mercredi 14 novembre 2012

La Terre, au centre d'un Watergate cosmique

Bonjour. Aujourd'hui la  Jérusalem des Terres Froides vous propose la reproduction fidèle d'un article paru dans Le Journal de Québec le 3 octobre 1983 en page 41. Il s'agit d'une petite entrevue avec l'ufologue Stanton Friedman, une sommité dans la matière. Cet article a été retrouvé dans Évidence : Dossiers O.V.N.I. au Québec, une publication de Denis Cloutier et Stéphane Boucher pour la Centrale de Compilation Ufologique du Québec (CCUQ) paru en janvier 1986. La JTF a retrouvé un exemplaire de cette publication dans les Archives Nationales de la Grande Bibliothèque du Québec.

 ---La Terre, au centre d'un Watergate cosmique---

Fredericton (PC)
Stanton Friedman est convaincu que nous sommes dupes d'un vaste Watergate cosmique. Selon lui, il existe une vaste conspiration dans les hautes sphères du pouvoir mondial afin de déceler la vérité sur les visites que des vaisseaux extra-terrestres ont faites sur terre.

Durant 25 ans, ce physicien nucléaire de 49 ans, également écrivain et conférencier, a étudié le phénomène des OVNIS avec une telle intensité que même les plus sceptiques doivent parfois s'interroger deux fois avant de nier que les extra-terrestres aient déjà exploré notre planète.

"Ceux qui, comme moi, ont recueilli une montagne d'informations sur les OVNIS ont découvert un bon nombre de choses" affirme-t-il.

"En premier lieu, le phénomène est mondial. Dans au moins 140 pays, on a signalé des OVNIS, des atterrissages et l'apparition d'extra-terrestres. Dans tous les cas, les témoignages se ressemblent et se recoupent. Il est, par ailleurs, évident que les militaires en savent beaucoup plus à ce sujet qu'ils ne veulent bien l'avouer".

Friedman, qui vit au Nouveau-Brunswick depuis qu'il a quitté les États-Unis en 1980, a passé des années à tenter de mettre la main sur des documents secrets qui, prétend-il, sont aux mains des militaires américains.

Il a réussi à mettre la main sur une documentation impressionnante, y compris une note apparemment de la main de J. Edgar Hoover, ancien directeur du FBI, disant que cette force de police pourrait participer à une enquête sur les OVNIS pourvu que l'agence ait accès aux "discs" retrouvés.

Preuve canadienne

Il possède également la copie d'une note de service rédigée en 1958 par un scientiste attaché au ministère canadien des Transports qui y affirme que, après une enquête discrète auprès de l'ambassade du Canada à Washington, on l'a informé que l'enquête sur les OVNIS "est le dossier le plus secret aux mains du gouvernement américain, et que ce dossier est classifié à un niveau supérieur à celui de la bombe H." Certains responsables auraient même informé ce scientiste que les soucoupes volantes sont réelles.

"Depuis 1947 au moins, alors qu'un vaisseau extra-terrestre s'écrasa au Nouveau-Mexique et fut récupéré par le gouvernement des E.-U. ainsi que des corps qui se trouvaient à bord, un petit groupe de personnes, aux plus hauts échelons à Washington, savent parfaitement bien que nous avons eu la visite d'extra-terrestres. Ces personnes ont tout fait pour conserver le secret dans cette affaire", ajoute Friedman.

C'est le 2 juillet 1947 que se produisit un incident près de la ville frontière de Roswell, au Nouveau-Mexique, incident qui, affirme Friedman, a incité le gouvernement de Washington à classer ultra-secret toutes les informations pertinentes aux OVNIS.

Friedman et son collègue William Moore, auteurs du best seller The Roswell Incident, se sont entretenus avec 89 personnes en cause dans cette affaire. 

Selon Friedman, la US Air Force avait annoncé en premier lieu qu'un OVNI s'était écrasé près de Roswell. Elle changea ultérieurement sa version et affirma qu'il s'agissait d'un ballon météorologique. Or, de dire l'ovniologue, il a interrogé plusieurs personnes, y compris un général d'aviation à la retraite, qui ont admis que les autorités avaient décidé de substituer la thèse du ballon aux débris d'OVNI qu'ils avaient récupérés et qu'ils avaient soumis à l'étude de laboratoires.

Métal laminé

"Nous avons obtenu le témoignage de sept personnes qui ont manipulé le matériau découvert à cet endroit. Elles affirment toutes qu'il s'agissait d'un matériau mince, très résistant et très léger, qui était facile à plier, mais qui ne conservait aucune empreinte de contrainte. On ne pouvait le brûler ou le déchirer et cela ressemblait à du métal laminé. Nous avons parlé à beaucoup de personnes qui ont admis que les autorités avaient tout fait pour cacher la vérité."

Friedman croitque les gouvernements conservent le secret sur les OVNIS parce qu'ils veulent être les premiers à recréer la technologie de pointe utilisée dans la construction des vaisseaux extra-terrestres. Ces gouvernements craindraient également, dit-il, les retombées politiques négatives advenant qu'ils admettent s'intéresser de près à cette question.

"Tous les gouvernements, sur cette Terre, craignent que leurs citoyens jurent un jour allégeance à leur planète plutôt qu'à leur pays. Le nationalisme est ce qui permet aux gouvernements de se maintenir au pouvoir."

Friedman croit que l'Homme a droit à la vérité. Il espère qu'un grand responsable, peut-être sentant sa fin venir, décidera-t-il un jour de ne pas emporter son secret dans la tombe.