholiques romains, les protestants ou les Francs-maçons », dit-il.

Boulay ne dément pas l’Ati national du vodou, en précisant combien « tout franc-maçon n’est pas exorciste. Ce n’est pas quelque chose qu’on reçoit à son initiation. C’est un choix du frère ».

Les techniques peuvent être variées, d’un courant religieux à un autre.

Mais l’essence reste la même, précise le Vénérable Boulay en informant que le « au nom de Jésus, je te chasse démon » - que répètent souvent les protestants - est une formule d’exorcisme.

Dans le cas de l’église catholique romaine, la pratique est institutionnalisée.

« Chaque diocèse de l’église catholique romaine a son prêtre-exorciste, nommé par les autorités ecclésiastiques en fonction de la pureté de vie, de la sainteté de la personne et de son aura. C’est important pour pouvoir faire face aux esprits maléfiques », informe le prêtre Blot.

Cependant, dans le courant protestant, il existe une certaine prudence à utiliser le concept exorcisme.
Même si, sur le fond, il s’agit de la même opération, le pasteur Joseph préfère parler de « prière d’intercession » pour conjurer le mal de l’individu.

Des sectes, appelées « armées célestes », dans le courant protestant, utilisent une forme d’exorcisme, dans laquelle la personne dite « possédée » est bastonnée, forcée d’inhaler des substances, telles de l’ammoniaque (Alcali) ou du formol.

A cela, Clément Joseph rétorque qu’elles ne « répondent à aucune logique du protestantisme. Elles n’appartiennent à aucun groupe de protestants constitués. Leur soi-disant pasteur n’ont reçu aucune formation théologique ».

Reste que « Jésus est le plus grand des exorcistes pour le monde chrétien », argue le vénérable de l’Étoile d’Haïti #5, Michel Archange Boulay.

samedi 11 août 2012

L'envoûtement « démocratique »

La Jérusalem des Terres Froides ne peut passer sous silence ce texte absolument génial de Guillaume de Rouville, publié sur L'idiot du village puis relayé par Le grand soir et Vigile. Il décrit à merveille l'effet d'envoûtement créé par le spectacle médiatique appelé « démocratie » et en démontre l'aspect religieux, au sens sectaire et fanatisé du terme, avec ses conséquences partout sur la planète. Une véritable « sorcellerie des élites », bien plus réelle et effective que les débauches qui peuvent avoir lieu au Bohemian Grove ou au Skull and Bones.

On ne répètera jamais assez que les médias, et surtout les grands mass-medias, sont du religieux. Un religieux factice car n'ayant aucun accès à la transcendance mais comportant néanmoins ses obligations, ses prêtres, ses rituels, sa symbolique, sa cosmogonie, son eschatologie, etc. La JTF craint fortement qu'avec l'évacuation du religieux traditionnel dans la sphère publique, toute la place soit laissé à ces ersatz de religions que sont les médias et la « démocratie », pour un résultat qui soit finalement bien pire.

 ---Le dogme de l'infaillibilité démocratique---

Guillaume de Rouville
Publié sur L'idiot du village le 6 août 2012

Comme nous le montrent les conflits en Libye et en Syrie, les démocraties occidentales peuvent instrumentaliser le terrorisme islamique avec leurs alliés d’Arabie saoudite et du Qatar, provoquer et entretenir des guerres civiles dans des pays en paix, se rendre coupables de crimes contre l’humanité  pour accomplir les objectifs géostratégiques de leurs élites libérales, sans que leurs opinions publiques ne s’en émeuvent outre mesure. Cette atonie de l’opinion publique occidentale s’explique en partie par la force d’un dogme tout puissant qui structure l’idéologie démocratique et l’âme de ceux qui jouissent de ses bienfaits : le dogme de l’infaillibilité démocratique.

D’après ce dogme, la démocratie occidentale ne peut jamais mal agir. Toutes ses actions sont empruntes d’une sorte de grâce qui transforme un crime en acte héroïque, une guerre de conquête des ressources naturelles d’un pays en une épopée pour la liberté, l’asservissement de populations au libéralisme le plus dur en libération des peuples opprimés, un vote contrôlé en expression de la volonté populaire (Irak, Soudan, Libye).

Dès que vous questionnez l’innocence de vos dirigeants (sur des sujets comme le 11-Septembre, l’Irak, la Libye, la Syrie) qui incarnent, semble-t-il, à eux seuls, la démocratie et ses valeurs supposées, les défenseurs de ce dogme lâchent contre vous leurs inquisiteurs chargés de le faire respecter (de BHL à Botul et de Botul à Bernard-Henri Lévy). Ainsi, prêter aux démocraties occidentales de mauvaises intentions dans les relations internationales, c’est contester ce dogme et s’exposer à faire l’objet d’un lynchage médiatique. Se poser des questions sur les arrières pensées de ses dirigeants, c’est remettre en cause ce dogme et risquer de se faire diffamer (vous devenez un paranoïaque, un révisionniste, un antisémite, un anti-américain, etc.). Penser que ses élites puissent commettre des crimes contre l’humanité de manière répétée, c’est manquer de respect à l’égard de ce dogme et s’attirer les mauvaises grâces du pouvoir et de ses gardiens.

L’opinion publique occidentale qui baigne, sans nécessairement le savoir, dans le dogme de l’infaillibilité démocratique, est prompte à prendre la défense de l’inquisiteur en qui elle voit l’honnête homme, le défenseur des vertus démocratiques, celui qui porte la règle et sa légitimité. L’effronté qui oserait, par exemple, jeter toute la force de sa réflexion contre ce dogme dans les conflits libyen et syrien et qui mettrait en avant l’instrumentalisation par l’Occident du terrorisme islamique à l’origine du chaos politique, économique, social et humanitaire que connaissent ces deux pays, se verrait accusé immédiatement de soutenir les dictateurs massacreurs de leur peuple. Il ne viendrait à l’esprit d’aucun défenseur du dogme que l’on puisse honnir les dictateurs laïques tout autant que ceux qui veulent les faire tomber afin de les remplacer par mille tyrans wahhabites et islamistes au service d’élites occidentales massacreuses d’innocence et fauteuses de guerre. Il ne viendrait à l’esprit d’aucun lecteur assidu du Monde, du Guardian ou du New York Times de douter de la présentation des événements par ces quotidiens qui dépeignent les insurgés syriens sous les traits des combattants de la liberté, alors que la quasi-totalité d’entre eux ne sont pas Syriens (mais Jordaniens, Irakiens, Libyens, etc.), qu’ils tentent d’imposer la charia par le terrorisme de masse, qu’ils défendent le salafisme façon wahhabite et sa vision obscurantiste de l’Islam, qu’ils massacrent systématiquement tous ceux qui ne partagent pas leur point de vue ou appartiennent aux minorités religieuses, qu’ils répondent à des donneurs d’ordres basés en Turquie, en Arabie saoudite, au Qatar et aux États-Unis et, enfin, qu’ils portent les couleurs d’Al-Qaïda.

Le citoyen occidental ne veut ou ne peut pas croire que ses dirigeants et ses médias puissent à ce point le manipuler et lui cacher la vérité. Cette pensée est au-dessus de ses forces ou de ses défenses immunitaires psychologiques et contraire au dogme qui est encré dans son cerveau de bourgeois cultivé depuis sa plus tendre enfance. Car s’il devait admettre qu’une telle manipulation était possible, il viendrait immanquablement à perdre ses repères, à douter de la nature réellement démocratique de son régime politique et il verrait, alors, toutes ses croyances dans les vertus de son système s’effondrer sur leur base. Reconnaître les crimes de nos élites, qu’il s’agisse de crimes politiques ou de crimes médiatiques, requiert de se projeter hors de soi et de son ethnocentrisme occidental pour penser que ‘l’autre’ n’est pas nécessairement un ‘barbare’ et pour effleurer l’idée que ses dirigeants, pourtant élus démocratiquement, puissent être des démocrates aux mains sales.

Les inquisiteurs du dogme ne peuvent pas s’élever au-dessus de leur aveuglement sans perdre leur foi dans leur système, sans perdre aussi tous les bienfaits personnels qu’ils peuvent tirer de leur position au sein de la hiérarchie des défenseur du dogme. Ne vous attendez donc pas à ce que les profiteurs du dogme répondent aux arguments soigneusement étayés que vous pourriez développer, ils ne détestent rien tant que la réalité. Ils n’ont, par ailleurs, pas plus de conscience morale que les profiteurs de guerre et ne méritent sans doute pas que nous engagions avec eux un dialogue courtois : ce sont, à vrai dire, les mêmes. Mais qui sont-ils au juste ? Ils ont un nom : on les appelle les Atlantistes.

Ce qui unit les élites politiques, culturelles, financières occidentales, c’est cette idéologie atlantiste qui ne souffre la contestation qu’à la marge. Si les hommes politiques ou les journaux de droite et de gauche peuvent s’étriper à loisir sur le droit à l’avortement ou l’abolition de la peine de mort, ils retrouvent toujours la voie de l’unanimisme lorsqu’il s’agit de défendre l’atlantisme dans ses fondements : ils seront ainsi unanimes pour défendre les traités européens qui ne font qu’entériner la doctrine libérale imposée par Washington ; ils seront unanimes également pour laisser l’Occident s’allier avec l’islamisme radical afin d’orienter les Printemps arabes selon les intérêts particuliers de leurs élites tout en prétendant, en même temps, défendre les valeurs des Lumières.

Pour tout démocrate sincère, celui qui croit davantage aux valeurs démocratiques qu’au système qui est sensé les mettre en œuvre, il est impératif de s’attaquer avec force à ce dogme parce qu’il est l’un des plus meurtriers qui soit : il permet, avec une impunité déconcertante, les actions les plus criminelles de la part des démocraties occidentales qui sont, si on y prête bien attention, les régimes les plus violents et les plus meurtriers de la planète depuis la chute du mur de Berlin et la disparition de la menace communiste.
Il est nécessaire de s’acharner contre les bases de ce dogme pour le faire crouler avant qu’ils ne nous emporte tous, démocrates d’ici ou d’ailleurs, dans le chaos sans fin d’une guerre des peuples et des civilisations voulue par une élite indigne de gouverner nos destinées. Les dogmes, comme les dictatures et leurs représentants, sont faits pour être renversés. Et comme le Krak des Chevaliers, cette forteresse imprenable en terre syrienne, ils ont leurs failles.

Guillaume de Rouville, auteur de La Démocratie ambiguë, Éditions Cheap, juillet 2012

 

vendredi 10 août 2012

Exemple de propagande mondialiste contre le Vaudou (4)

La Jérusalem des Terres Froides a retrouvé encore quelques articles sur la malheureuse affaire de Marbial. D'abord une copie "pirate" de l'article de La Presse, avec la même photo mais sans le nom du photographe, par le site HaitiWebs et une reprise de l'article du belge 7 sur 7 avec la photo du pick-up sur Lesmoutons enragés. Ensuite un article d'HaitiPress Network qui parle ouvertement de houngan mais à qui il ne reconnaît pas le titre de guérisseur (notez la photo avec le vêvê d'Erzulie, qui encore une fois n'a aucun rapport avec l'affaire). Haitien marche, dont le premier mot est "charlatan". Et finalement un premier article sérieux sur ce qui s'est passé, de la part de Bonzouti.com. Sauf HaitiWebs et Les moutons enragés, qui ne sont qu'une reprise de l'AFP, tout le reste est en-dehors de ce porte-parole des armées américano-sionistes.

Avec le réseau alternatif haïtien d'informations AlterPresse, nous avons le suite de l'affaire avec l'arrestation des présumés assassins (ce qui démontre l'efficacité de la police haïtienne, contrairement à ce que suggère la photo du 7 sur 7). Notez bien la nuance apportée avec « un prétendu houngan », ce que vous ne retrouverez pas avec l'AFP. Mais la JTF ne compte pas suivre plus loin, sauf s'il y a un nouveau rebondissement qui remet à l'avant les attaques mondialistes contre la religion Vaudou.

 ---Haïti-meurtre: 4 enfants d'une même famille tués à Marbial par un hougan---

Publié par Haiti Press Network le 3 août 2012 à 00 : 50

Quatre enfants d'une seule et même famille résidant à la cinquième section communale de Marbial dans le sud-est ont été retrouvés morts dans leur lit jeudi après avoir été soignés par un hougan, a indiqué à Haïti Press Network un des responsables du CASEC de la région. 

Il s'agit de 4 enfants âgés de 7 ans à 15 mois de la famille Chéry. Ces enfants auraient été tués par Wilfrid Louverture et son frère Laurent Louverture qui se seraient faits passer pour des guérisseurs, a déclaré le Casec Wilfrid Brisson contacté par téléphone par Haiti Press Network.

Les 4 enfants, trois filles et un garçon sont : Myrlande, 7 ans, Thony, 4 ans, Sofiana, âgée de 3 ans et Lorana âgée de 15 mois. Ils auraient été battus jusqu'à ce que mort s'en suive par le hougan qui faisait croire qu'il traiterait d'une maladie.

"Il a laissé les enfants sur le lit de la famille et demandé à leur mère de ne pas les réveiller", a raconté des voisins.

Selon le CASEC Wilfrid Brisson, les auteurs de ces actes ont eu le temps de prendre la fuite et se trouveraient actuellement à Port-au-Prince.

La mère des enfants Madame Jean-Claude Chéry est placée en garde à vue et doit subir un interrogatoire.

Leur père est un travailleur qui se retrouve pour l'instant en République dominicaine, a-t-on appris.

---Quatre enfants d'une même famille tués par un sorcier---

Publié par Haïti en marche, date de parution inconnue

Le charlatan prétendait qu'ils étaient possédés par un démon et qu'il pouvait les guérir en les rouant de coups. Quatre enfants d'une même famille ont été retrouvés morts jeudi dans la maison familiale après avoir été traités par un sorcier qui prétendait les guérir d'une maladie mystérieuse dans une petite localité au sud d'Haïti, a-t-on appris vendredi auprès d'un responsable local. "Les quatre enfants, trois filles et un garçon, dont l'aînée était âgée de 7 ans et la benjamine de 15 mois, auraient subi des sévices infligés par le guérisseur qui les avait pris en charge pour les soigner. Ils ont été ensuite abandonnés dans le lit de leur mère", a expliqué Wilfrid Brisson, responsable de la localité de Marbial (sud) joint au téléphone par l'AFP. Selon des voisins, le guérisseur, un prêtre vaudou assisté de son frère, avait fait croire à la mère des victimes que les enfants étaient possédés par un démon et qu'il pouvait chasser le diable qui les habitait. "Pour traiter les victimes, le sorcier et son frère les ont frappés à plusieurs reprises et les enfants seraient morts à la suite de ces coups", a raconté Wilfrid Brisson, responsable du conseil d'administration de la section communale de Marbial. Les meurtriers présumés se sont enfuis à Port-au-Prince, la capitale. Les autorités locales ont annoncé l'ouverture d'une enquête et la mère des enfants a été placée en garde à vue.

---Quatre enfants de quinze mois à sept ans assassinés par deux Bòkò et trois complices à Marbial---

Publié par Bonzouti.com le 2 août 2012 à 6 : 34

Mirlanda Chéry 07 ans élève des Frères Ste Anne de Marbial, Tony Chéry 04 ans, Sofiana Chéry 03 ans et Lorana Chéry 15 mois tous enfants de madame André Chéry alias madame Jean Claude ont été torturés et assassinés sous les yeux complices de leur mère, ce mercredi premier Août 2012 vers les 06 heures du soir à 5ème section du grand quartier de Marbial commune de Jacmel, localité Silder, par deux Bòkò Wilfrid et Roland Louverture et leurs deux sœurs Céliane et Déliane Louverture, et Jésula St Surin tante maternelle des victimes et fiancée de Roland Louverture, selon le PDG de la radio communautaire de Marbial Roger Léné, et le coordonnateur de l’Association des jeunes de Marbial pour le développement Louino Volcy.

Celui-là a précisé que le juge titulaire du tribunal de paix de ce quartier Nader Désir a été sur les lieux pour constater les décès, il a aussi ordonné l’arrestation de la mère des victimes.

M. Léné a expliqué que les meurtriers se sont rendus chez madame Jean Claude ce mercredi vers les 06 heures du soir et ont fait croire à celle-ci qu’ils sont habités par des loas. Ils ont raconté à la mère des victimes qu’une de ses voisines s’est rendue aux Anglais avec une poulette, un hougan de cette commune a fait un rituel magique sur la poulette et demandé à cette voisine de venir la relâcher dans la cour de madame Jean Claude pour tuer toute la famille.

Paniquée, madame Jean Claude les a autorisé de faire quelque chose pour conjurer le sort jeté par la voisine. Les deux frères Bòkò et leurs complices ont torturé des heures durant les quatre enfants sous le regard de leur mère. Ces enfants ont passé tout le temps a supplié leur mère de faire cesser ces tortures mais confiante et paniquée celle-ci a laisse les cinq meurtriers tués à petit feu ses enfants, fruits de ses entrailles.

Constatant le décès des quatre enfants les meurtriers ont dit à leur mère de les laisser se reposer et que le lendemain matin ils iront mieux, protégés de tout mauvais sort.

Naïve, madame Jean Claude les ont cru mais ce matin elle a constaté le décès de ses enfants. Madame Jean Claude et ses enfants sont victimes de la foi aveugle de celle-ci dans le vaudou, le pilier principal, le ‘poto mitan’’ du quotidien des haïtiens, depuis la fondation de cette nation il y a de cela 208 ans, cependant jusqu'à présent la législation haïtienne refuse de se lancer profondément dans la réglementation du Vaudou, l’unique élément rythmant la vie des haïtiens.

Notons que les meurtriers se sont enfuis en République Dominicaine selon les habitants de la zone.

---Haïti-Justice : 5 présumés meurtriers de quatre enfants de Marbial, arrêtés par la police de Jacmel---

Publié dans AlterPresse le 6 août 2012

L’un des présumés assassins de quatre (4) enfants, tués récemment à Marbial, a accusé la mère des victimes d’être impliquée, selon les informations recueillies par AlterPresse.

« Si c’est moi l’assassin, pourquoi toi, leur mère, tu ne t’es pas opposée et n’as pas appelé à ton secours ? Tu les as tués et les a recouverts d’un drap », a réagi Wilfrid Louverture, mis sous les verrous par la police départementale en compagnie de 4 autres suspects, tôt dans la matinée du vendredi 03 août 2012.

Laurana Chéry (15 mois), Sophiana Chéry (3 ans), Tony Chéry (4 ans) et Mirlanda Chéry (7 ans) ont été battus à mort, le 1er août 2012, en présence de leur mère, Andrée Chéry, qui est maintenant en garde à vue. Le drame est survenu après qu’une tante des enfants, Jésula Saint Surin (sœur de la mère) aurait indiqué à sa sœur que les enfants seraient sous l’effet d’un maléfice et que son mari, Wilfrid Louverture (un prétendu houngan : prêtre du Vodou haïtien), pourrait les guérir.

Wilfrid Louverture se serait fait accompagner de son frère, Roland Louverture, pour commettre le forfait au domicile de la mère des victimes.


mercredi 8 août 2012

Approche magique de l'agriculture (2)

Il y a quelques jours, la Jérusalem des Terres Froides a présenté un texte sur une approche naturelle de l'agriculture avec Masanobu Fukuoka. Et voilà que par l'entremise du site Égalité et Réconciliation, elle trouve la vidéo d'un agriculteur breton qui abonde dans un même sens : pas de labourage, pas d'engrais chimique.. La JTF vous relaie ses liens ici, considérant que sa diffusion est un devoir citoyen. Elle aurait bien voulu vous donner directement les "boites vidéos" mais comme il s'agit de Dailymotion et non de Youtube, il semble que l'hébergeur l'empêche.

---Nicolas Supiot - Le Soral du bio véritable---

Partie 1 sur 2, 19 min.53 :
http://www.dailymotion.com/video/xaa0f6_nicolas-supiot-le-soral-du-bio-veri_webcam?start=0

Partie 2 sur 2, 9 min.33 :
http://www.dailymotion.com/video/xaa0pd_nicolas-supiot-le-soral-du-bio-veri_webcam

Exemple de propagande mondialiste contre le Vaudou (3)

Toujours dans la suite de cette affaire d'infanticide utilisé pour discréditer le Vaudou, la Jérusalem des Terres Froides a trouvé un autre relais de la dépêche de l'AFP, le belge 7 sur 7. Il n'est pas nécessaire de reproduire l'article ici, le texte étant pratiquement le même que celui de La Presse et le 20 Minutes. Mais voici la photo qui accompagne l'article :

 
 
Cette fois-ci, on n'a pas montré une photo de "pratique bizarre et païenne" mais plutôt un cliché qui évoque le désordre, l'anarchie et la soi-disant "incapacité des Haïtiens à se prendre en main". L'intention générale reste la même, c'est-à-dire réduire le Vaudou à une conséquence de la misère et de la pauvreté. Bien sûr, cette photo n'a aucun rapport direct avec la nouvelle rapportée et elle provient d'une autre agence de presse mondialiste-sioniste, l'Associated Press.

lundi 6 août 2012

Exemple de propagande mondialiste contre le Vaudou (2)

Finalement, la Jérusalem des Terres Froides a trouvé un article sur cet "exorcisme"/infanticide provenant d'un média haïtien, donc d'une autre source que l'AFP mondialiste-sioniste. Il donne un nom au tueur et laisse à penser que celui-ci avait peut-être effectivement une réputation de houngan vaudou, ce qui ne l'empêche pas d'être possiblement un vulgaire gourou sectaire. Voici l'article en question :

---Drame familial dans le Sud ‘Est---

Publié dans EJ/Radio Métropole Haïti

4 adolescents, membres d'une même famille ont été assassinés, 1er Aout dernier, dans leur domicile à Gilbert, quartier de Marbiale dans le Sud Est.

Ce crime odieux a été commis par un prêtre vodou connu sur le nom de Wilfrid Louverture, alors que ce dernier présidait une cérémonie en vue de soigner les enfants victimes sur demande de leur mère.

Wilfrid Louverture aurait tué les enfants à coup de matraque et de machette sous le regard passif de leur mère.

Notons que six personnes ont été arrêtées dans le cadre de ce dossier dont la mère de ces enfants.

Approche magique de l'agriculture

Lors de sa fondation, il n'était pas prévu que la Jérusalem des Terres Froides reproduise des textes tirés de livres. Un ou deux à l'occasion, lorsqu'il s'agit de propos jugés pertinents et incontournables, sans plus. Mais force est de constater que la JTF dispose de nombreux articles et passages intéressants dans son fond documentaire et elle a donc décidé de vous en partager encore quelques uns.

Ici, la JTF vous présente un court article sur une approche magique de l'agriculture. Il provient d'un livre qui, a priori, n'est pas du tout dans les sujets de la magie ou l'agriculture mais plutôt dans une dénonciation du tout-internet : L'Enfer du virtuel, de Sébastien Vaas, paru à Lausanne aux Éditions L'Âge d'Homme en 2009. Il s'agit d'un excellent ouvrage qui a fait prendre à la JTF conscience des dangers que fait peser l'internet sur les communications humaines. L'article qui est présenté ici est tiré d'un encadré de la page 106, où l'auteur donne un exemple de communication naturelle.

---Deux approches de l'agriculture---

L'auteur qui, selon moi, a le mieux compris ce qu'était l'essence de la Nature est Masanobu Fukuoka, un paysan japonais qui a pratiqué pendant 50 ans l'agriculture naturelle, c'est-à-dire une agriculture où on laisse le plus possible la Nature croître par elle-même, sans avoir recours à des engrais, des pesticides ni même au labourage.

Son approche est intéressante, car elle pousse à se mettre au service de la Nature, à l'écoute de la moindre de ses indications. Le dialogue ne peut être imaginaire. On sème les graines "aléatoirement" la première année puis, selon ce qui a poussé, on ajuste l'année d'après jusqu'à ce que chaque végétal pousse là où il doit pousser. Ce faisant, la terre s'est régénérée, labourée par toute la faune s'abritant dans le sol.

M. Fukuoka a beaucoup insisté sur le fait que ce qui compte, c'est ce travail d'écoute, qu'il n'y a pas de formule magique et que cette "méthode" ne fonctionne que s'il y a transformation du paysan. Autrement dit, le bon rendement de la culture n'est qu'un indicateur de la croissance intérieure - une symbiose s'est établie, telle que les scientifiques ne pourraient jamais l'imaginer.

Sans surprise, son message a été très peu compris. Il reste un idéal pour beaucoup, mais la plupart des personnes rejetant la barbarie de l'agriculture scientifique ont préféré se tourner vers la biodynamie anthroposophique où, par de multiples calculs astrologiques, il est possible de planter les graines au parfait moment et de s'assurer une croissance maximale.

Cela fonctionne : les fruits et les légumes sont plus gros et plus savoureux. Néanmoins, une question reste posée : en quoi cela a-t-il de l'importance, hormis le fait de manger mieux ? L'homme continue désespérément à mettre les résultats extérieurs avant sa propre vie intérieure. Il préfère calculer la position des astres, plutôt que de s'abandonner avec confiance à l'inconnu...

Est-ce de la peur ou de l'orgueil ?

Sébastien Vaas

dimanche 5 août 2012

Exemple de propagande mondialiste contre le Vaudou

Cet organe de propagande mondialiste qu'est l'Agence France Presse (AFP) et ses complices montréalais La Presse, australien Herald Sun et suisse 20 Minutes viennent de nous refaire le coup de la « méchante religion vaudou » ce 3 août dernier. Un fait divers rapporte en Haïti le meurtre de quatre enfants par un « prêtre vaudou » qui aurait voulu « chasser le diable qui les habitaient ».

Bien sûr, il s'agit d'un événement malheureux mais n'ayant aucun rapport avec le Vaudou. Si l'infanticide était une pratique vaudouïsante, cette religion aurait disparue depuis longtemps. Outre le « sensationnalisme du sang » dont nos mass-médias sont si friands, le seul intérêt à publier ce fait divers est d'associer dans la tête des lecteurs les mots « Vaudou » et « meurtre ». Pour en arriver là, il faut que le mondialisme ait réellement peur de cette spiritualité. Il ne s'est jamais remis de sa défaite à Bois-Caïman à la fin du XVIIIe siècle, il a toujours voulu se venger par l'intermédiaire de Napoléon, de la « campagne contre les superstitions », de l'occupation états-unienne du début du XXe siècle, de la dette-arnaque actuelle et ce genre d'article mensonger.

Le titre de l'article suisse est pernicieux. "Un exorcisme tourne mal" suggère qu'il s'agit au départ d'un véritable rituel vaudou mais qui aurait dérapé, alors qu'il s'agit d'un fait divers mettant en scène un criminel et/ou un schizophrène. Quand au titre australien, il est ouvertement infamant ; on vous annonce d'emblée une cérémonie religieuse qui mène au meurtre. Ce n'est pas parce que le meurtrier a commis son geste pour des raisons d'esprits que cela fait de lui un authentique houngan, un "prêtre" vaudou. Il n'est même pas dit qu'il croyait réellement aux esprits lorsqu'il a commis l'irréparable. On voit bien que l'intention est d'induire l'idée que le Vaudou est un tas de superstitions donnant lieu à des atrocités. On l'appui avec une photo de bidonville, une "poupée-vaudou" sur la croix ou encore avec un jeune qui a un crâne sur la tête dans un cimetière, pour être bien sûr que l'Occidental moyen réagisse avec dégoût. De plus, le "mois des morts" auquel se réfère la photo australienne n'a aucun rapport significatif avec l'affaire en question. Pure manipulation.

Outre les trois articles reproduits ici, la JTF a également retrouvé cette dépêche de l'AFP dans le France-Antilles Martinique et le France TV Info. Le premier est légèrement plus nuancé que le reste des articles. Le second nous offre l'image d'un vêvê avec un couteau représenté, question de bien nous faire comprendre que la violence est partie intégrante du vaudou. La photo est une exclusivité d'Eitan Abramovitch pour le compte de l'AFP :

Dessin représentant les esprits Luo avant une cérémonie vaudou, le 6 mars 2010 à Port-au-Prince (Haïti). 
Dessin représentant les esprits Luo avant une cérémonie vaudou, le 6 mars 2010 à Port-au-Prince.

La Jérusalem des Terres Froides estime que ces attaques contre le Vaudou relève de la même logique mondialiste de discrédit du religieux que cette dernière applique en associant « Catholicisme » avec « pédophilie » ou « Islam » avec « terrorisme ». Le mondialisme-sioniste veut bloquer tout accès à la transcendance pour être la seule divinité, ce qui fait sérieusement penser au Dajjal, le grand menteur selon l'eschatologie musulmane.

---Un « guérisseur » haïtien tue 4 enfants d'une même famille---

Selon des voisins, le guérisseur, un prêtre vaudou... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)
Selon des voisins, le guérisseur, un prêtre vaudou assisté de son frère, avait fait croire à la mère des victimes que les enfants étaient possédés par un démon et qu'il pouvait chasser le diable qui les habitait.
PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE


Agence France-Presse
Port-au-Prince
Publié dans La Presse le 03 août 2012 à 10h41

Quatre enfants d'une même famille ont été retrouvés morts jeudi dans la maison familiale après avoir été traités par un sorcier qui prétendait les guérir d'une maladie mystérieuse dans une petite localité au sud d'Haïti, a-t-on appris vendredi auprès d'un responsable local.

 « Les quatre enfants, trois filles et un garçon, dont l'aînée était âgée de de 7 ans et la benjamine de 15 mois, auraient subi des sévices infligés par le guérisseur qui les avaient pris en charge pour les soigner. Ils ont été ensuite abandonnés dans le lit de leur mère », a expliqué Wilfrid Brisson, responsable de la localité de Marbial (sud) joint au téléphone par l'AFP.

Selon des voisins, le guérisseur, un prêtre vaudou assisté de son frère, avait fait croire à la mère des victimes que les enfants étaient possédés par un démon et qu'il pouvait chasser le diable qui les habitait.

« Pour traiter les victimes, le sorcier et son frère les ont frappés à plusieurs reprises et les enfants seraient morts suite à ces coups », a raconté M. Brisson, responsable du Conseil d'administration de la section communale de Marbial.

Les meurtriers présumés se sont enfuis à Port-au-Prince, la capitale.

Les autorités locales ont annoncé l'ouverture d'une enquête et la mère des enfants a été placée en garde à vue.

---Voodoo witch doctor kills four children in exorcism ceremony---
  
voodoo
A Haitian youngster walks in Port au Prince central cemetery with a skull on his head during the 'month of the dead'

Agence France-Presse
Port-au-Prince  
Publié dans le Herald Sun le 4 août 2012 à 1:32 AM

FOUR children from the same family have been found dead in Haiti after being treated by a witch doctor who claimed to be able to cure them of a mysterious illness, a local official said Friday.

"Three girls and a boy, the eldest of whom was seven years old and the youngest only 15 months, suffered abuse from the healer who was treating them," said Wilfrid Brisson, an official from the southern town of Marbial.

"They were then abandoned in their mother's bed."

According to neighbours, the sorcerer - who was assisted by his brother - persuaded the victims' mother that the children were possessed by a demon and said he could rid their soul of the devil.

The witch doctor and his brother beat the children repeatedly, in steps they said were necessary to expel the demon, and the youngsters died from the blows, said Mr Brisson.

The alleged killers have apparently fled to the capital Port-au-Prince. An investigation by authorities in Marbial is under way and the children's mother is in custody.

About half of Haiti's population is believed to practice the voodoo religion in some form, though many are thought to also follow other religious beliefs at the same time. Sorcery and spiritual magic have been incorporated into some of the beliefs.

Voodoo evolved out of the beliefs that slaves from West Africa brought with them to Haiti. It is now deeply rooted in Haitian culture.

Western evangelical Christian movements, however, have also made inroads in Haiti.

---Un exorcisme tourne mal : 4 morts---

Agence France-Presse
Port-au-Prince
Publié dans 20 minutes le 3 août 2012 à 15:22

Trois filles et un garçon d'une même famille ont été retrouvés sans vie jeudi dans la maison familiale. Ils avaient été traités par un sorcier qui prétendait les guérir d'une maladie mystérieuse.

Les faits se sont déroulés dans une petite localité au sud d'Haïti, a-t-on appris vendredi auprès d'un responsable local.

«Les quatre enfants, trois filles et un garçon, dont l'aînée était âgée de 7 ans et la benjamine de 15 mois, auraient subi des sévices infligés par le guérisseur qui les avaient pris en charge pour les soigner. Ils ont été ensuite abandonnés dans le lit de leur mère», a expliqué Wilfrid Brission, responsable de la localité de Marbial (sud), joint au téléphone par l'AFP.

Possédés par le démon

Selon des voisins, le guérisseur, un prêtre vaudou assisté de son frère, avait fait croire à la mère des victimes que les enfants étaient possédés par un démon et qu'il pouvait chasser le diable qui les habitait.

« Pour traiter les victimes, le sorcier et son frère les ont frappés à plusieurs reprises et les enfants seraient morts à la suite de ces coups», a raconté M. Brisson, responsable du Conseil d'administration de la section communale de Marbial.

Les meurtriers présumés se sont enfuis à Port-au-Prince, la capitale.

Les autorités locales ont annoncé l'ouverture d'une enquête et la mère des enfants a été placée en garde à vue.

samedi 4 août 2012

Armée U.S., indépendance du Québec et métapsychique (2)

Le 21 juillet dernier, la Jérusalem des Terres Froides publiée un court texte sur la question du métapsychique dans l'armée états-unienne et ses conséquences possibles sur le mouvement indépendantiste québécois. En consultant le 100 mots pour comprendre la voyance de Bertrand Méheust pour son article sur l'astrologie, la JTF a retrouvé un autre article qui traite spécifiquement de l'espionnage psychique pratiquée aux USA dans les années 70 à 90, le projet Stargate. Pour donner une idée des possibilités et limites du métapsychique dans le domaine militaire et policier, l'article en question est présenté ici. Il s'agit des pages 136 à 140 de ce livre paru aux Empêcheurs de penser en rond en 2005. Que les éditeurs et/ou M. Méheust se rassurent, la JTF n'a pas l'intention de recopier le livre dans son entier. Mais elle estime que quelques uns des articles de cet ouvrage sont incontournables et valent leur pesant d'or. Des fondamentaux.

---Espionnage psychique---

À première vue, l'idée d'utiliser les somnambules et les voyants à des fins d'espionnage relève du fantasme ou du roman policier. On la voit surgir pour la première fois en Angleterre pendant les guerres napoléoniennes. À cette époque, le magnétisme n'a pas encore passé le Channel et les journaux anglais fantasment sur les pouvoirs des somnambules français au point de se demander si l'Empereur n'aurait pas recours à leurs services pour espionner les secrets britanniques. Au début du XIXe siècle, la supposition, à ma connaissance, est encore purement imaginaire ; mais, un siècle et demi plus tard, pendant la guerre froide, avec le programme Stargate, le fantasme va devenir réalité ; la CIA va recruter des clairvoyants confirmés dans l'espoir qu'ils parviendront à obtenir des informations sur des sites soviétiques ultrasecrets. Ces expériences seront menées entre 1972 et 1995 au Stanford Research Institute puis à la Science Application International Corporation (SAIC) en Californie, et confiées au physicien Edwin May. Le programme Stargate va aboutir à des résultats parfois remarquables au plan parapsychologique, mais insuffisamment fiables au plan militaire, et c'est sans doute (avec la fin de la guerre froide) la raison pour laquelle il sera finalement arrêté. Parmi les voyants révélés par Stagate, nous retiendrons Pat Price et Joseph McMoneagle.

À Pat Price, on demande un jour de se porter en esprit sur un site militaire ultrasecret, avec pour tout indice une référence cartographique portant la mention "site soviétique d'un grand intérêt pour les analystes". Price se concentre , et au bout de quelques minutes aperçoit un complexe de bâtiments. Il se voit couché sur le toit d'un immeuble en brique, surplombé par une grue géante montée sur un train. Il en fait le dessin. Il s'agit en fait d'un site nucléaire situé à Semipalatinsk, au Kazakhstan. Les photos satellites confirmeront la présence de cette grue géante, qui est bien montée sur des rails et ressemble de près à celle que le percipient a dessinée. Mais surtout, Price décrit, à l'intérieur de l'un des bâtiments, une sphère métallique géante de vingt mètres de diamètre que les ouvriers peinent à assembler. Personne, à la CIA, ne connaît alors cette structure. Cette description sera confirmé trois ans plus tard et la description de la sphère publiée dans Aviation Week. On confirmera aussi les difficultés techniques que l'assemblage de cette sphère a soulevées.

Quand à Joseph McMoneagle, il est la vedette du projet Stargate. Ancien agent des services secrets, ce dernier découvre ses dons de clairvoyance à la suite d'une NDE provoquée par un infarctus. Il s'attache ensuite à les développer, et la CIA, la NASA et le FBI l'engagent pour des missions très spéciales comme la récupération d'otages. Les résultats qu'il obtient lui valent d'être décoré à plusieurs reprises lorsqu'il quitte l'armée à l'âge de cinquante ans. Parallèlement, il est intégré au projet Stargate. Dans ce cadre, il mène près de deux cents missions supervisées par l'équipe d'Edwin May. Aujourd'hui, il pratique toujours la vision à distance comme consultant externe pour des services de police ou pour des entreprises privées, et les parapsychologues le considèrent comme un des meilleurs sujets psi actuels. Lorsqu'on le voit procéder, on ne peut pas ne pas penser à Alexis Didier. Pour développer la seconde vue, il lui faut au préalable se mettre dans un état de conscience dissociée, qu'il obtient par des techniques de méditation inspirées du bouddhisme. Quand il "accroche" une cible, il la visualise, la décrit et la dessine avec une grande précision. On éprouve un choc lorsqu'on compare les dessins qu'il effectua pour le projet Stargate pendant ses remote viewings, les photos des cibles qu'il cherchait à décrire. Bien entendu, le sceptique pourra toujours suspecter des expériences commandités par la CIA, dont beaucoup sont encore couvertes par le secret militaire. Cette objection serait fondée si McMoneagle n'avait jamais exercé en dehors de ce cadre opaque. Mais une telle hypothèse ne tient pas car le voyant américain a été testé par des chercheurs privés qui ont pu vérifier la réalité de ses dons. Ainsi, le 17 janvier 2004, les téléspectateurs de Canal Plus ont pu le voir à l'oeuvre dans un documentaire réalisé par Marie-Monique Robin. Un ensemble de précautions avaient été prises sous le contrôle du magicien Ranki pour que l'on ne puisse incriminer un compérage quelconque ou invoquer l'hypothèse de fuites involontaires susceptibles d'informer le voyant sur la nature de la cible. Au moment où l'expérience va commencer, McMoneagle se retrouve sur sa terrasse, dans son jardin, en Virginie. Il sait seulement qu'il va devoir décrire le lieu où il se trouvera à 18 heures (heure française) une balise humaine, en l'occurence Mario Varvoglis, le président de l'Institut métapsychique, envoyé quelque part dans Paris selon une procédure de choix en double aveugle. Étendu sur sa chaise longue, il fait le vide en lui pour se préparer à l'épreuve. Une heure avant l'épreuve, à Paris, Ranki tire au sort une enveloppe qui lui désigne le lieu de l'expérience :  le pont Alexandre III. Mario Varvoglis est conduit par un chauffeur qui lui cache la destination jusqu'au dernier moment. À l'heure prévue, il se trouve au milieu du pont, remarquable entre tous par la série de hautes statues qui le bordent. Il est en train de regarder ces statues et de se pencher depuis la balustrade pour voir la Seine, quand, à 12 heures en Virginie, l'épreuve commence. Après quelques minutes de concentration, McMoneagle dessine un pont, sous lequel passe une voie de communication dont il ne parvient pas à préciser la nature. Puis il visualise les statues et les dessine, s'attardant sur le détail d'une main. Il voit aussi Varvoglis en train de se pencher par-dessus la balustrade. Enfin, il dessine un bâtiment qui longe la Seine et que l'on voit bien depuis le pont - une structure d'un étage, avec une série d'arcades caractéristiques, la gare routière d'Air France. Le dessin est si précis qu'il laisse peu de place au doute. Cette prestation diffusée à la télévision française étonnera les plus incrédules, comme le montre la presse des jours suivants.

Bertrand Méheust