mercredi 27 novembre 2013

« Dans la peau d'Alain Soral » retrouvé

Pour ceux qui recherchent toujours les articles du défunt site Dans la peau d'Alain Soral, vous pouvez retrouver la majorité de ceux-ci ici :

http://sectes-et-pseudo-sciences.tk/tag/alain-soral/

Malheureusement, il n'y a pas les commentaires qui donnaient toute sa valeur à l'ancien Wordpress.

H.P. Lovecraft, le Nécronomicon et la magie

Encore une reprise d'article concernant la magie à la Jérusalem des Terres Froides. Cette fois il s'agit d'un propos fort intéressant sur H.P. Lovecraft et ceux qui prennent son oeuvre trop au sérieux, voulant y voir un véritable contenu magique. C'est un sujet qui revient périodiquement dans le petit milieu de la littérature ésotérique, à savoir que le Nécronomicon aurait été un véritable grimoire maléfique et que l'auteur états-unien aurait réussi à trouver un exemplaire ou à reconstituer son histoire. Mentionnons ici que Kenneth Grant, responsable du Typhonian OTO, qui a déjà été cité ici à l'article Aleister Crowley, Peaches Geldof..., est l'un des grands responsables de la prolifération de cette histoire du Lovecraft occulte. Il est d'ailleurs présent dans l'article suivant. Expliquer ici qui est Kenneth Grant et son rôle à tout ce qui a trait à Aleister Crowley et à l'Ordo Templi Orientis serait trop long. Seulement préciser que ce monsieur avait une sérieuse tendance à la mythomanie, que ses sources historiques étaient toujours périmées (en égyptologie, il était incapable d'aller plus loin que Wallis Budge, c'est à dire fin du XIXième-début XXième siècle), qu'il s'entendait avec peu de monde et que ses prétentions à être le successeur de Crowley pouvaient le faire basculer dans le ridicule. On se souviendra que c'est lui qui a fait paraître le livre Remembering Aleister Crowley, publication horriblement dispendieuse (90$ pour 66 pages) où il présente ses documents issues du mage, c'est à dire des conneries comme... une liste de lessive (laundry list). Grant est avec son bouquin à l'origine de cette boutade chez les connaisseurs anglophones du mage, qui est la question suivante : Êtes-vous suffisamment fan d'Aleister Crowley au point de payer 90$ pour sa liste de lessive ?

Kenneth Grant a écrit plusieurs livres sur la magie, dont l'un d'eux est un peu plus connu, Nighshade of Eden. Les titres de l'album Theli de Therion (métal-opéra) sont inspirées des ouvrages de Grant. Il a encouragé la praticienne états-unienne Nema, a signé une introduction au livre Maat Magick de cette dernière (Weiser, 1995) et il est mort le 15 janvier 2011. Il a sa page wikipédia en français.

L'article qui suit tourne essentiellement autour d'une publication grand-public paru en 1980, qui est toujours disponible actuellement, anonyme et titré Necronomicon. En anglais, il est surnommé le Simon Necromonicon et ce n'est pas le même que le Nécronomicon paru chez J'ai Lu dans leur collection L'Aventure mystérieuse. Les deux sont bien sûr des faux mais d'origines distinctes. En fait, le grand scoop de Joseph L. Flatley est de nous révéler qu'il est fort probable que le mystérieux Simon soit en fait le spécialiste en histoire de l'ésotérisme récent Peter Levenda, bien connu pour ses recherches sur l'ésotérisme nazi et dont un des livres a été traduit en français par l'éditeur Camion noir en 2008 (L'Alliance Infernale. Une histoire de l'implication nazie dans l'occulte). Cette révélation n'a pas d'impact immédiat sur le travail de Levenda mais jette tout-de-même une suspicion légitime sur l'ensemble de son oeuvre car pour le Necronomicon, on parle quand même ici d'un hoax, d'un truc délibérément faux publié pour vider les poches des gogos.

Sans aborder ici le cas du second Nécronomicon, celui paru en français, soulignons qu'il existe une bonne réfutation de ce dernier dans le livre Véritables récits de magies noires d'hier et d'aujourd'hui de Jean-Luc Caradeau, éditions Librairie de l'Inconnu (2003) aux pages 183 à 197. Et ne vous laissez pas impressionner par le titre qui vient d'être nommé, jamais un bouquin n'aura si mal porté son nom (malgré l'intérêt de son contenu).

Pour finir, le responsable de la Jérusalem des Terres Froides encourage les visiteurs à aller voir le site original de The Verge, même si le texte se retrouve ici, car il est visuellement très beau, avec ces dessins qui apparaissent sur les côté au fur et à mesure de la lecture. Et en ce qui a trait à l'évocation magique des Grand Anciens, considérant que dans la mythologie lovecraftienne d'où ils sont issue ils n'ont aucun rôle positif envers l'humanité, votre serviteur ne voit pas du tout ce que pourrait apporter une telle opération à son exécutant, si ce n'est des ennuis, des malheurs et une fin de vie en hôpital psychiatrique pour ceux qui auront persisté dans cette direction...


---The Cult of Cthulhu : real prayer for a fake tentacle---
The strange story behind the real-life followers of H.P. Lovecraft's 'Necronomicon'


Par Joseph L. Flatley
Paru sur le site de The Verge
Le 12 novembre 2013 

Forty-one years ago in New York City, a man known only as Simon walks into a witchcraft supply shop with a cardboard manuscript box, the kind of thing you see in library rare book departments. He estimates that the work in his possession is six or seven hundred years old.

Simon is a Slavonic Orthodox priest, a student of the occult, but until he walked into that shop he didn't know anything about H.P. Lovecraft, a writer of "weird fiction" (the literary forefather of both science fiction and horror). Neither had he heard of the Necronomicon, a book that the author had invented for his stories. It's supposed to be an incredibly powerful grimoire, or collection of spells and incantations, and as Lovecraft was in the habit of blending reality and fantasy in his books — even going so far as enlisting other "weird" writers to expand on his characters and locations in their own stories — more credulous readers came to believe that the Necronomicon was real. It was as if Luke Skywalker was real, or the flying skateboards from Back To The Future were real.

Magickal Children

The store was called The Warlock Shop and the owner was Herman Slater (later it would move from Brooklyn Heights to Manhattan and change its name to The Magickal Childe). Slater was a large, gay witch, and something of a living legend in occult circles. On this particular day, as Simon would later write in his book Dead Names: The Dark History of the Necronomicon, the air was thick with the smell of incense and Slater was dressed in a ceremonial robe with the hood pulled over his head, "like a character actor from the old film Horror Hotel." The heavy-handed drama of the account suggests a creation myth in the making.

Simon and Slater dig into the old, faded manuscript, a magical curiosity.

"What does it say on the first page?" Slater asks, "does it have a title?"

Yes it does, replies Simon. But he has no clue what it's supposed to mean.

"The first word, here," he tells Slater, "is a Greek word, 'necronomicon.'"

"You're full of shit!"

Slater was right to be skeptical. In the years between Lovecraft's death in 1937 and that day in 1972 when Simon brought him the manuscript, there had been several attempts to bring Lovecraft's Necronomicon to life — but these books were always understood to pay homage to Lovecraft. But the Simon Necronomicon was an actual magical document that Simon claims predated Lovecraft's stories by several hundred years. If real, it would mean that Lovecraft's stories weren't entirely fictional, after all.

Henry Slater wanted that book. Until Simon walked in with that cardboard box full of brittle, decaying paper, Slater had a jar of dirt from a graveyard, he had incense and candles, magical weapons, and bat's wings. But he didn't have a Necronomicon.

"If he could list a Necronomicon in his catalogue," wrote Simon in Dead Names, "he would make a fortune.

Portrait of the Artist as a Young Misanthrope

H.P. Lovecraft was a strange bird, indeed. He was tall and skinny with a large, protruding chin — perhaps resembling a walking caricature of himself. His stories have been criticized for only hitting one chord: a long, droning, minor chord that instills an immense feeling of dread in the reader. He wasn't a "hack," he wasn't writing merely to write, or to make a buck — even if he did make that claim on occasion. When you read his stories, at times it feels as if you're probing some very dark places within yourself. Joyce Carol Oates once likened his writing to "a form of psychic autobiography." His life was shot through with the belief that, as Lovecraft once wrote in a letter to one of his editors, "common human laws and interests and emotions have no validity or significance in the vast cosmos-at-large."

He died in 1937 virtually unknown, but his fame has grown remarkably since then. Not only is his influence felt in literature and film, but in the occult world as well. By the 1970s it was inevitable that if the Necronomicon never existed, one would have to be invented. And over the years, there have been several: a couple as hoaxes, and a few that paid artistic homage. When Slater saw what Simon had brought in, he immediately knew the book would be a success, and potentially quite profitable. He introduced the priest to a publisher named L.K. Barnes, and in 1977 the first edition of the Necronomicon, "edited" by Simon, was released. It's been in print ever since.

I was in Providence recently, the city of Lovecraft's birth and the place where he lived practically his entire life. While I was there, I spent a night in the Biltmore hotel. I was attracted both by the fact that it appears in a story by H.P. Lovecraft as well as by the rumor that it was haunted. As it turns out, it isn't haunted at all — it's just a dump.

From the Biltmore, it's a pleasant 40-minute walk to the home that Lovecraft shared with his mother on Angell Street. When I stopped by to check it out, the front door was wide open and a large white dog was tied up in the doorway, ears at attention. I could make out a bookshelf inside, but the hound wouldn't let me get close enough to read any of the titles.

When he lived in this house a century ago, Lovecraft was 23 years old, nearing the end of what his biographer Donald Tyson calls a "five-year withdrawal into solitude," precipitated by nervous collapse that occurred during his senior year in high school. He dropped out of school and, as a result, he had to face the fact that he'd never be an astronomer, he'd never be a professor at Brown University.

"It is difficult to adequately describe how antisocial Lovecraft was at this stage in his young adult life," writes Tyson. "For five years he lived in almost complete solitude with his conceits, affections, and prejudices." It was also at this time when his affections switched from studying science to reading and writing weird fiction. He was encouraged in this regard by a group called the United Amateur Press Association, a group of amateur writers that pooled their resources and printed their own magazine, United Amateur. It was this outlet that eventually helped him ease out of his nervous breakdown. "I obtained a renewed will to live," he later wrote, "and found a sphere in which I could feel that my efforts were not wholly futile."

And soon, people would read his stories — full of supernatural godlike entities from outer space and ancient times — and begin to see them as mythology. Some would even go so far as to speculate as to whether someone could produce writing so meaningful to them without being a magician or psychic medium themselves. Of course, Lovecraft was a strict materialist. One who died with little knowledge of the occult, and who certainly didn't believe in magic.

Tyson, author of The Dream World of H.P. Lovecraft, explained to me recently that the answer to this paradox lies in the fact that Lovecraft's stories were often based on his dreams. "I think that when Lovecraft was asleep," said, "he projected himself astrally to various astral realms." His dreams, in other words, were astral projections.

"The astral world was important to Lovecraft, even though he didn't know it."

Tyson specifies a number of Lovecraft stories that he says are based directly on his dreams or which concern dreaming as a central theme. It was one of these dreams that inspired not one but two stories: "Dagon" and what is probably Lovecraft's most well-known work: "The Call of Cthulhu."

In "Cthulhu," the narrator investigates a "voodoo cult" believed to be behind the disappearance of women and children near New Orleans. They worship a group of deities known as the Great Old Ones, "who lived ages before there were any men." Cthulhu is a monster "with an octopus-like head whose face was a mass of feelers, a scaly, rubbery-looking body, prodigious claws on hind and fore feet, and long, narrow wings behind." The cultists, according to the narrator, are little better than animals themselves, being "men of a very low, mixed-blooded, and mentally aberrant type." He includes in this group "a sprinkling of negroes and mulattos, largely West Indians or Brava Portuguese from the Cape Verde Islands." This is in line not only with Lovecraft's weird racist streak, but also with the cold, rationalist perspective that reduces people to the status of mere animals.

Before leaving Providence, I paid a visit to Lovecraft's grave in Swan Point cemetery, where a friend and I found the family plot without too much trouble. It wasn't even until 1977 that he had his own grave marker — for the first 40 years after his death, he made do with an addendum to his parents’ monument. Even in death he can't get away from his mother. Scattered around the small, unassuming grave marker lay a number of items, including guitar picks, a ticket stub for a concert by a Swedish black metal band called Watain, and the business card of a Toronto-area magic shop.

There was also a handwritten note that read:
THANK YOU H.P.
YOUR WORK LIVES
ON — YOUR VISIONS
BEAR FRUIT +
WE ALL CREATE
IN YOUR SHADOW
W.C.
PS. YOU WERE WRONG ABOUT THE PORTUGUESE PEOPLE, THOUGH
Intern of the Beast

The first mention of the Necronomicon was in April 1923, when Lovecraft submitted "The Hound" for publication. In this short story, the book is mentioned briefly, as a sort of reference book for grave robbers. ("What is that creepy amulet, anyways? Check the Necronomicon!") Until his death, Lovecraft would continue to develop the idea of the book, as would the other members who made up what is known as the "Lovecraft Circle," a group of writers who all corresponded with each other and who used elements from Lovecraft's stories in their own, creating a shared fictional universe.

Lovecraft's posthumous fame began in the 1960s and really took off in the 1970s, coinciding with both an Aquarian Age hunger for all things otherworldly and the introduction of mass-market paperback collections of his stories. As his audience increased, so did the desire of fans to possess a Necronomicon of their own. When Simon's Necronomicon finally hit the shelves, it must have seemed as if Lovecraft's universe had cracked open and spilled its contents all over New York City. At the time, Simon was also conducting workshops on occult subjects in the backroom of The Magickal Childe. Among those who couldn't resist coming to get a better look at the man responsible for the Necronomicon were two young men who would go on to become key figures in the burgeoning field of Lovecraft studies: S.T. Joshi and Robert M. Price.

Simon, though still in his 20s, had an aura of mystery and authority. "He was a younger man than I would have expected," says Price. Simon was formally dressed. He was rocking "black hair and a goatee." When asked about his impressions of the evening, he draws a blank. "It wasn't that exciting." Joshi had the same impression, which he shared with me recently: "I don't even remember what he said."

It's likely that he heard something like this:
Anyone considering becoming involved … in the occult practices which form the greater part of the Necronomicon must first realize that this is first of all a work of Ancient Sumerian religion. That is to say, these practices predate both Judaism and Christianity by thousands of years ...
We're speaking about a very ancient, and possibly very potent form of ceremonial magick.
The above passage is taken from a tape called "Simon Says," a lecture credited to the occultist and priest that's available on the internet as a bootleg. (It might not be Simon, but it's sure in line with his spiel regardless.)

Simon's Necronomicon supposedly has its roots in ancient Sumerian magic. He came across it, the story goes, while on a trip to the Bronx to peruse the wares of two characters named Michael Huback and Steven Hapo who would go on to be busted for hocking books they had stolen from Yale University's Sterling Memorial Library. As for the few similarities between his book and the Necronomicon of H.P. Lovecraft, Simon contends that they're purely coincidental. This is supposed to convince us that the Simon Necronomicon is the real deal: why would someone go to all the trouble of fabricating the book and then come up with something completely unlike Lovecraft's version? As Simon has said himself on multiple occasions: "If it is a hoax, it's a damn poor one! There is so little there that corresponds to Lovecraft's oeuvre that it might be embarrassing as a hoax."

Hoax or not, the Simon book has been in print more or less continuously since 1980, when it was picked up by Avon books after two small press editions. You may be familiar with the thing: it's a glossy black paperback featuring a magical symbol on the cover and its title printed in capital letters. The whole thing is set off by a garish neon-red border, at once both futuristic and ancient. There's no author listed on the front cover or the spine of the book. The border, the symbol, and the title all have a lens flare effect added, for some reason. This book has been a classic among freaks, geeks, and Dungeon Masters for decades. The back cover blurb proclaims it "the most famous, the most potent, and potentially, the most dangerous Black Book known to the Western World."

One occultist who put a lot of stock in Simon's Necronomicon was Kenneth Grant.

In 1945, a 20 year old Kenneth Grant spent several months working as the secretary for Aleister Crowley, a ceremonial magician, author, mountain climber, and possibly even spy for British intelligence during World War I. Crowley's books are key texts of modern occultism, and his reputation as "The Wickedest Man In The World" or simply "The Beast" has given him pride of place in any number of heavy metal songs — not to mention a choice spot on the cover of the Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band album (the top left, chilling with Mae West and Lenny Bruce). At the end of his life, Crowley was unable to afford a secretary, so he let Grant fill that role in exchange for magical instruction. For a short while at least, Grant was The Intern of The Beast. By the time he passed away in 2011 at the age of 86, Grant had produced nine volumes that constitute what he called "The Typhonian Trilogies," which explored the connections between all manner of occult systems — incorporating voodoo and tantra and elements from the work of 20th century magician and the artist Austin Osman Spare.

In turn, Grant's work is the subject of a recent book by Peter Levenda. The Dark Lord explores the connection between Lovecraft's writings and modern occultism. In Lovecraft, Grant had found someone with the rare ability to articulate and illustrate the face of evil — which is something that most religious and magical systems gloss over.

"Lovecraft," says Levenda, "is talking about an aspect of mysticism, of religion that the Golden Dawn was loathe to confront directly," evil itself. But to be worthwhile, he explains, a magical system "has to be totally encyclopedic. It must represent all of reality ... it's got to represent darkness as well as the light."

Ultimately, Grant read Lovecraft's stories and found the work of someone with a very coherent understanding of this darkness. Even if Grant's idea of magic doesn't fit into Lovecraft's universe, he could take elements of Lovecraft's universe and bring them into his own.

Return of the Ancient Ones

At the Fales Library at NYU, inside the computer-regulated atmosphere of the electronically secured special collections department, there is a document dated April 7th, 1978 and signed by the Beat Generation author William S. Burroughs. It's title: "Some considerations on the paperback publication of the NECRONOMICON."

Burroughs, considered shocking and at times dangerous for books like Junky and The Naked Lunch, doesn't get nearly enough credit for being playful in his work or in his relation to the world. His stories are confabulations of his dreams, his fantasy life, and his real life, woven into something of immense depth and weirdness and black humor. This quality, the idea that you can rearrange the world like a child rearranges Lego-brand building blocks, extended outward from his writing into his everyday life. He believed in magic. He put curses on people, using the same "cut-up" method that he used to compose stories. By cutting a document into pieces, whether a newspaper or something by Shakespeare or his own writing, and reassembling it, looking for a story in the newly remixed document. The results, Burroughs told The Paris Review in 1965, are "new connections between images," new ways of viewing an old text and discovering hidden or obscure messages within. And it allowed his work to place at least one foot in the real world.

Lovecraft also had a way of meshing reality and fantasy in his work. But in his mind, it wasn't magic — it was a confidence trick. In a letter from 1934, he explained to the writer Clark Ashton Smith his belief that "no weird story can truly produce terror unless it is devised with all the care and verisimilitude of an actual hoax." Often, his stories were structured not as fiction but as essays or news accounts: "Just as if he were actually trying to 'put across' a deception in real life." The results were stories that to this day still has people wondering if there isn't an element of truth to them. And around the country, people had fun with it — reports started turning up of entries for the Necronomicon in card catalogs in university libraries and mail order book catalogs. Lovecraft once even admitted: "I feel quite guilty every time I hear of someone's having spent valuable time looking up the Necronomicon at public libraries."

There's a basic template that's considered "Lovecraftian," although it was never actually used by Lovecraft — rather, it was popularized by later writers of the Lovecraftian tradition. In these stories, which are often supposed to be diary entries or essays, the main character discloses the fact that he's learned a secret, or uncovered some particularly powerful form of magic. Although there are plenty of indications that things are getting out of hand, the writer continues to experiment, until he realizes that he has unleashed a monster — which, at that point, kills him. End of story.

As a result, you get a peculiar lesson: there are things that simply aren't meant to be known. Knowledge is dangerous, deadly even. It's interesting to note Burroughs' reaction when he stumbled upon a real life Necronomicon: "The deepest levels of the unconscious mind where the Ancient Ones dwell must inevitably surface for all to see," he wrote. "This is the best assurance against such secrets being monopolized by vested interests for morbid and selfish ends."

In other words, Burroughs — as a man who believed in magic, and who was in awe of it, believed that the greatest danger posed by the Necronomicon was that it might be monopolized by a select few. In other words, Lovecraft thought we could learn too much, while Burroughs knew that the real danger is that we know too little.

It was fun

At this point, you're probably asking yourself who this Simon character is exactly, and why anyone would put stock in his book.

As far as the Simon Necronomicon is concerned, you'd be hard pressed to prove that it's actually an ancient magical text. The fact of the matter is that there is no record of a Necronomicon existing prior to H.P. Lovecraft's invention, and the manuscript that Simon says he received from some rare book thieves is nowhere to be found. (The thieves, Huback and Hapo, are real, however. But there's nothing to tie them to this caper. It looks like Simon brought a real news item into his story to add verisimilitude — just as Lovecraft would have, if this were one of his stories.)

The most common theory is that the role of Simon is being played by The Dark Lord author Peter Levenda. According to a brief bio from the Coast to Coast AM website, Simon "has appeared on television and radio discussing such topics as exorcism, Satanism, and Nazism," as has Levenda. In fact, when Simon appeared on the talk show, he attempted to disguise his voice by speaking through some sort of audio effect that lowered the pitch a couple of steps. When I played the audio file on my computer and pitched it back up using Ableton Live software, the unmasked Simon's voice clearly sounded like that of the Peter Levenda I interviewed earlier this year. Most tellingly, if you do a record search at the US Copyright Office website, "Peter Levenda (Simon, pseud.)" appears as the copyright owner on two of Simon's books (The Gates of the Necronomicon and Papal Magic).

I asked Alan Cabal, a former child actor, who — in addition to playing "Stanley" on one memorable episode of the Patty Duke Show — worked at The Magickal Childe "off and on" from 1978 until the early 1990s, whether Simon and Levenda were in fact the same.

"Levenda is such a fuckin' snake, man," Cabal replied. "He's doing lectures as Simon at The Magickal Childe. He's doing workshops as Simon. And then all of a sudden, he decided to not be Simon."

When I asked Levenda to respond, his answer was short and to the point.

"No," he said. But "I’m perfectly flattered to be confused with Simon."

When asked by Ian Punnett on Coast to Coast AM why he released the Necronomicon, Simon's answer mirrored that of Burroughs. "The Necronomicon should be in the hands of the people," he told host Ian Punnett. "I think we as people have been betrayed by our leaders in many different areas. I don't know if we can trust them to protect us, quite frankly."

But there's another motivation for having produced this hoax-Necronomicon, and it's one that I can't say I disagree with.

"It was fun," Peter Levenda said on a recent Thelema Now! podcast. He was talking about the New York occult renaissance of the 1970s and 1980s in general, a scene that flowered in that brief moment between Vietnam and the conservative counter-revolution in the 1980s where people thought that they could inject some positive magic into everyday life, a sense of adventure that perhaps was overshadowed by the heaviness of the times — and of the Necronomicon.

"There was this window of opportunity," he continues looking back on the occult resurgence of the 1970s, when "we wanted to show that this is not scary stuff. It could be powerful, it could be mind-altering, it could change your life. But it was not dangerous, it was not going to kill you. And that's what we were trying to promote."

I recently paid a visit to the former location of The Magickal Childe. Herman Slater died of AIDS in 1992 and his store folded soon after. In its place there's now a restaurant called Sala One Nine. It was a quiet evening (they ended up closing at 11:00PM) and the place was low-key, dimly lit. I tried to get a sense of what was there once before, of the rich history of the location, but I couldn't. It's just another fine dining establishment in a city that's feeling pretty one-dimensional these days. Before I left, I spoke to the restaurant's manager. I wanted to know if she knew anything about The Magickal Childe.

"Oh yes," she said. "I see them all the time."

Him? Them? I couldn't quite hear what she was saying. So I asked, "What do you mean? People come in often and ask about the shop?"

"No," she replied. "I mean the ghost!"

Apparently, she felt it the first time she entered the space. This presence. I didn't notice it, but then again I could be run over by a truck and I might not notice (strike it up to my journalist's keen sense of situational awareness). The ghost never bothers her, it turns out — but none of the men working there will be in the store alone, after hours. The ghost won't leave them alone.

Why is she off limits, while the men get so much grief?

The manager says, with a laugh: "It's a gay ghost!"

The world of H.P. Lovecraft might be a bleak one, but at least Herman Slater's still having fun. Wherever he is.

vendredi 22 novembre 2013

L'amalgame malhonnête entre la Golden Dawn magique et l'Aube Dorée politique

Aujourd'hui à la Jérusalem des Terres Froides, la reprise d'un article qui relie l'intérêt de la maison pour la magie et celui sur la géopolitique internationale. Lorsque le parti réactionnaire grec Aube dorée s'est fait connaître dans l'actualité mondiale, certains idiots soi-disant spécialistes comme P. Ploncard le « chirurgien-historien » ont voulu y voir un lien avec la célèbre loge magique anglaise Golden Dawn du début du XXième siècle. Votre serviteur ne dispose pas du lien au moment où il écrit ces lignes mais il se souvient d'avoir vu Ploncard avoir dit à Franck Abed qu'il ne pouvait en fournir la preuve mais qu'il est persuadé que la proximité des deux noms n'est pas un hasard. Bien sûr, pour nombre de zozotériques soraliens, il n'en fallait pas plus pour déclarer le « satanisme » de l'un comme de l'autre. D'autant plus que la Golden Dawn historique a été fondée par trois franc-maçons, ce qui est amplement suffisant pour que ces zozotériques soraliens affirment « c'est signé ! » et ce, même si le reste des adhérents ne fut pas issu de la Franc-Maçonnerie (elle fut justement créée en raison de la perte de sens et d'opérativité des F-M « mainstream » embourgeoisées).

Connaissant assez bien l'histoire de la Golden Dawn (la JTF dispose dans son fond documentaire du Magie rituelle et sociétés secrètes de Francis King, paru en 1972), votre serviteur a immédiatement perçu l'escroquerie ploncardienne-soralienne. Bien qu'il avait déjà des doutes auparavant, c'est ce genre d'amalgame injustifié qui pousse votre serviteur à penser que le soralisme est une machine de guerre contre la magie, le métapsychique et tout ce qui relève du développement intérieur/spirituel des êtres humains, tel qu'il a été expliqué à la fin des articles Coup de gueule : Alain Soral (3) et Les « pédo-Templiers » : Marion Sigaut emportée par le soralisme ?. Rappelons pour les soralo-incultes que le lever du soleil est une symbolique fondamentale à l'ensemble des cultures humaines (le retour de la lumière après le passage des ténèbres). Le Japon en a fait son emblème national et cette nation est appelée « le pays du soleil levant ». Cela fait-il des îles nipponnes un haut-lieu de « satanisme maçonnique » pour autant ? Et puisque la vermine soralienne aime se dire « chrétienne » et fière de sa tradition française de plusieurs siècles, rappelons-lui qu'avant que les Arabo-Musulmans montrent aux Européens les avantages d'une cartographie avec le nord situé en haut de la carte, ces derniers plaçaient l'est en haut des cartes (« l'ORIENTation ») avec... un visage de Jésus comme symbole de la lumière ! Donc oui, le symbolisme de « l'aube dorée » est si universel qu'on le retrouve même dans la tradition chrétienne. Cela en fait-il un « satanisme maçonnique » ? Après tout, l'auteur de ces lignes pourrait lui-aussi dire comme Ploncard : « je suis persuadé que ce n'est pas un hasard ». Et même qu'il aurait raison, il ne s'agit pas d'un hasard mais cela ne justifie pas pour autant le lien malhonnête de diabolisation que le « catho-nationaliste chauve » fait entre la bande de réactionnaires grecs et le groupe magique londonien du tournant des XIX-XXièmes siècles.

Mais avec le « comte Dracula de la dissidence » (il a travaillé dans le sang -chirurgie-, il a son « Igor » -Rouanet-, il a une prétention à l'aristocratie et il a l'habitude de frapper tout le monde dans le dos après avoir été amical avec eux : Serge de Beketch et l'équipe de Radio-Courtoisie, Franck Abed, Johan Livernette... Abed affirme même qu'on l'a prévenu que Ploncard agissait ainsi), bien qu'il se cache derrière ce qu'il appelle « les textes », est un habitué de ce genre de précédé inacceptable en science historique. Il est fort dommage que votre serviteur n'ait pu retracer l'exemple suivant mais il sait qu'il existe, c'est peut-être que cet extrait n'est plus disponible sur le ouèbe. À un moment donné dans ses entretiens avec Franck Abed, Ploncard cite un maçon de la Grande Loge Nationale de France qui déclare « le grand but commun de toutes les Franc-Maçonneries » et le Dracula chauve enchaîne : « Vous voyez, c'est signé, je ne fait que reprendre leurs textes ». Sauf que n'importe quel historien ou coroner vous dira que cela n'est pas une preuve d'un quelconque  « grand but commun » ou d'une coordination de toutes les obédiences, ce n'est qu'une indication de ce que son auteur pense de la Franc-Maçonnerie. Comme il a déjà été expliqué pour Marion Sigaut, il ne suffit pas de simplement citer des textes et des sources : il faut procéder à la critique de celles-ci pour savoir ce qu'elles donnent réellement comme informations, ce que ne fait jamais Ploncard. Votre serviteur ira même plus loin en faisant l'hypothèse suivante : considérant que de Beketch adorait tout ce qui relève de l'ésotérisme, du paranormal, de la magie, à l'époque de Radio-Courtoisie, Ploncard a dû vouloir le coincer avec son petit jeu de citations hors-contexte (avec l'ésotérisme, c'est si facile !) et de Beketch a vu clair dans la manoeuvre. Il s'est offusqué de la malhonnêteté du Nosferatu,  « la chicane a pogné dans la cabane » et depuis ce temps, le « comte » est en rupture avec la radio courtoise. Il ère maintenant autour de sa crypte, son mausolée familial « d'Assac », à vendre ses livres de « philosophie politique » à des jeunes militants au sang bien frais et à défendre son titre aristocratique devant les tribunaux de la république...

C'est avec ce genre de spécimen que l'on voit apparaître les amalgames foireux entre la Golden Dawn et la réaction grecque. Autre exemple pour montrer qu'il est facile de faire dans le jeu trompeur des rapprochements quand il s'agit de symboles aussi universels que le lever du soleil, lorsque le Project Camelot a rencontré un autre genre de vampire mais ayant des point communs avec le premier (dont la calvitie), Jordan Maxwell (toujours le « sang froid » mais ici reptilien et roturier), celui-ci raconte comment il est arrivé à son délire conspirationniste à partir de la simple constatation que le soleil et son lever reviennent constamment dans les cultures humaines (y compris les idéologies politiques, à partir de 18:00). Il dit qu'il y a trouvé là quelque chose de profond, ce qui est juste, l'universalité du symbole solaire démontre son importance pour l'humanité, mais de là à embarquer dans des histoires de  « fantasy & sci-fi » avec reptiles humanoïdes et loges de magie noire, mélange de V et Harry Potter, non. Et bien sûr, dans toutes les énumérations du trio, la Golden Dawn victorienne ne pouvait qu'être citée elle-aussi (33:25). Maxwell nous raconte que « Dawn of a New Day » a été dit par tous les présidents états-uniens ; quoi de plus normal quand on y pense sérieusement.

Donc pas besoin d'en dire davantage, le rapprochement entre la Golden Dawn historique et l'Aube dorée grecque actuelle n'est pas justifié. Du moins, pas avec les  « preuves » qui ont été avancées jusqu'à présent. Mais votre serviteur se souvient d'un autre exemple d'amalgame entre les deux qu'il a vu sur le site Égalité et Réconciliation. Cette fois il est assuré qu'il ne pourra pas retrouver l'exemple suivant car il s'agissait d'une petite publicité, une annonce pour la prochaine émission de Kémi Seba qui allait parler de l'Aube dorée hellénique si le souvenir est exact. Elle ne devait pas venir d'E&R directement, probablement empruntée pour la publicité temporaire. Il s'agit de l'inscription « Aube dorée » avec comme fond la représentation du pantacle de terre de la Golden Dawn, le dessin qui suit :


Votre serviteur ignore qui est le responsable de ce petit montage mais voilà bien là une manoeuvre de « subliminal » et de manipulation sous le niveau de la conscience. Force est de constater qu'il y a des gens dans la « dissidence » qui ont pour vocation de tout brouiller, tout confondre et tout amalgamer dans ce qui relève du spirituel et du symbolique pour des intérêts et des buts qui leurs sont propres.

Quand à l'article de Slate.fr présenté ici, étant issu d'un média mondialiste, il était assuré qu'il ait des défauts importants. Au sous-titre de l'article, on nous parle de la « plus célèbre école de magie de tous les temps », ce qui est une grossière exagération. Il est vrai que le regroupement londonien des années 1890-1910 a joué un rôle fondamental dans la renaissance de la magie que nous assistons actuellement dans les pays anglo-saxons. Mais au-delà de ça, cette petite association de quelques dizaines de personnes sur une période d'une quinzaine d'années tout au plus n'est absolument rien en comparaison avec les grandes écoles traditionnelles d'autrefois, comme Memphis en Égypte, l'Oracle de Delphes, les Mystères d'Éleusis, etc. Même que le docteur Felkin a fondé en Nouvelle-Zélande un « offshot » de la Golden Dawn qui a compté davantage d'adhérents que l'original et qui a duré presque trois fois plus longtemps. Donc pour « la plus célèbre de tous les temps », on repassera...

Également la capsule-vidéo accompagnant l'article. Oui, il y a des gens qui se rassemblent pour pratiquer en groupe les rituels issus de la G.D. Maintenant, cela ne ressemble pas forcément à ce que vous voyez là, avec les costumes, le cérémonial et tout le tralala. Signalons que dans le monde anglo-saxon, il y a beaucoup de pratiquants solitaires, ainsi que d'autres qui préfèrent un tout plus dépouillé, surtout lorsqu'ils sont influencés par la « chaos magick » à la Pete Carroll où il est dit qu'un véritable adepte se reconnaît par le fait qu'il procède « la main vide » (en anglais : empty hand). Alors ici aussi la prudence est de mise contre les amalgames. Ce qu'il faut retenir, c'est que  « Golden Dawn », à partir d'un petit groupe localisé dans le temps et dans l'espace, est presque devenu un terme général des mouvements magiques anglo-saxons. Il suffit de constater à quel point le rituel de base du groupe d'origine, le Lesser Banishing Ritual of the Pentagram est devenu le déterminateur commun de la magie occidentale d'aujourd'hui. Personnellement, outre avoir trouvé sa propre page wikipédia, votre serviteur a dénombré près d'une quinzaine de variantes à celui-ci (et il doit y en avoir beaucoup plus).

Cela a bien fait rire votre serviteur lorsqu'il a vu le nom de Donald Michael Kraig car c'est un auteur qu'il connait depuis longtemps. La Jérusalem des Terres Froides a déjà mentionné son ouvrage Modern Sex Magick à l'article Aleister Crowley, Peaches Geldof et "l'élite satanique" (2). Par contre ça ne l'a pas fait rire du tout lorsqu'il a vu le nom de Stéphane François. Ce serait trop long à expliquer ici mais l'auteur de ces lignes n'a pas confiance en ce "spécialiste de l'ésotérisme et de l'extrême-droite", qu'il soupçonne d'être un intellectuel vendu comme Pierre-André Taguieff. Pour Kraig, mentionnons qu'il s'est surtout fait connaître pour un livre qu'il a publié chez Llewellyn à la fin des années 80, Modern Magick. Eleven Lessons in the High Magickal Arts, qui a été un grand best-seller dans son créneau littéraire et qui est toujours réédité aujourd'hui mais avec pour sous-titre : Twelve Lessons in the...  Il en existe une traduction française, qui n'a pas été distribué au Québec, sous le titre : La véritable science des mages (Labussière 2006).

Le Modern Magick de D.M.K. est le premier livre de magie allant plus loin que des recettes qui se soit retrouvé entre les mains de votre serviteur, à son époque collégiale. Ayant une grande importance dans la vie personnelle de l'auteur de ces lignes, du fait qu'il soit le premier et que pour l'obtenir, il y aura fallu la grande expédition au centre-ville de Montréal (à la boutique du Mélange magique qui a fermé ses portes en septembre dernier), aujourd'hui force est de reconnaître que c'est loin d'être le meilleur ouvrage dans le domaine. Il est même dépassé comme peut l'être l'oeuvre de Franz Bardon. L'essentiel des techniques dites de la « Golden Dawn orthodoxe » s'y retrouve mais avec quelques différences d'avec les rituels des autres livres de la même « G.D. orthodoxe », ce qui donne à croire que son auteur s'est trompé à plusieurs reprises. C'est peut-être la raison de cette nouvelle édition à « douze leçons », mais votre serviteur ne saurait dire car il n'a jamais eu l'occasion de comparer les deux. Il y a aussi son concept de  « gray magick » qui est particulièrement ridicule en plus d'être férocement paranoïaque, surtout lorsqu'il donne un exemple où le praticien qui voulait obtenir 1000$ tue son oncle par inadvertance (p.11 ; p.15 : « Remember, being proficient in a divination system is necessary to prevent Grey Magick from becoming Black Magick ») ou encore ses parents (p.307 « ...your talisman may have been responsible for the death of your parents, so your magick was definitely of the blackest kind »). Et finalement les soraliens apprécieront, Kraig est d'origine juive, nous parle dès l'introduction de sa bar-mistva et des tephilim portés à la synagogue, dénonce les « sociétés occultes allemandes des années 20 qui ont mené au nazisme » (comparé à la « lumineuse G.D. pure qabale », p.141-142) et tente désespérément de donner un beau rôle aux Juifs pendant la chasse aux sorcières en racontant une histoire de Juifs ayant caché des sorcières païennes des autorités chrétiennes (p.298). Et sans aller jusqu'à la « haine des goyim » car il n'y a quand même rien de la sorte dans le livre, il faut bien constater que la critique de Andrew Richardson sur Amazon.com est plutôt fondée.

Conclusion en revenant à l'article de Slate, ici Kraig a tout-à-fait raison de s'indigner, le rapprochement entre G.D. historique et la réaction grecque actuelle n'est pas justifié. Et votre serviteur l'avait oublié mais c'est vrai qu'il existe une marque de beurre aux USA qui s'appelle « Golden Dawn ». Ceci dit, le responsable de la Jérusalem des Terres Froides serait assez surpris si les responsables de cet amalgame comme Ploncard continuaient dans cette direction. Ils ne pourront jamais aller plus loin qu'une série de suppositions, de manipulations, et ils finiront par trouver d'autres sujets plus faciles à exploiter pour la promotion de leur option politico-religieuse.

---Quand la communauté des magiciens condamne Aube dorée---

Par Quentin Bruet-Ferréol
Paru dans Slate.fr
Le 13 novembre 2013 

Le parti néonazi grec aurait selon elle usurpé le nom de la plus célèbre école de magie de tous les temps. Et on ne parle pas de Poudlard.

Le magicien David Griffin (via Hermetic Order of the Golden Dawn.)
Le magicien David Griffin (via Hermetic Order of the Golden Dawn.)

Implication présumée dans l'assassinat du rappeur Pavlos Fissas, arrestations en série dans ses rangs, assassinat de deux de ses membres: le parti grec Aube dorée est actuellement dans la tourmente. Ajoutons-y aujourd'hui une infortune supplémentaire: la formation d’extrême droite subit les attaques d'un groupe inattendu qui s’insurge contre l’usurpation du patronyme «Aube dorée». Et ce groupe, c’est... une société secrète ancestrale dont les membres sont des magiciens, des prêtres et des maîtres de l’occulte.

D'où sortent donc ces magiciens furieux d'être associés aux extrémistes d'Aube dorée? On emploie à dessein le mot de magiciens, pas de prestidigitateurs: ce sont de véritable pratiquants du surnaturel, qui croient sincèrement au pouvoir de la magie.

La majorité d’entre eux révèrent et se réfèrent à la tradition d’une société secrète: l'Ordre hermétique de l'Aube dorée (Hermetic Order of the Golden Dawn), créé en 1888 en Grande-Bretagne. Dans l’Anthologie de l’ésotérisme occidental de Pierre A. Riffard, on apprend que cet ordre fonctionnait comme une école de magie initiatique. Ses cours intensifs en hermétisme, Kabbale ou alchimie permettaient aux élèves de grimper dix grades correspondant chacun à une sefirah (branche) de l'Arbre kabbalistique. Rien à voir avec le passage à tabac d'immigrés...

Stoker, Yeats et Crowley

Les cérémonies complexes de la Golden Dawn attirèrent autrefois de grands noms, comme Bram Stoker, l'auteur de Dracula, le poète W.B. Yeats, Arthur Machen et le sinistrement célèbre Aleister Crowley. Les activités de la Golden Dawn durèrent une quinzaine d'années avant qu'elle n'éclate en de très nombreuses loges schismatiques en 1901. Aujourd'hui, ces loges existent encore à travers le monde et ce sont elles qui se rebellent contre le parti Aube dorée.

Il est très difficile d'évaluer leur nombre exact et la nature de leur pratique. Souvent tenues par un nombre très restreint de magiciens ou de prêtres païens, elles se réduiraient la plupart du temps à «deux personnes, deux chaises et un ordinateur» selon Stéphane François, sociologue spécialiste de l’ésotérisme et de l'extrême droite. Cependant, certaines loges paraissent plus organisées et proposent des programmes d'initiation pour devenir membre.

C'est le cas de la Golden Dawn internationale d'Alpha Omegan dirigée par David Griffin, qui développe un discours commercial autour de ses formations et dit avoir des temples «officiels» dans plusieurs villes en Amérique du nord, Amérique latine et en Europe. En France, un véritable temple aurait existé, l'Ahathoor. Aujourd'hui, il est vraisemblable que les cérémonies aient lieu chez les pratiquants du culte, témoin cette vidéo haute en couleur qui circule sur le web.



Donald Michael Kraig, magicien américain membre d’une Golden Dawn, m'invite à rester prudent et à me méfier de tout groupe se prétendant être «les uniques héritiers de la Golden Dawn»:
«Si vous trouvez un temple, vous pouvez facilement vérifier que ces gens suivent la tradition légitime ou s'ils l'ont modifiée. Par exemple, la statue d'Osiris se trouve-t-elle bien à l'Est ou l'ont-ils déplacé à un autre endroit? […] Surtout, méfiez-vous d'eux s'ils vous demandent de l'argent sans jamais vous en rendre!»
Quoiqu'il en soit, il va sans dire que l'Ordre hermétique de l'Aube dorée n'a jamais déposé sa marque à l'international. Impossible donc pour nos sorciers de recourir à la magie du droit pour se protéger de l'usurpation d'identité par le parti grec.

Des lettres ouvertes en guise d'incantations

Nos magiciens en reviennent donc aux incantations publiques d’aujourd’hui: des lettres ouvertes sur le web. Il faut dire que ces passionnés d'ésotérisme sont furieux d'être associés à l'Aube dorée grecque et de la confusion qui règne: alors qu'il y a peu, une requête sur le net pour les termes «Golden Dawn» menait droit à des photos de magiciens et de signes kabbalistiques, aujourd'hui, ces images ont cédé la place à des drapeaux rouges et aux simili-croix gammées du parti politique grec.

En réaction, le premier appel tonitruant fut celui de Donald Michael Kraig:
«Levez-vous et faites savoir à tout le monde si vous condamnez ou non les idées et les objectifs du parti grec Aube dorée. Si c'est le cas, tout le monde a le droit de savoir. […]. Et même s'il existe des disparités entre les différentes loges de l'Ordre hermétique de l'Aube dorée, je vous propose de vous unir et d'être solidaires face à cette menace.»
Suite à cette exhortation, les magiciens se sont alignés et ont réaffirmé leurs idées politiques, à l'instar de Brany Williams, prêtre païen qui rejette l'Aube dorée grecque, de l'ordre BIORC (Ba Iset Order of the Rosy Cross), de l'Open Source Order of the Golden Dawn ou encore de David Griffin lui-même.

Ce partisan de la fin du schisme s’est réjoui sur son blog de cet appel qui permet aux loges magiques de s'unir contre un ennemi commun, un évènement historique pour les Golden Dawn schismatiques. Après un siècle de séparation et de désunion, les magiciens joignent enfin leur voix pour protester contre le parti grec et condamner toute forme de racisme et d’antisémitisme.

Cependant, tout n’est pas rose au royaume de l’Ordre hermétique. David Griffin reconnaît le sectarisme de certaines loges qui refusent les Thélémites (disciples d’Aleister Crowley et de sa religion Thelema) et parfois les membres de certaines religions.

Le magicien Nick Farrel admet que l'ordre a parfois eu des membres nazis ou fascistes en son sein, tout en insistant sur le fait que cela ne reflète absolument pas le coeur de la Golden Dawn. Il évoque notamment le cas de Yeats, qui avait dédié un poème aux Blueshirts irlandais, un mouvement ouvertement fasciste, ainsi que celui de Maud Gonne, magicienne et admiratrice d'Hitler.

Une marque de beurre dans le Wisconsin

Faut-il penser, à l'inverse, que le parti Aube dorée a lui des racines magiques? Aucune indication du mouvement grec n'est disponible à ce sujet et, malgré de nombreuses tentatives, je n’ai pas réussi à obtenir de commentaires sur cette affaire. Dommage: j’aurais aimé avoir leur réponse, en particulier celle du charmant membre appelé «SlaveBlancAuxYeuxBleus».

Pour Stéphane François, le parti Aube dorée est un mouvement dénué de références ésotériques. Selon lui, l'homonymie ne serait qu’un hasard et s’il souligne d'ailleurs que les deux noms ne sont pas complètement semblables: Aube dorée d'une part et Ordre hermétique de l'Aube dorée de l'autre.

En Grèce, le nom Aube dorée serait une référence néopaïenne ethnique, dans la lignée du mouvement allemand völkisch pour lequel la religion est un élément identitaire et «chaque peuple a son génie propre», ce qu'Aube Dorée exprime avec finesse en clamant «La Grèce aux Grecs».

Ce n'est pas par hasard si, dans les années 80, époque où il était très marginal, le mouvement Aube Dorée s’est revendiqué de la religion hellénique, retour contemporain à la religion grecque antique interdite par l'empereur Théodose en 392 et 393, lequel s'inscrivait dans la croissante mouvance du néopaganisme. Aujourd'hui, il lui a préféré la religion orthodoxe, selon le modèle grec, mais il s'agit selon Stéphane François d'un «écran de fumée politique» car le mouvement continuerait de pratiquer le néopaganisme.

Références païennes à des mythes originels solaires, parabole de la renaissance de la Grèce, convocation d'une imagerie métaphorique de l'ordre nouveau propre à impressionner une population grecque qui souffre depuis des dizaines d'années… La thèse d’une stratégie totalitaire semble suffire à expliquer le nom halluciné d'un mouvement qui se nourrit à tous les râteliers identitaires. A ce stade, je suis rassuré à l'idée que, non, il n’y a pas de skinhead-magicien armé d'une batte et d'une baguette magique en Europe.

«C'est juste une coïncidence», me confirme Kyle B., un apprenti alchimiste et magicien, membre d'une des nombreuses communautés de la Golden Dawn sur Facebook, depuis longtemps envahi par tous les groupes ésotériques. Et c'est Don Michael Kraig qui nous donne le fin mot de l'affaire, confiant que, selon lui, Aube dorée a juste choisi ce nom parce qu'il «trouvait que ça sonnait bien». Et d’ajouter:
«De toute façon, Golden Dawn, et j'en suis désolé, c'est aussi une marque de beurre dans le Wisconsin

mardi 12 novembre 2013

Quelques guérisseuses françaises et une sorcière luciférienne

Un petit article qui allait être oublié par la Jérusalem des Terres Froides du passage de l'Halloween cette année. Marc Stenger du Figaro Magazine a recueillit les témoignages de quatre femmes françaises qui pratiquent une forme ou une autre de guérison par des moyens non-reconnues par la science officielle. La première, Hécate, est une grande habituée du sensationnalisme des médias français. Étant l'héritière spirituelle d'Octave Sieber (voir l'épisode 7 de la série Les chemins de l'ombre, la sorcellerie), qui lui-même aimait beaucoup l'apparat sombre et gothique, pas surprenant qu'elle se présente sur fond rouge avec dague à la main en compagnie de la Faucheuse et de Vlad Dracul. Elle sait donner l'image qui sera exploité par les médias. Notons au passage que c'est avec elle que l'écrivain Édouard Brasey a tenté de passer une nuit dans le mausolée de Maria de Naglowska au cimetière Père-Lachaise à Paris et que c'était elle la plus motivée du trio aventurier (Une fortune en échange d'une soirée en enfer, dans Enquête sur l'existence des anges rebelles, J'ai lu p.98-100). Quand aux trois autres « sorcières », elles rappellent à votre serviteur cette phrase que l'on retrouve chez Denis Labouré dans sa réfutation de la filiation initiatique guénonienne : « Bien des ouvrages de théologie ou de symbolisme ont été écrits par des docteurs morts d'une maladie qu'une simple paysanne aurait pu guérir en dix minutes par la prière ».

Ajout du 10 février 2014 :
La sorcière Hécate a également tenté d'intégrer une « chaîne vampirique » à partir des livres de Jean-Paul Bourre. Cela est raconté brièvement dans l'Enquête de Brasey (J'ai lu, p.107-108) et ce passage a été recopié ici à la Jérusalem des Terres Froides à la toute fin de l'article Le « satanisme » reproché à Jean-Paul Bourre par « le bon docteur Laïbi ».

---Sorciers et guérisseurs : rencontre avec ceux qui défient la science---

Par Marc Stenger
Paru sur le site du Figaro Magazine le 31 octobre 2013

Hécate exerce à Paris depuis plus de trente-cinq ans et reçoit une importante clientèle issue de tous les milieux.
Hécate pratique à Paris depuis plus de trente-cinq ans et reçoit une importante clientèle issue de tous les milieux. 
Crédits photo : Éric Martin pour Le Figaro Magazine

Sorciers, rebouteux, guérisseurs et magnétiseurs... ils racontent leur parcours et leurs expériences.


Hécate, sorcière luciférienne à Paris

«Je me suis consacrée à l'art délicat de faire dévier le cours du destin»

Cheveux noirs et regard ­profond, Hécate, sorcière luciférienne, exerce à Paris depuis plus de trente-cinq ans et reçoit une importante clientèle issue de tous les milieux: hommes d'affaires, amoureux éconduits, personnes en quête de vengeance ou de faveur. Parfois, des personnalités politiques étrangères font appel à ses compétences. Pour le meilleur et pour le pire. Dans son bureau qui ressemble à un cabinet de curiosité, elle reconnaît en souriant que la plupart des objets qui s'y trouvent sont surtout là pour planter le décor… Et que l'essentiel est ailleurs. «Née dans une famille plutôt croyante et conventionnelle, j'ai fini par prendre conscience que l'existence pouvait être autre chose qu'une vallée de larmes sans espoir et qu'il était possible de peser sur l'ordre des choses, explique-t-elle. Après une longue initiation avec Octave Sieber, grand prêtre luciférien, et Yul Rugga, grand maître français de la Wicca occidentale (un mouvement religieux syncrétiste né dans la première moitié du XXe siècle, ndlr), je me suis consacrée à l'art délicat de faire dévier le cours du destin.» Sorcière sans complexe, Hécate exécute des ­rituels d'amour ou de haine, de richesse ou de faillite, de puissance ou de déchéance, comme de vie et de mort. «On peut presque tout me demander, assure-t-elle. Mais c'est moi qui, en dernier ­ressort, décide si l'action est en accord avec ma vision des mondes.» Attention, la sorcière ne promet jamais rien et prévient sans détour: «On ne peut pas faire n'importe quoi ni vendre l'impossible au nom des puissances de l'occulte. L'art du sorcier agit par suggestion et modification des courants d'ondes qui nous entourent et dont nous sommes les jouets. Tout bon pratiquant des “arts magiques” crée son propre “égrégore” par la multiplication de ses rituels. Mais il ne peut jamais prétendre le maîtriser complètement. Le sorcier est l'intermédiaire entre les “forces de l'occulte” qu'il invoque et l'action à réaliser.» Hécate ne garantit jamais de résultat et refuse systématiquement d'intervenir sur la santé ou la maladie. «Sorcière oui, charlatan non!»

Hélène Jimenez, rebouteuse à La Tour-Blanche en Périgord


Hélène Jimenez: «J'ai appris intuitivement, sans livre.»
Hélène Jimenez : « J'ai appris intuitivement, sans livre. »
Crédits photo : Rodolphe Escher pour Le Figaro Magazine

«Mon don, je l'ai appris par hasard. Personne n'en avait dans la famille»

Hélène a 17 ans lorsque, blessée au genou, elle se résout à aller voir un rebouteux près de chez elle. Il lui remet les nerfs en place et lui déclare qu'elle aussi a le don. Incrédule, elle s'exerce, d'abord sur elle-même, puis sur ses proches. «J'ai appris intuitivement, sans livre. Il faut toucher la zone endolorie et si le nerf se dérobe sous les doigts, c'est qu'il faut le remettre en place, dans la bonne ligne.» Hélène s'est fait connaître dans le pays par le bouche à oreille. Agée aujourd'hui de 44 ans et employée de ménage en journée, elle reçoit le soir une à deux personnes chez elle pour soigner entorses, chevilles tordues, épaules congestionnées ou sciatiques. Elle enlève aussi le feu des brûlures, en posant les mains au-dessus sans toucher la peau. En échange, les gens donnent ce qu'ils veulent: «Je ne fais pas ça pour l'argent. J'ai souffert au départ et je sais ce que c'est. Si les gens reviennent, c'est que je leur fais du bien.»

Isabelle Bevelot, guérisseuse-magnétiseuse en Champagne

«On réceptionne l'énergie négative des ­personnes, il faut savoir la canaliser»
 
Dans la famille Bevelot à Vitry-en-Perthois (Marne), il y a le père, Pierre, 80 ans, fils de sourcier et ancien éleveur laitier, devenu ­guérisseur ou «toucheur». Vient ensuite la fille, ­Isabelle, 45 ans. À 11 ans, elle apprend les gestes auprès de son père. «J'ai commencé à l'école, les professeurs de sport m'appelaient en plein cours pour remettre les entorses et les foulures, lorsque les élèves s'étaient fait mal.» Dès l'âge de 19 ans, elle en fait son métier et consulte dans la maison familiale. Isabelle dénoue et remet en place les nerfs coincés, éteint le feu des ­zonas ou des brûlures, apaise les ­allergies. Elle soigne aussi à distance, à l'aide d'une photographie du ­souffrant. ­Depuis deux ans, les fumeurs viennent aussi la voir. «On réceptionne l'énergie négative des ­personnes, il faut savoir la canaliser. Dès que je touche une ­personne, je reçois ce qu'elle ressent. Après chaque consultation, je me ­repose pendant quinze­ ­minutes pour évacuer les mauvaises ondes.» Isabelle a transmis le don à ses deux enfants ; son fils excelle dans la coupure du feu. Par deux fois, l'enfant à peine âgé de 10 ans a «éteint» les brûlures de son père, sur le visage et les genoux.

Adrienne Larrieu, rebouteuse magnétiseuse en Languedoc


Adrienne Larrieu.
Crédits photo : Frédéric Maligne pour Le Figaro Magazine

«Mon magnétisme me guide là où est le mal, à la source»
 
À 89 ans, Adrienne Larrieu fait preuve d'une énergie qui coule à plein bord. Pas le genre à s'apitoyer sur son sort. Avec une voix enjouée, elle vous interroge, puis vous assoit sur l'une des chaises de sa salle à manger. C'est dans cette modeste pièce, au rez-de-chaussée d'une HLM, que ­défilent tous les matins, de 9 heures à midi, les corps fragilisés, dégingandés, meurtris… Des ­médecins lui envoient régulièrement des patients, le service des grands brûlés de Purpan a déjà eu ­recours à ses services. La retraitée de Castanet est une figure de la région. Elle a hérité du don de sa grand-mère pour soigner les brûlures (y compris par téléphone), les tendinites, les ­zonas, les eczémas… Silhouette à la Piaf, poigne de catcheuse, elle vous manipule avec une bienveillance ­musclée. L'ancienne ouvrière n'a pas ­potassé l'atlas du corps humain ­Sobotta, mais connaît sur le bout des doigts l'anatomie. Tout en ­parlant, ses mains décontractent, localisent la ­douleur, suivent les muscles, ­pressent… «Mon magnétisme me guide là où est le mal, à la source, dit-elle. Pour soigner une ­sciatique, on doit toujours partir de la malléole. Je ne suis qu'une intermédiaire avec là-haut: ça ne marche que ­lorsque c'est fait avec amour. Il faut une grande foi pour réussir!» Comme à la messe, une panière en osier recueille les cinq euros tarifés pour la consultation. Mais chaque matin, à l'aube, c'est ­gratuitement qu'Adrienne fait le tour de ses voisins pour les soulager de leurs maux. «Penser aux autres? Tout le monde à ce don, non?»

Le combat de boxe du mondialisme contre le Vaudou

Voilà un bon moment que la Jérusalem des Terres Froides n'était revenue sur son libellé Vaudou. Mais nous avons ici un nouvel exemple d'amalgame frauduleux de la part d'un mass-média mondialiste sur le dos de cette religion. C'est le classique Vaudou = superstition et charlatanisme.

20 minutes.fr a publié un article sur la sortie prochaine de l'autobiographie de Mike Tyson où il est rapporté qu'à cours de moyens, le boxeur a fait appel à la magie par l'intermédiaire d'une femme d'abord et un homme ensuite. Dans l'article, ils sont qualifiés de « femme pratiquant le vaudou » et « prêtre vaudou » et franchement, votre serviteur ne voit pas pourquoi ils sont décrits ainsi. Ce n'est pas parce qu'un homme noir fait appel à la magie (à raison ou à tort abusé par des charlatans) que cela implique spécifiquement la religion béninoise-haïtienne-néo-orléanaise appelée « Vaudou » ( ou « Vodou », « voodoo », etc). Cette utilisation du mot « vaudou » pour signifier « magie superstitieuse charlatanesque », appliquée à un homme noir connu pour ses nombreuses frasques, avec en gros plan cette photo qui met en évidence son tatou facial, ça va plus loin qu'une nouvelle attaque pour priver les gens de leur potentiel métapsychique, ça sent une forme de racisme du genre « les noirs laissés à eux-mêmes ne peuvent qu'en venir à la superstition et au charlatanisme ».

Puisqu'il n'est pas encore sorti, votre serviteur n'a pas lu le bouquin de Tyson. Les deux seules possibilités qu'il peut voir en ce moment pour justifier l'utilisation du qualificatif « vaudou » par le journalope est que dans le livre, il soit dit que ces deux personnes se sont ouvertement réclamées du Vaudou, ou encore Mike Tyson ne connaît rien de cette religion et utilise ce mot dans son sens déformé par les mass-médias. Si ce n'est pas l'une ou l'autre de ces deux possibilités, dans ce cas cet article est ouvertement une attaque mondialiste anti-Vaudou et anti-métapsychique en général... surtout avec l'insertion dans le titre du « en vain » entre parenthèses.

---Comment Mike Tyson a essayé (en vain) le vaudou pour éviter la prison---

Paru sur le site de 20 minutes
le 12 novembre 2013

 L'ancien champion de boxe Mike Tyson, le 11 octobre 2013 à Las Vegas (Etats-Unis).
L'ancien champion de boxe Mike Tyson, le 11 octobre 2013 à Las Vegas (Etats-Unis). E. MILLER/GETTY IMAGES NORTH AMERICA

L’autobiographie de l'ex-champion de boxe américain Mike Tyson Undisputed Truth promet, malgré des épisodes douloureux, quelques perles. L’homme, passé par les drogues, la violence, la mort accidentelle d’une de ses filles, peut toutefois faire rire, rapporte le quotidien britannique Daily Mail.

Dans ce livre, Mike Tyson revient sur un épisode après sa condamnation pour viol en 1992. Avant d’être envoyé en prison, celui qui se désigne alors comme un «con arrogant» fait le tour du pays pour coucher avec toutes ses ex-petites copines.

Il rencontre alors une femme pratiquant le vaudou, cette dernière lui promettant un sort pour éviter la prison. Mike Tyson raconte avoir déposé 500 billets d’un dollar dans un pot, uriné dedans et l’avoir gardé sous son lit pendant trois jours. En vain…

Le boxeur suit ensuite les prescriptions d’un prêtre vaudou. Il se rend de nuit vers le tribunal avec un pigeon et un oeuf qu’il jette à terre alors qu’il relâche le volatile, criant: «Nous sommes libres!» Il croit presque que cela pourrait fonctionner, car il se sent alors invincible. «Dans mon esprit, écrit-il, je n'avais pas de pairs. J'étais le plus jeune champion poids lourd de l'histoire de la boxe. J'étais un titan, la réincarnation d'Alexandre le Grand.» Condamné à six ans de prison, Mike Tyson a passé trois ans derrière les barreaux. 
A.-L.B.

lundi 11 novembre 2013

L'esprit du temps ou l'islamophobie radicale

Il est un auteur que la Jérusalem des Terres Froides apprécie beaucoup et dont elle a déjà repris deux ses textes dans son libellé Authentique sorcellerie des élites, Guillaume de Rouville. Celui-ci ne fait pas du tout dans l'ésotérisme, il est chroniqueur géopolitique mais ses réflexions sur le comment les élites oligarchiques et leurs pouvoirs médiatiques « envoûtent » l'opinion publique occidentale pour lui faire avaler n'importe quoi, comme par exemple des agressions féroces contre des populations innocentes, sont très pertinentes et se rapprochent beaucoup de ce qui pourrait être appelé ici « l'application des règles de la magie en politique ».

M. de Rouville, qui a son propre site ouèbe et il est également un « invité » des 7 du Québec, poursuit ses réflexions précédentes mais en abordant la question précise des attaques contre l'Islam, L'esprit du temps ou l'islamophobie radicale (3 novembre 2013). À l'exception de la référence aux « procès de Moscou », où votre serviteur a de grandes réserves car les purges de la cinquième colonne nazie dans les années 30 étaient nécessaires pour la victoire de 45 et les histoires de « procès truqués » étant essentiellement des bobards de Trotsky pour défendre ses agents comme Piatakov, cet article de M. de Rouville est un fondamental pour comprendre ce qui se passe aujourd'hui et ce qui motive ceux qui se cachent derrière la « charte des valeurs québécoises » (Parti Québécois, Vigile.net, « L'aut'Journal », Quebecor, LA Benhabib, Serge Charbonneau et Pierre « JC » Allard des 7 du Québec, etc).


---L'esprit du temps ou l'islamophobie radicale---




La grande question du XXIème siècle est et sera celle de l’islamophobie. L’islamophobie est en effet le mal du siècle présent, à l’image de ce que fut l’antisémitisme au cours du siècle précédent. Si la haine a changé de cible, elle n’a pas changé de méthode. La « bête infâme’ est toujours là et rôde autour de sa proie avec le même appétit prédateur. Les loups sont entrés dans Paris, Washington, Londres ou Jérusalem. Aujourd’hui, ce sont les Musulmans qui sont les principaux bouc-émissaires de la haine ordinaire des peuples occidentaux et de leurs élites et qui risquent de payer très cher le peu de cas que nous autres, citoyens des Lumières et enfants gâtés de la démocratie, faisons de leur sort peu enviable.

L’Occident, une fois le cadavre du communisme jeté dans les bas-fonds de l’histoire, a su faire de l’Islam le mal absolu, l’ennemi à combattre, le nouveau totalitarisme qui menacerait nos libertés, nos terres, nos identités. Moyen astucieux pour détourner les colères légitimes des peuples occidentaux contre les prédations répétées de leurs élites qui, pour s’enrichir à outrance, n’ont pas trouvé de meilleure solution que d’expédier les emplois de leurs concitoyens dans des contrées lointaines après avoir ouvert les vannes de l’immigration économique pour faire pression sur les salaires de leurs travailleurs nationaux. Face à la faillite d’un système libéral dominé par la finance et l’esprit de lucre, il fallait brandir une menace qui puisse canaliser toutes les vieilles rancoeurs des peuples, fruits des échecs successifs de nos sociétés capitalistes.

L’islamophobie a ses théoriciens respectés et reconnus dans le cercle étroit de nos élites atlantistes : tel un Samuel Huntington avec son « choc des civilisations » qui est, en quelques sortes, une invitation à la guerre éternelle, un bréviaire de la haine de l’autre au nom des intérêts géostratégiques d’une poignée d’Occidentaux ; ou une Bat Ye’or avec son concept « d’Eurabia » (« Eurabia : l’axe euro-arabe » ), qui voudrait étendre à l’Europe le modèle d’apartheid et de discrimination à l’oeuvre en Israël afin de résister à l’invasion des nouveaux « barbares ».

Nos élites islamophobes n’ont pas seulement leurs théoriciens, elles ont aussi leurs guerriers qui sont allés porter la guerre en terres musulmanes pour prouver leurs théories nauséeuses. Il leur fallait donner de la substance à leur paranoïa, du prestige à leur volonté de nuisance et pratiquer la physique des crimes après avoir épuisé toutes les ressources de la métaphysique des peurs. Leurs chefs de guerre sont revenus de leur croisade afghane, irakienne, libyenne, bouffis d’héroïsme sanglant, après avoir massacré des innocents, torturé des enfants qui défendaient leur village avec une pierre ou un bout de bois, après avoir ravagé les campagnes et les villes avec des armes interdites par les conventions internationales, après s’être accaparé les richesses des pays agressés, ils sont revenus donc, pour proclamer sans nuance : « ils nous détestent » , « ils nous haïssent » , « ils nous maudissent » . Ils ont osé justifier leurs guerres par cette haine prétendue que les peuples lointains nourriraient à notre égard, en feignant d’ignorer que cette haine, lorsqu’elle existe, n’est que la conséquence directe des guerres que nous menons au nom de la démocratie contre ces peuples sans défense [i].

L’ensemble des intellectuels atlantistes [ii], autrement dit, ceux que nous entendons dans les médias occidentaux, partagent, avec plus ou moins de virulence, plus ou moins de nuance, les présupposés islamophobes et guerriers de ces « théories du complot islamiste’. Celui qui ne suit pas à la lettre la doctrine atlantiste et ne participe pas au lynchage intellectuel et médiatique des Musulmans tombe vite dans la catégorie des suspects d’antisémitisme.

Par une sorte de tragique ironie de l’histoire, l’antisémitisme supposé des uns est devenu l’alibi de l’islamophobie avérée des autres : c’est ainsi que pour cacher son islamophobie radicale, tel ou tel intellectuel atlantiste ira de sa dénonciation de l’antisémitisme ambiant, soulignera avec effroi la dangereuse progression de l’antisémitisme dans nos sociétés toujours habitées par les démons du passé. Qu’importe que les faits et les chiffres invalident ces propos et que, si l’antisémitisme n’a pas disparu, pas plus que le racisme ou le sexisme, il est aujourd’hui marginal à l’échelle de nos sociétés (évidemment pas à l’échelle des personnes qui peuvent le subir). Qu’importe que l’antisémitisme soit l’allié naturel du sionisme qui a besoin de son contraire pour exister et se justifier, ce qui compte c’est de noyer l’islamophobie sous les paroles généreuses de celui qui combattrait l’antisémitisme. On peut s’acheter ainsi une vertu médiatique à bon compte et espérer monter dans la hiérarchie atlantiste.

Les islamophobes radicaux vont encore plus loin : ils cherchent des têtes à couper en permanence, et comme le Père Duchène ou l’Ami du Peuple qui, sous la Terreur, réclamaient toujours plus de sang pour épurer le corps politique de ses excroissances incongrues, ils dénoncent comme antisémites (avec le courage inouï de ceux qui ne risquent que l’approbation de leur maîtres) tous ceux qui prendraient la défense des Musulmans ou ne seraient pas assez agressifs à leur égard, ou encore, quiconque oserait émettre une critique envers l’Occident sans y aller de son couplet sur les moeurs dénaturés de l’Islam [iii]. Toute critique de l’Occident passe, en effet, pour un manque d’islamophobie, et, par conséquent, pour un acte antisémite. D’une manière générale, toute personne qui se pose des questions sur le monde qui l’entoure devient suspect et est immédiatement mis à l’index de la pensée dominante. On l’aura compris, les atlantistes accusent leurs adversaires d’antisémitisme pour ne pas se voir accusés eux-mêmes d’être des islamophobes radicaux.

Pour parvenir à leurs fins, ils utilisent toute une panoplie de procédés dignes des procès de Moscou : amalgame, confusionnisme, rhétorique de disqualification, accusations en miroir, etc. Rien ne les arrête pour dénicher l’anti-atlantiste, le faire sortir de l’ombre et l’abattre en place publique pour édifier les peuples. Et le plus surprenant, c’est qu’ils réussissent, malgré l’indigence de leur raisonnement et la haine radicale qui les anime. Les victimes de leur vindictes sont en retrait, elles demeurent sur la défensive et passent leur temps à essayer de se justifier d’un brin d’humanité. Elles ne savent ni n’osent répliquer.

Or, il impérieux de réagir, pour être fidèle aux principes des Lumières, pour être les bons élèves du devoir de mémoire ou, enfin, pour garder le respect de soi-même. Il ne faut plus baisser la tête devant les islamophobes radicaux qui vous accusent d’être antisémites parce qu’ils sont à court d’arguments rationnels. Il faut combattre avec vigueur leurs méthodes inquisitoriales au nom des valeurs des Lumières qu’ils mettent en danger. Il convient de démonter méthodiquement leur paranoïa maladive qui voit des complots et des haines antisémites partout pour se dispenser d’affronter leur propre islamophobie.

Ainsi, au nom de l’islamophobie tout leur semble aujourd’hui permis à l’encontre des Musulmans dans les médias atlantistes : les dérapages verbaux, les insultes directes ou indirectes, les stigmatisations en tous genres, le mépris, les caricatures outrancières, les moqueries condescendantes. « Tous des terroristes », « tous des délinquants », « tous antisémites » ; « des délinquants qui deviendront des terroristes ; « des profiteurs du système » ; « des parasites » : ce sont là quelques uns des messages que les islamophobes distillent quotidiennement dans nos médias. Jusqu’à la fameuse affirmation que « le peuple Palestinien n’existe pas », condensé de tout le reste qui peut se comprendre comme une manière de nier le droit à l’existence d’un peuple pour s’autoriser à l’anéantir à petit feu comme un Slow Motion Holocaust. Apres cela il ne faudra pas s’étonner que la mort d’un Musulman sous les bombes occidentales ne soit jamais considéré autrement que comme un dommage collatéral, un détail sans importance dans la glorieuse histoire de l’Occident, rempart de la civilisation face au néant de « l’autre ».

« L’islam ne pouvait naître que dans un désert stupide, au milieu de bédouins crasseux qui n’avaient rien d’autre à faire – pardonnez-moi – que d’enculer leurs chameaux. » Plateforme, Michel Houellebecq, éd. Flammarion, 2001, p. 261

Qu’importe que les principaux crimes de masse dans le monde, depuis la chute du mur de Berlin, soient l’oeuvre des Occidentaux. Qu’importe que le terrorisme islamiste soit le résultat d’une instrumentalisation sordide réalisée par les Occidentaux et leurs alliés wahhabites (comme on l’a vu le 11-Seprembre aux États-Unis, ensuite en Libye et en Syrie). Ce qui importe est d’affirmer avec conviction son islamophobie tout en la déguisant sous les habits de la laïcité, de l’humanisme, du féminisme, de la lutte contre les extrémismes, des Lumières mêmes, puisqu’on n’est plus à une contradiction ou à un reniement près.

Nous sommes descendus si loin dans le trou noir de l’irrationalité que, par une étrange logique, il n’est pas besoin de prouver un complot ou un attentat qui impliquerait des Musulmans ; quelques soupçons suffisent pour établir la liste des coupables et faire de la conviction des accusateurs des vérités officielles qu’on ne peut contredire sans risquer de se voir soumis à l’opprobre de ses contemporains. Si des Musulmans ont pu participer à un attentat, c’est qu’ils en sont les responsables et que les faits sont incontestables. A l’opposé, il devient impossible de prouver un complot qui serait l’oeuvre des Occidentaux ; toute preuve, tout faisceau d’indices, tout soupçon étayé ne sont jamais suffisants pour les tenants de l’innocence fondamentale des hommes blancs ; il leur faut toujours plus.

Ainsi, s’interroger sur le 11-Septembre et l’implication des Occidentaux dans leur réalisation c’est refuser la diabolisation systématique et immédiate des Musulmans et rejeter la théorie officielle du complot qui est, d’une certaine manière, une théorie du bouc émissaire se fondant dans le carcan du choc des civilisations. La théorie officielle du complot sur le 11-Septembre est, en effet, une théorie raciste et fondamentaliste qui veut mettre les grands crimes contemporains sur le dos des « autres’, sans preuve, sans examen critique et afin de dédouaner les « siens’, a priori et sans recours intellectuels possibles, de tout crime et de toute culpabilité.

« On est dans un moment épouvantable. Le milieu intellectuel parisien est dans une dérive parareligieuse, dans une islamophobie latente. Il existe une forme de crispation identitaire, une angoisse à la désoccidentalisation du monde, une rupture entre le clan des dominants et le monde multipolaire. Cette doctrine occidentaliste, qui veut que l’Occident soit riche et dominateur éternellement, m’inquiète » . Emmanuel Todd – El Watan. 3 novembre 2008.

Cette logique du « Musulman coupable par nature’, parce que Musulman, est à la base de l’institutionnalisation de la torture par les États-Unis qui peuvent ainsi soumettre à des traitements inhumains des milliers de personnes à travers le monde (Guantanamo n’étant que l’un de ces camps de torture dirigés par l’administration américaine) sur la base d’un simple soupçon de « terrorisme’, soupçon qui ne fait l’objet d’aucun contrôle judiciaire. La culpabilité d’un Musulman n’a pas besoin d’être prouvée, elle se déduit de son être même. Il s’agit là d’une forme d’essentialisme, qui est lui-même une forme radicale de racisme.

Les démocraties occidentales, et tout particulièrement les États-Unis, qui se définissent comme des États de droit, ont peu à peu créé, au nom de la lutte contre le terrorisme islamique, des zones de non-droit, des no man’s land juridiques destinés à rejeter hors de leur espace légal les « terroristes’, les « nouveaux barbares’, les « autres’, essentiellement les Musulmans, pour les soumettre à des régimes d’exception où les condamnations sans preuve, la torture, les humiliations en tous genres sont admis et encouragés[iv]. Le rejet de groupes humains dans un espace para-légal, au sein même des sociétés démocratiques ou dans des lieux soumis à leur souveraineté, est la traduction politique et administrative d’un essentialisme dont le ressort principal est la peur frénétique de l’autre.

« Les individus incarcérés à Guantanamo – n’étant ni des prisonniers ni des accusés, mais de simples détenus – se trouvent dès lors sous le joug d’une autorité sans réalité légale. Comme leur détention échappe entièrement à la loi et à toute autorité juridique, elle est illimitée dans le temps et de nature indéterminée. La seule chose à laquelle on peut comparer ce phénomène est la situation des Juifs dans les camps nazis qui, en plus de leur citoyenneté, avaient perdu tout statut légal, sinon qu’ils conservaient encore leur identité de juifs »[v]. Giorgio Agamben, Sovereign Power and Bare Life, Stanford University Press, 1998.

Cet essentialisme, on le retrouve, pour prendre un exemple médiatique, dans les caricatures de Mahomet, publiées en France dans le journal Charlie Hebdo en février 2006. Dans le contexte actuel de stigmatisation des Musulmans, ces caricatures correspondent à celles des Juifs des années 30 dans la presse antisémite. Et c’est au nom de la liberté d’expression qu’on nous fait tolérer cette presse de caniveau dont les dirigeants sont des partisans déclarés de l’atlantisme et du choc des civilisations[vi]. Bel exemple également de transmutation des valeurs.

(a) : « Il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon goût » ; « Les Musulmans se multiplient comme des rats » ; « Au lieu de contribuer au progrès de l’humanité, [les fils d’Allah] passent leur temps avec le derrière en l’air à prier cinq fois par jour », Oriana Fallaci, La Rage et l’Orgueil, Plon, 2002. (b) : « Fallaci vise juste, même si elle peut choquer par certaines formules », Pierre-André Taguieff, Actualité juive, 20 juin 2002. (c) : « Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face », Alain Finkielkraute, Le Point, 24 mai 2003.

L’islamophobie radicale prend peu à peu le dessus sur toutes les autres haines. C’est la nouvelle peste du siècle, la nouvelle passion grégaire d’une humanité occidentale à la recherche du mépris des autres pour tenter de comprendre le sien. On observe ainsi que l’ensemble des extrêmes droites européennes se rallient peu à peu à l’islamophobie radicale tout en abandonnant leur antisémitisme traditionnel (ce que l’on peut saluer) et prennent pour modèle le sionisme. Car les extrêmes droites voient dans le sionisme tous les éléments de leur philosophie : rejet de l’autre, discriminations raciales, nationalisme, apartheid. C’est ainsi que l’on peut comprendre le geste fou de Breivik en Norvège : c’est, en partie, au nom du sionisme qu’il a commis son acte atroce, si l’on se réfère au manifeste qu’il a lui-même écrit. Ses victimes étaient des jeunes militants préparant des actes de boycott d’Israël afin de dénoncer le sort réservés aux Palestiniens. Le meurtrier était un islamophobe radical, lecteur et admirateur de Samuel Huntington et de Bat Ye’or. Dire cela, c’est s’exposer à être traité d’antisémite, même si l’on est Juif soi-même.

*

Cette islamophobie ambiante est radicale en ce sens qu’elle permet de légitimer l’usage, à une échelle globale, par les Occidentaux, de la violence la plus extrême (guerres, tortures, dommages collatéraux, terrorisme d’État) contre des populations musulmanes qui sont présentées comme coupables des crimes qu’elles subissent. Torturer un Musulman est considéré comme un acte de recherche de la vérité et non pas comme un acte barbare, cruel et inhumain. D’une certaine manière, l’islamophobie radicale implique la mise à mort de « l’autre » Musulman au nom de la bonne conscience à toute épreuve de l’homme blanc occidental.

L’islamophobie radicale est également une idéologie totalitaire parce qu’elle prétend offrir une compréhension du monde totalisante et unique, un prisme universel à travers lequel tout devrait recevoir une explication simple, logique, définitive et qui donne systématiquement raison aux Occidentaux et à leurs crimes. Elle vise tout Musulman, d’ici ou d’ailleurs et est diffusée à travers l’ensemble des moyens médiatiques de masse qui reflètent et façonnent la représentation du monde des Occidentaux (dans les écrits des intellectuels de tous bords, les films ou séries télévisées).

Cette idéologie totalitaire est, enfin, un instrument de la géopolitique de la peur développée par les élites occidentales afin de continuer leurs prédations (coloniales) antérieures. Elle construit un ennemi imaginaire (le méchant musulman qui veut tuer le gentil blanc) à qui elle donne corps et substance à force de le désirer et, avec cet épouvantail, obtient, par la peur et l’effroi, le consentement (volontaire ou tacite) de ses populations à ses aventures capitalistes guerrières.

Le paradoxe apparent de l’islamophobie radicale, c’est que ses promoteurs s’allient volontiers avec l’Islam, lui aussi radical, d’inspiration wahhabito-salafiste, pour mettre en oeuvre le choc des civilisations. Cela relève d’un faux paradoxe et d’une ambiguïté propre à servir les intérêts géopolitiques des Occidentaux et des Wahhabites.

Du côté de l’Occident, on développe le mal que l’on prétend combattre pour lui donner une réalité qu’il n’aurait pas autrement. En effet, sans l’appui apporté par l’Occident au terrorisme islamique wahhabite de l’Arabie saoudite et du Qatar (en Afghanistan, Serbie, Tchétchénie, Libye, Syrie ou lors du 11-Septembre, etc), ce terrorisme serait resté localisé et n’aurait jamais pu avoir l’envergure internationale qu’il a aujourd’hui. Sans ce terrorisme islamique globalisé, les guerres de conquête de l’Occident, sous couvert de lutte contre le terrorisme, n’auraient pas pu aussi facilement trouver les pretexes nécessaires à leur lancement tous azimuts. Du côté des salafistes, l’islamophobie occidentale justifie la mobilisation de l’islam radical face à l’Occident meutrier des Musulmans et donne le change aux populations musulmanes (principalement sunnites) opprimées par leurs dirigeants décadents qui font leurs emplettes à Paris, Londres ou New-York.

*

Il faudra beaucoup de courage aux citoyens de tous horizons religieux ou politiques pour oser défendre les Musulmans après tout les monceaux de haines et de calomnies qui auront été déversés sur eux. Il leur en faudra beaucoup aussi pour rester fidèles aux valeurs des Lumières qui font de tous les êtres des semblables, des égaux, des frères humains.

Aucun peuple ne mérite de critiques excessives, ni aucun peuple de louages exagérées. Ni haine ni angélisme, juste prendre « l’autre’ pour ce qu’il est : une part de nous-mêmes, ni meilleure, ni pire, juste le miroir de notre humanité.

Aujourd’hui l’inhumanité qui habite l’Occident s’en prend aux Musulmans comme hier elle s’en prenait aux Juifs. C’est cela qu’il faut avoir le courage de dire et de dénoncer. Parce que dénoncer les puissants, ce n’est pas de la délation, mais du civisme. Pour que cesse cette infamie des temps présents et que l’esprit des Lumières reprenne le dessus sur le soleil noir de l’Occident ; pour qu’un jour il ne soit pas interdit et considéré comme criminel de tendre la main à un Musulman.

Guillaume de Rouville