vendredi 27 juin 2014

Trois ressources pour une meilleure connaissance d'Aleister Crowley

Une nouvelle entrée à la Jérusalem des Terres Froides avec un sujet qui s'enchaîne bien avec le dernier paru, qui traitait des délires magiques (« sabbataïstes ») du soralisme. Aujourd'hui l' « équipe éditoriale » de la JTF vous présente trois ressources pour comprendre intelligemment qui fut Aleister Crowley, deux « myths-busters » en anglais et une capsule-vidéo de 60 minutes en français. La vidéo est une entrevue avec Philippe Pissier, que votre serviteur avait présenté comme « l'un des deux meilleurs spécialistes de Crowley en langue française » dans son article Aleister Crowley en Russie, Christian Bouchet et Aleksander Douguin. Alors que Pissier a passé 25 ans à traduire Crowley, Christian Bouchet a eu le culot de venir dire ici-même à la JTF que Pissier n'était pas un spécialiste, sous prétexte qu'il n'aurait fait aucun travail historique universitaire. Sauf que vous constaterez par vous-même que non-seulement Pissier est un très grand connaisseur de l'oeuvre de Crowley, mais qu'il dépasse de beaucoup le finalement très surfait Bouchet, malgré les prétentions académiques du frontiste.


---Five False Rumors About Aleister Crowley---

 
Par Brandy Williams
Paru sur Patheos.com
Le 23 juin 2014

 
Aleister Crowley was an English gentleman of the Edwardian era, a magician, and the prophet of a new religion. Some revere him, some admire him, some excuse his every flaw; others revile him; a few, not content to work with the facts of his life, slander him. There are legitimate critiques that can be leveled against his actions and work – these are not among them!

1. He engage in human sacrifice.

Aleister Crowley never sacrificed a human being! He did however love to shock and trick unwary readers. In The Magick of Thelema, Lon Milo DuQuette analyses the essay “On The Bloody Sacrifice” in which Crowley described a sex magick working by swapping out the terms ecstasy, ejaculation and semen for the words blood, kill and death. Granted that hiding magical techniques with “twilight language” is a time-honored technique, this unfunny joke continues to provide detractors with amunition. DuQuette says tartly, “Thank you very much Mr. Crowley!” 

2. He wrote the Garnerian Book of Shadows.

The relationship between Gerald Gardner and Crowley is worth exploring in depth. Many scholars have analyzed versions of the Gardnerian Book of Shadows and have sourced passages from Crowley’s published work. That’s a long way from writing the entire book, however, and both Crowley’s biographer Dr. Richard Kaczynski and Gardner’s biographer Phillip Heselton have concluded that this is a rumor, not a fact. 

3. He spied for the Nazis.

A persistent assertion calls Crowley a traitor to his country and a Nazi sympathizer. In Aleister Crowley: the Biography: Spiritual Revolutionary, Romantic Explorer, Occult Master – and Spy, biographer Tobias Churton extensively documents Crowley’s activities during the Great War. Crowley masqueraded as a German propagandist in the service of the Allies and took personal risks in the service of his country. When he died, the contents of his pockets were found to include a letter from the Director of Naval Intelligence requesting an interview, clearly a prized possession. 

4. He was a Satanist.

Anyone involved in the esoteric communities has faced a version of this claim. DuQuette notes that Crowley rejected Judeo-Christian-Muslim values, and quotes Crowley as saying “The devil does not exist.” Nuit, Hadit, and Ra-Hoor-Khuit are the entities identified in the Book of the Law. Crowley included the male-female-goat deity Baphomet in the Gnostic Creed: “I believe in the serpent and the lion, mystery of mystery, in his name, Baphomet.” Baphomet may be frightening and abhorrent to some religions, but he is not Satan. 

5. He died alone, mad and pennyless.

In his last days Aleister Crowley took rooms in a Victorian guest house in Hastings named Netherwood. Many people came to visit him there, and, like any elderly man in failing health, he enjoyed their visits very much. Kaczynski relates that when the artist Lady Frieda Harris visited him he refused to use his own funds on medical care, holding them for the O.T.O.’s use in publishing his works, so she hired a nurse for him herself. His lover Deirdre Patricia Maureen Doherty, “Pat”, was with him when he died. It was rather a gentle end for a larger-than-life personality.

Crowley exhibited the worst traits of an Edwardian gentleman, but also the best traits. He was sexually adventurous, he took drugs, he was willing to do anything for the sake of the magickal art, and he was hard on his lovers and friends. He comes under fire for these and other traits. In addition, he was athletic, loyal to his country, brilliant, and faithful to the religion of Thelema and the Order to which he left his writings. His behavior is minutely chronicled by his biographers; whatever we think of him, we should at least get the facts of his life straight.


Brandy Williams



---Ten Crowley Myths Busted by AC2012---

There are too many myths about Aleister Crowley to list them all or attempt to prove them false. We have, however, occasionally addressed some of the more persistent and troubling false rumors spread about Aleister Crowley. Here are ten such myths, including links to the stories where we have busted them. 

10. Myth: Aleister Crowley was a black magician. 

Few things could be further from the truth, and Aleister Crowley directly contradicts this myth.  

“I have been accused of being a ‘black magician.’ No more foolish statement was ever made about me. I despise the thing to such an extent that I can hardly believe in the existence of people so debased and idiotic as to practice it.” 

(Originally mentioned in our Guide to the Aleister Crowley 2012 Campaign Ad.) 

9. Myth: Aleister Crowley advocated pedophilia. 

Aleister Crowley was one of the strongest advocates for children’s rights of his time. He was against all forms of child abuse, and has said that if he were in political power, he’d have parents who bully their children arrested. Moreover, he was unequivocal that abuse of anyone’s rights is contrary to his religious philosophy of Thelema. 

“… acts invasive of another individual’s equal rights are implicitly self-aggressions. … Such acts as rape, and the assault or seduction of infants, may therefore be justly regarded as offences against the Law of Liberty, and repressed in the interests of that Law.” 

(Originally posted in our post, Pedophiles in Wales.) 

8. Myth: Aleister Crowley died alone in poverty. 

When Aleister Crowley died, he had regular visitors in his beautiful home on top of a hill, overlooking the chalk cliffs where he learned to climb as a young man. He lived in this home, called Netherwood, with a number of other intellectuals. He kept a strong-box full of cash under his bed — property of his Thelemic organization, Ordo Templi Orientis. That he never took any of this money, though he could have easily done so, attests to his lack of material need at the end of his life. 

…the beast [Aleister Crowley] remained in good spirits, enjoying the comings and goings of Aleister Ataturk and the other children, who adored him in turn. Crowley did, however, remain in bed. The day before he died, he talked calmly and at length with MacAlpine. The following day was a still one but at the moment of Crowley’s death, which came quietly, the curtains in his room were caught in a gust of wind and a peal of thunder was heard. ‘It was the gods greeting him’ said MacAlpine.” 

(Originally mentioned in our post, Drugs and the Deathbed.) 

7. Myth: Aleister Crowley advocated rape. 

Of course not. Aleister Crowley upheld the rights of the individual. These rights do not extend to violating the rights of others. See the quote and link in #9 above, and here’s another one: 

“To use legal or financial constraint to compel either abstention or submission, is entirely horrible, unnatural and absurd.” 

(Originally quoted in our post, Pedophiles in Wales.) 

6. Myth: Aleister Crowley was a drug addict and a failure. 

http://weiserbooks.files.wordpress.com/2010/07/diary-of-a-drug-fiend1.jpg
Aleister Crowley’s novel, “Diary of a Drug Fiend” is a celebration of sacramental drug use and of overcoming addiction. 

Aleister Crowley was prescribed heroin for his asthma, a common medical practice at the time, and he became addicted like anyone would. He later used heroin recreationally and sacramentally, as he did with many drugs including cocaine, hashish, ether, peyote, and pretty much anything that he could get his hands on to try. He was after all a scientist, trained as a chemist even, a mystic, and a psychonaut.What do you expect? 

Crowley’s writing production never decreased as he got older, and in fact some of his best works (like The Book of Thoth and Magick Without Tears) were accomplished at the end of his life.

(We addressed this issue in our post, Drugs and the Deathbed.)  

5. Myth: Aleister Crowley worked for the Nazis.  

V for Victory with Mark of the BeastAleister Crowley demonstrated that he was the first to publish a “V Sign,” and he claimed to have invented Churchill’s use of the gesture in WWII as a magical foil to the Nazis’ use of the swastika

Learn more in our two posts concerning this subject, V for Victory and The Answer to 1984 is 666.  

4. Myth: Aleister Crowley sacrificed male children.  

In his book, Magick, Aleister Crowley referred to masturbation jokingly and dysphemistically as child sacrifice. See our post, Guide to the Aleister Crowley 2012 Campaign Ad, for more details.

According to Crowley’s diaries, he performed this “sacrifice” about 150 times per year from 1912-1928. That is a moderate amount of masturbation, but it would be an impossible number of murders which would make Aleister Crowley dozens of times more murderous than the infamous Countess Elizabeth Báthory. 

3. Myth: Aleister Crowley was the wickedest man in the world.

The tabloid article which gave Crowley this title also accused him of passing out drugs which made a person “…capable of participating in practices which no normal person could conceive of, much less describe.” Wait, what??

Read all about this in our post, Guide to the AC2012 Campaign Ad. 

2. Myth: Aleister Crowley was the father of Barbara Bush.  

Snopes has yet to deal with this issue; in the meantime, please pass along this link: Crowley/Bush April Fool’s joke! 

1. Myth: There’s nothing magical about a shark eating a sea-lion.  

A Shark Eating a Sea LionAs it turns out, there actually is something magical about a shark eating a sea-lion. 

“Magick is the Science and Art of causing Change to occur in conformity with Will. … Every intentional act is a Magickal act.” 

Find out more about the shark and the sea lion in our post, Guide to the AC2012 Campaign Ad.


AC2012


---Magick, Aleister Crowley, Thelema---


Entrevue de Philippe Pissier (traducteur français de Crowley) par son éditeur Stephan Hoebeek.
Le 12 juillet 2013






mercredi 25 juin 2014

L'effroyable imposture « sabbataïste » de Salim Laïbi

Au solstice d'été dernier, il y a quatre jours, le « bon docteur » Salim Laïbi tentait défendre ses conneries de « frankisme » et de « sabbataïsme » pour pouvoir continuer ses discours zozotériques de « sorcellerie des élites ». C'est que le 12 mars 2014, votre serviteur le responsable de la Jérusalem des Terres Froides avait porté un coup sérieux aux délires magiques du gros Marseillais avec son article L'effroyable imposture « frankiste » de Salim Laïbi (repris le lendemain par le blog de L'Heure Asie). Cela aura pris 3 mois et 9 jours avant que « la libre panse » bouffeur de MacDo s'essaye enfin de revenir à la charge sur le sujet.

Il avait été expliqué à l'article L'effroyable imposture... que Laïbi ne dispose que d'une seule source pour relancer ses histoires de « magie noire kabbaliste illuminati », à savoir le livre de Charles Novak sur Jacob Frank. Aujourd'hui, le lieutenant sémite de Soral tente de nous faire croire qu'il n'y a pas que le seul livre de Novak sur le sujet, qu'il y en aurait encore « des dizaines » d'autres qui en parlerait et que l'arracheur de dents se serait tout procuré. Le problème avec son affirmation, c'est qu'il aurait dû présenter ces autres ouvrages en même temps que le livre de Novak, ce qu'il n'a pas fait. Il aurait dû présenter cette liste de « dizaines » de titres immédiatement après la parution de L'effroyable imposture... ou au moins mentionner quelques uns de ces « dizaines » de bouquins dans sa réponse du 21 juin dernier, question de montrer qu'il est sérieux et avisé. Mais que nenni, il nous dit qu'il a des « dizaines » (donc 20-30 au minimum) de livres sur Jacob Frank dans sa bibliothèque et il faut le croire sur parole, un point c'est tout. Comme quand il avait tenté de faire croire à l'auteur de ces lignes qu'il avait fait « des centaines de lectures (de traditions différentes) ».

Bien sûr, lorsqu'il parle ainsi de « dizaines de livres sur le sabbataïste/frankiste », Laïbi bluffe. Car il n'y en a pas tant que ça de disponible sur le marché et c'est justement en raison de la rareté du sujet que Laïbi est incapable d'en fournir une bibliographie. On se souviendra qu'il avait fait ce même genre de bluff par rapport à René Guénon, où il affirmait qu'il avait tout lu l'oeuvre du natif de Blois (ainsi que l'a rapporté « Oeuvre de René Guénon » le 20 juillet 2013 dans son article Les positionnements pseudo-guénoniens de LLP 6 - Pour en finir avec le soi-disant antimaçonnisme de René Guénon). C'est évident que « la libre panse » n'a pas lu toute l'oeuvre de Guénon car autrement il serait tombé tôt ou tard sur le livre Symboles fondamentaux de la science sacrée où Guénon explique en détail le symbolisme maçonnique et où il témoigne le plus grand respect pour le symbole de « L'oeil dans le triangle qui voit tout » (Gallimard, 1962, p. 430-432). Ou encore Laïbi l'a lu mais le passe sous silence car cet ouvrage contredit trop ses histoires de Guénon anti-maçons...

Laïbi n'est pas le seul au sein du soralisme à faire ce genre de bluff littéraire. Lorsque le « mystique authentique » Soral avait parlé du Talmud et de Maïmonide dans une de ses vidéos mensuelles, il avait dit « Lisez l'introduction au Talmud d'Adin Steinsaltz ». Or, si vous avez un jour ce livre entre les mains (il est facile de se le procurer, il est publié chez Albin Michel dans la collection Spiritualités vivantes), pour peu que vous soyez honnête et non-contaminé par l'idéologie soralienne, vous verrez qu'il n'y a rien dans cet ouvrage fort érudit qui va dans le sens du gourou d'Égalité et Réconciliation, ni directement, ni indirectement. Lorsqu'il a dit ça, Soral était en plein bluff (lui, le menteur qui affirme lire près de 6 heures par jour) et Laïbi reprend le même genre de pratique, fidèle comme un chien à son maître. D'ailleurs, pour ce qui est du Talmud et de Maïmonide vus par le soralisme, le responsable de la JTF vous le promet, il reviendra sur ce sujet dans un prochain article.

Pour finir avec le cas qui nous concerne, après que la JTF ait démontrée que M. Novak est Juif sioniste, Laïbi n'avait pas d'autres choix que de « fusiller son témoin » (pour le reprendre le mot de Faurisson à propos de Vrba au procès torontois de 1988), d'où le relai de cette vidéo d'un quart d'heure de Jacques Halbronn que « le bon docteur » estime être « pleine de contradictions assez énormes ! » Évidemment, là encore aucune justification de la part du « dénonciateur de saTÂNiques », il faut le croire sur parole car il est LE GRAND SALIM LAÏBI, L'AMI D'ALAIN SORAL ET DIEUDONNÉ M'BALA M'BALA, un point c'est tout. Après ces quelques lignes que votre serviteur vient d'écrire, le lieutenant du « queutard » osera-t-il publier sa « bibliographie » ? En tout cas, qu'il ne s'avise pas à mentionner le Sabbataï Tsevi de Gershom Scholem (Verdier, 1983) car il n'y a rien dans ce volumineux ouvrage de près d'un millier de pages qui puisse valider les délires laïbesques. Sauf si bien sûr on prend un tout petit passage et qu'on se met à l'extrapoler à outrance pour lui faire dire ce qu'on veut qu'il dise, ce qu'on appelle dans les milieux universitaires intègres la « méthode de la camisole de force », une pratique que connaît bien le petit milieu soralien.

Qu'il ne cite pas non plus Les grands courants de la mystique juive du même Scholem car il n'y a rien de probant là non plus pour justifier une invasion de mages noirs présente dans tous les lieux de pouvoir. Quand au vieux La Kabbale d’Henri Sérouya (1947), qui aborde le sujet aux pages 419 à 443, il faut absolument cette « méthode de la camisole de force »  pour en faire une source crédible car il est y bien expliqué qu’autant Tsevi que Frank se sont écroulés sous leur propre charlatanisme (en fait, Laïbi vise probablement Isaac Louria, grand penseur qabalistique, avec ses histoires de « sabbataïsme/franquisme ». Mais il oublie que les qabalistes ont toujours été extrêmement minoritaires dans les communautés juives). Dans son petit 600 caractères, Laïbi a le culot d'affirmer qu'il fait le « distinguo » entre ce qu'il appelle d'une part « le judaïsme » et de l'autre « l’hérésie folle et criminelle sabbataïste » alors qu'en réalité, son discours « sabbataïste » sert précisément à diaboliser l'ensemble du judaïsme. Car je rappelle les dogmes soraliens auxquelles Laïbi n'a pas le droit se soustraire, à savoir que :

1 : L'Ancien Testament est une machine de guerre pour conquérir le monde. Soral l'a affirmer tel quel et il est même allé jusqu'à dire à la caméra de Franck Abed que « l'Église se trompe ». Le « grand analyste » si admiré par Laïbi appelle ça le « projet vétéro-testamentaire ». 
2 : Le companion guide de cet Ancien Testament est le Talmud. Non pas le Talmud tel que vous pouvez le trouver à l'UQAM, à Concordia ou à la Grande Bibliothèque du Québec sous le nom de « Talmud de Jérusalem » ou « Talmud de Babylone » mais bien le « Talmud » tel que fantasmé par l'évêque chrétien intégriste Pranaïstis, à savoir deux pages invérifiables dans les textes d'origines sur les pires horreurs que l'on puisse imaginer (Mein Kampf puissance 1000), où pour conquérir le pouvoir tout est permis à ceux qui en ont le droit.
3 : Le grand théologien aristotélicien Maïmonide est à ce « Talmud » du point 2 ce que Moïse est à la Torah Torah » soralienne c'est-à-dire le coeur du « projet de conquête vétéro-testamentaire »). Donc la théologie rabbinique (la majeure partie de la théologie juive) est du pilpoul (« saucissonnage ») pour réaliser le projet du point 1. Et comme l'a rappelé à plusieurs reprises le « mystique authentique », à l'endroit et à l'envers, « 99 % des rabbins sont sionistes » (une phrase si importante et si sacrée dans le soralisme qu'elle doit mener à réduire au silence ceux qui oseraient lui porter atteinte).
4 : Depuis la grande scission d'avec les « anti-sionistes belges » en 2011 (évènement auquel a participé Salim Laïbi avec sa vidéo Le cas Collon - Bricmont - Chomsky), il est formellement interdit de distinguer le judaïsme et le sionisme. L'un et l'autre s'équivaut. Cela a été proclamé par « le grand gourou crâne d'oeuf » à partir d'Israël Shahak et c'est là que Gilad Atzmon est arrivé dans le panthéon de la mythologie soralienne.
5 : Le mot goy signifie « sous-humains » ou « animaux à visage humain », même si les meilleurs historiens de la langue hébraïque (Juifs ou non-Juifs) affirment que ça signifie autre chose comme « nation » (dans l'original de l'Exode 19, 6, « goy » est appliqué aux Hébreux). Soral ne se trompe jamais, les autres sont toujours forcément des pions de l'Empire et ce, même si Salim Laïbi sait parfaitement que le « goy » hébraïque est de même racine que le qawm arabe ( قوم qawm, "groupe, groupe humain, gens, ethnie, nation, peuple, peuplade, tribu", d'où goum en Algérie, qui a donné le dérivé goumier. Voir le mot du jour goum).
6 : La seule raison pour laquelle les histoires de « sabbataïsme » et de « frankisme » de Laïbi sont acceptés dans le soralisme, c'est qu'elles permettent de renforcer la « cohésion » des points 1, 2, 3, 4 et 5 au sein de la mouvance. Dans le cas où ces mêmes histoires iraient à l'encontre des points 1, 2, 3, 4et 5, « la libre panse » se verrait excommunié du soralisme comme le fut Marc George.

Conclusion : l'affirmation du « bon docteur » selon laquelle il fait le « distinguo » entre « le judaïsme et l’hérésie folle et criminelle sabbataïste » est fausse. Car suivant la « logique » des dogmes soraliens explicités ci-dessus, tout « Juif du petit peuple » qui se met à pratiquer sa religion tombe automatiquement dans « l'hérésie folle et criminelle sabbataïste » car la base-même de sa foi juive est l'Ancien Testament, et celui-ci est le « projet vétéro-testamentaire » de conquête du monde. Si ce même « Juif du quotidien » s'intéresse à ce qui a pu se dire de l'Ancien Testament dans sa tradition entre l'an 0 et l'an 500 (5 siècles, c'est beaucoup), il est obligé de s'en référer au Talmud, et bien sûr les seules vérités par rapport à cette oeuvre d'une bonne cinquantaine de volumes sont les deux pages invérifiables de Pranaïtis. Et s'il s'intéresse à la théologie juive, il tombe automatiquement sur le « gros méchant Maïmonide qui n'aimait pas les noirs » (citation que Soral a pris de Serge de Beketch et non dans un ouvrage du Rabbi), l' « esprit machiavélique derrière la machine de guerre talmudique ». Par conséquent, le seul bon Juif selon Salim Laïbi et l'ensemble du soralisme, c'est celui qui ne pratique aucunement sa religion juive, point barre. Pour eux le judaïsme EST « l'hérésie folle et criminelle sabbataïste ». Même la mystique juive n'y échappe pas car tout ce que relève de la qabale est de la « magie noire » (Laïbi nous l'a rappelé assez souvent dans ses vidéos) et Soral le confirme avec son histoire de « projet kabbaliste des élites » (sur ce dernier point, tout comme sur le Talmud et Maïmonide mentionné précédemment, il y aura bientôt un article de la JTF qui lui sera spécialement consacré). D'ailleurs, pour être bien sûr qu'il n'y ait pas le moindre échappatoire, la mystique juive étant « la plus pure magie noire démoniaque », l'ensemble du corpus du Zohar (compilation en plusieurs volumes de divers textes hautement symboliques réalisée à la fin du quatorzième siècle dans le nord de la Péninsule Ibérique) en est réduit à n'être qu'une partie de ce Talmud tel qu'existant dans l'esprit soralien, à savoir l'ultime machine de guerre contre l'ensemble de l'Humanité.

Arrêtons-nous ici pour le moment. Votre serviteur reste attentif à ce que va nous sortir bouffe-MacDo comme « bibliographie du sabbataïsme/frankisme », ce dernier a qui a déjà reçu une leçon d'histoire de Marion Sigaut. Pour l'heure, cet article va se conclure avec deux extraits. D'abord la petite réponse de quelques lignes de Laïbi de ce 21 juin dernier sur son site puis un extrait du livre de Frédéric Haziza Vol au-dessus d'un nid de fachos où ce dernier parle du rapport de Soral envers les écrits de la tradition juive. Frédéric Haziza est une journalope atlantiste/sioniste, la JTF le reconnaît, et Fayard est un éditeur mondialiste, la JTF le reconnaît également, mais il n'empêche que sur ce point précis des relations du « mystique authentique » envers l'Ancien Testament (de son vrai nom, TaNaK), le Talmud, le Zohar et la Qabale, Frédéric Haziza a parfaitement raison. Votre serviteur avait prit la peine de recopier les quelques pages de ce passage pour un éventuel article exhaustif sur Soral et son escroquerie « talmudique » mais puisque ça s'insère bien dans le propos actuel, le passage est présenté ici à la toute fin de l'article. Il s'agit des pages 69 à 73, ayant pour sous-titre Le protocole Soral.


---Sabbataïsme : Charles Novak s'exprime sur l'accueil de son livre sur Jacob Frank---


Par Salim Laïbi
Paru sur Lelibrepenseur.org
Le 21 juin 2014

Très curieuse vidéo pleine de contradictions assez énormes ! Nous tenons à rassurer monsieur Novak que bien évidemment, il n’y a pas lieu de confondre le judaïsme et l’hérésie folle et criminelle sabbataïste, c’est un fait bien établi et on ne l’a pas attendu pour faire ce distinguo. Par contre, il faudrait qu’il cesse de croire que son livre est la seule source d’information sur le sujet, car il y en a des dizaines qui en parlent et que je me suis procurés. In fine, l’idéologie sabbataïste messianique est toujours présente au quotidien dans nos vies aussi bien dans les films hollywoodiens qu’en politique internationale… On reconnaît un arbre à ses fruits et non aux théories vaseuses des uns et des autres.

(Vidéo de l'entrevue de Charles Novak :

Salim Laïbi


---Le protocole Soral---


Par Frédéric Haziza
Extrait du livre Vol au-dessus d'un nid de fachos (Fayard, p. 69-73)
Le 15 janvier 2014

Soral et ses amis, ceux du net et ceux du premier cercle « soralien », ne connaissent rien à l'histoire du peuple juif. Ils n'en ont qu'une mémoire kitsch, caricaturale à souhait. Le rapport à la culture juive de ces gens-là, citant le Talmud « écrit par Monsieur Maïmonide », comme s'il s'agissait d'une de leurs connaissances, et comme s'ils avaient lu ne serait-ce qu'un paragraphe des 7000 pages de ce texte, est réducteur et négationniste. Un exemple ? Lorsque Soral dit dans l'une de ses vidéos : « Maïmonide, qui est au Talmud ce que Moïse est à la Torah », suggérant que le philosophe de Cordoue, auteur du Guide des égarés et du Mishné Torah, est l'auteur du Talmud, il expose l'abîme de son esprit d'à-peu-près. Tout simplement parce que Maïmonide est mort en 1204, tandis que l'écriture du Talmud fut clôturée vers l'an 500. Maïmonide commenta le Talmud, parmi des milliers d'autres rabbins jusqu'à nos jours. Et son florilège de citations rabbiniques, Soral l'a constitué avec la même méconnaissance. Citations réelles ou controuvées, parfois tirées de leur contexte, passant d'un site à l'autre. Le pire dans cette histoire, c'est que Soral, le maître de pacotille, est peut-être encore plus sincère que méchant, ce qui le rend d'autant plus dangereux. Il croit à ses inepties : le « Juif talmudique » est à ses yeux un vrai danger. Dans le monde de Soral, les Juifs haïssent vraiment les « goyim », les non-Juifs. Et quand les Juifs parlent de la Shoah, c'est pour escroquer les non-Juifs. Ainsi quand il m'a accusé d'avoir menti en évoquant la déportation de mon grand-père, arguant qu'il n'y avait pas de Haziza à Auschwitz et que les Soral ont plus souffert que les Juifs d'Afrique du Nord.

Je le crois, sinon sincère, du moins assez intoxiqué par un antisémitisme viscéral pour penser dire la vérité. Son cerveau ne peut manifestement pas imaginer qu'il faut, comme le disaient les militants de la Manif pour tous, un père et une mère, et donc quatre grand-parents, pour concevoir un enfant, et qu'un Haziza ait épousé une Lancner en 1960, qu'un séfarade ait pu rencontrer à Paris une ashkénaze qui l'a ensuite suivi dans ce qui était à l'époque un département français d'Algérie. Quelle schématique image des Juifs ces gens ont-ils ! Ayant vaguement appris de Wikipédia ou de La vérité si je mens ! ce qu'étaient un séfarade et un ashkénaze, ils doivent penser qu'il est impossible d'appartenir à ces deux communautés à la fois. Pour un Juif de ma génération et d'après, c'est pourtant chose assez courante. Au-delà de cette banale ignorance, quelle idée se font-ils des Juifs quand ils imaginent que ceux-ci puissent être assez pervers pour s'inventer des ancêtres déportés ?

Cens gens-là sont dangereux mais sincères. Et d'autant plus dangereux qu'ils sont sincères. D'ailleurs, d'autres antisémites l'ont peut-être été. Pétain, après tout, devait vraiment penser que le Juif Blum avait détruit la France. Et Poujade aussi quand il traitait Pierre Mendès France de « raciste » parce que sa famille ne s'était pas mélangée aux autres.

Pour ne rien arranger, Soral pioche la plupart de ses clichés antisémites dans un faux, un livre publié à la fin du XIXe siècle par le prêtre catholique lithuanien Justin Bonaventure Pranaitis : Le Talmud démasqué. Les enseignements rabbiniques secrets concernant les chrétiens. Un faux rédigé à l'époque des pogromes tsaristes dans le but de justifier, d'attiser et de raviver l'antisémitisme. Ce que Pranaitis a fait, c'est-à-dire démontrer aux peuples slaves que c'étaient les Juifs qui détestaient les chrétiens et non l'inverse, qu'ils étaient l'incarnation du Mal absolu à travers le Talmud, Soral le fait aujourd'hui, vidéo après vidéo, écrit après écrit, conférence après conférence. Pranaitis, qui présente son livre comme une enquête sur les enseignements juifs relatifs au christianisme, entend révéler ce que le Talmud comprend d'enseignements authentiquement antichrétiens et racistes.

L'infâme manipulation, l'incompétence crasse, l'idéologie criminelle sont ainsi passées d'un cerveau antisémite à un autre. De celui de Pranaitis à celui de Soral. Mais le Talmud de Soral tient en deux pages. Un peu court pour plus de 30 volumes étudiés jour et nuit depuis 1500 ans par le peuple juif. En ce sens, on a bien raison de s'intéresser au Talmud, qui a certainement façonné l'âme juive, mais on ne saurait en parler en s'appuyant comme hier Pranaitis et aujourd'hui Soral sur des traductions de traductions. Quinze phrases en tout et pour tout, recyclées de site en site et de tweet en tweet : c'est peu. Une étude rapide de ce lamentable florilège permet de distinguer des « citations » de traités qui n'existent pas, des pages imaginaires, des livres comme le Zohar que l'on présente comme une partie du Talmud alors que c'est un livre de mystique, remontant à l'Espagne du XIIIe siècle, et d'autres aberrations de même nature.

Parfois, hors contexte, on trouvera des phrases choquantes qui figurent en effet dans le Talmud. Ce sont les scories d'une pensée avec ses préjugés aussi douteux que ceux de la mystique chrétienne médiévale ou certaines parties agressives du Coran. Comme si toutes nos attitudes étaient contenues dans les phrases de nos ancêtres. Il ne faut jamais être pusillanime avec la culture, pas plus qu'avec l'histoire, et Soral ne l'est d'ailleurs que quand ça l'arrange, lui qui dénonce sans cesse la « bien-pensance de la gauche » judéo-maçonnique ou de cette bourgeoisie parisienne qui aimerait plus les « enculés » que les ouvriers.

Frédéric Haziza

dimanche 22 juin 2014

Sorcellerie : Al-Qaedah au Yémen et Salim Laïbi, même combat !

Un fait divers sur la « sorcellerie » comme les répertorie la Jérusalem des Terres Froides, et celui-ci prend une dimension géopolitique car il s'agit d'Al-Qaedah, la fameuse organisation qui aurait perpétré les attentats du 11 septembre 2001. Si Al-Qaedah est un islam « qui veut en revenir à ses fondamentaux » (fondamentaliste), en tout cas les méthodes de la tradition se perdent. La bonne vieille décapitation en place publique des sorciers a laissé la place aux assassinats ciblés en moto, beaucoup moins pittoresques et sans aucun charme « kitsch » ou « vintage ». Bien sûr, les accusations de « magie » et de « sorcellerie » sont des fourre-tout commodes lorsqu'il s'agit de se débarrasser de quelqu'un (symboliquement ou physiquement); celui qui veux tuer son chien l'accuse d'avoir la rage. C'est pourquoi quelqu'un comme Salim Laïbi aime parler de magie, de sorcellerie, de qabale, de « frankisme » ; c'est facile, pas besoin de se justifier et ça ne pardonne pas. Sans compter l'effet enivrant se sentir « élu qui a le droit de dire qui est satanique et qui ne l'est pas ». Ainsi, ce « bon docteur » a ce point en commun avec Al-Qaedah au Yémen ; il n'y a que les méthodes et leur expéditivité qui varie.

Dans le cas rapporté ici, votre serviteur doute qu'on en sache davantage un jour. Car il voudrait bien savoir ce qu'ont pu faire ces deux Yéménites pour se voir être accusé de « sorcellerie ». A-t-on retrouvé une dagyde chez l'un d'eux ? Un talisman ? Un coeur de mouton transpercé d'aiguilles ? On les a surpris à pratiquer une goétie ? Ils pratiquent une religion non-reconnue (ni judaïsme, ni christianisme) et donc forcément une « sorcellerie satanique » ? Ou plus simplement, les Zuniens ont dit à leurs compères yéménites « Ces deux là nous font chier. Débarrassez-nous en ! » et l'utilisation du mot « sorcellerie » a servi à couvrir l'opération ? Une dette de drogue ? Des espions étrangers ? Quoiqu'il en soit, une chose est sûre : à propos de la « sorcellerie », Al-Qaedah au Yémen et Salim Laïbi, même combat !


---Yémen : el-Qaëda tue deux personnes pour pratique de sorcellerie---


Par l'Agence France Presse
Le 22 juin 2014

Deux habitants du sud-est du Yémen ont été tués par balles par des membres d'el-Qaëda qui les accusaient de pratiquer la sorcellerie et la magie, interdites en islam, selon une source de sécurité.

Les deux meurtres ont eu lieu samedi soir à Chehr, une localité du Hadramout, où des hommes armés à moto ont tiré sur Omar Abdelhafedh, le touchant mortellement, avant de revenir quelques heures plus tard sur le lieu de leur crime pour abattre Saïd al-Hadhrami, un coiffeur, a-t-on ajouté de même source.

El-Qaëda a mis a exécution de récentes menaces contre les deux hommes, qu'il accusait de "pratiquer la sorcellerie et la magie", a indiqué la même source.

Le réseau extrémiste est actif dans le sud et l'est du Yémen après avoir profité de l'affaiblissement du pouvoir central en 2011 à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer son emprise dans le pays.

Outre ses fréquentes attaques meurtrières contre la police et l'armée, el-Qaëda a, au nom de la loi islamique, exécuté ces dernières années au Yémen plusieurs personnes accusées de sorcellerie ou d'homosexualité. D'autres ont été amputées de la main après avoir été accusées de vol.

mercredi 18 juin 2014

Alain Soral, national-socialiste décomplexé

Spécial double du mercredi : deux articles contre le soralisme le même jour. Comme le précédent, celui-ci est tiré du Nouveau Parti Anticapitaliste de France et toujours comme le précédent, la Jérusalem des Terres Froides prend la peine de préciser qu'elle n'adhère pas forcément à tout ce qui suit. Il n'en demeure pas moins qu'il est utile d'avoir ces textes à portée de main si l'on veut se constituer un arsenal intellectuel efficace contre la chiennerie soralienne et sur ce point la JTF tient à faire son devoir.


---Alain Soral, national-socialiste décomplexé---


Par Julien Salingue
Paru dans la revue L'anticapitaliste du Nouveau Parti Anticapitaliste de France
Édition de juin 2014 (#55)


On trouve aux marges du FN nombre de fascistes et nazis fiers de l’être… L’exemple le plus connu est sans doute celui d’Alain Soral, idéologue et parrain politique de Dieudonné. «En tant que national-socialiste français, ça m’agace d’être rangé à l’extrême droite, qualificatif qui désigne pour moi les néoconservateurs, les impérialistes américano-sionistes et le pouvoir bancaire international… Donc, ma réponse, c’est que je ne suis pas d’extrême droite, je suis national-socialiste, mais tu peux considérer que c’est pire ! »1

« National-socialiste » ?  

«  National-socialiste » : énième « provocation » ou expression décomplexée de l’idéologie d’Alain Soral ? A en croire le principal intéressé, nul dérapage, mais bel et bien une position politique assumée, que le président d’Égalité et Réconciliation s’est même empressé de justifier dans une édifiante vidéo2. Soral y expose, images de propagande d’époque à l’appui, les bienfaits de la politique économique hitlérienne : «  l’Allemagne, après des tâtonnements, de façon empirique, par une synthèse, un mélange de nationalisme et de socialisme, d’économie national-socialiste, a trouvé tous les remèdes à la crise économique dont sont responsables à l’époque la City et Wall Street »3. Avant d’ajouter que c’est pour cette raison que « l’Empire (…) a décidé de la mise à mort de l’Allemagne hitlérienne », et de conclure que « la solution de demain à la crise actuelle (…) avait été toute trouvée par les économistes et les planificateurs nationaux-socialistes allemands »4

Il ne s’agit donc pas d’une provocation, mais d’un héritage revendiqué, qui semble faire écho à la « devise » d’Egalité et Réconciliation : « Gauche du travail, droite des valeurs, pour une réconciliation nationale ! » Ce slogan résume l’enfumage idéologique dont fait preuve Soral, qui prétend réconcilier « droite » et « gauche » par un nationalisme qui se voudrait englobant et protecteur alors qu’il participe de la division du camp des exploités, que cela soit sur des bases nationales, ethniques ou religieuses. La « réconciliation » dont parle Soral est une entreprise de fragmentation et d’affaiblissement des classes opprimées, dont le pseudo-marxiste5 entend détourner la colère en désignant des boucs-émissaires. A ce titre, Soral s’inscrit dans une filiation avec l’extrême-droite française traditionnelle, celle qui vantait elle aussi les mérites du régime hitlérien, en désignant comme principal ennemi « le Juif ». 

Les thèses classiques de l’extrême droite 

Soral se défend de tout antisémitisme, et affirme que l’ennemi des « nations » est « l’Empire ». Mais il suffit de le lire dans le texte pour comprendre que « l’Empire » a « quelque chose à voir » avec les Juifs. En témoigne la définition qu’il en donne : « Pilotés de New York, habités d’une idéologie faite de volonté de puissance, de violence destructrice et de mépris social puisé à l’Ancien testament, c’est cette vision du monde et ce processus que nous appelons : Empire »6. L’Ancien testament serait donc la source des maux des peuples du globe, une vieille thèse antisémite à peine réchauffée que Soral complète par une dénonciation récurrente de la franc-maçonnerie, comme lorsqu’il blâme « [la] démocratie parlementaire où une assemblée de professionnels de la politique, formés et encadrés par la maçonnerie, stipendiés ou tenu en respect par l’Argent, joue devant le peuple le spectacle du débat démocratique »7.

Soral brouille par ailleurs les repères de classe, dénonçant « l’opposition abstraite prolétariat/bourgeoisie » et prônant « l’union du prolétariat et de la classe moyenne vers la classe moyenne généralisée »8. Il distingue le « grand bourgeois spéculateur apatride » du « petit bourgeois entrepreneur enraciné »9, entretenant le mythe d’un « bon » capitalisme, industriel, familial et national, opposé à un « mauvais capitalisme », financier, anonyme et transnational. Et les chômeurs d’être qualifiés par Soral de « parasites » au même titre que les spéculateurs, «  les rentiers du haut (l’hyperclasse au pouvoir) finançant les rentiers du bas (la sous-classe des chômeurs et des précaires vivant des aides sociales), sur le dos de la classe moyenne productive, la plus ponctionnée par l’État »10. Et d’ajouter, avec un mépris social qui n’a pas grand chose à voir avec l’Ancien testament, que l’assurance chômage favorise « [l’]alcoolisme, grâce au RMI puis au RSA payés par le monde du travail »11

Le temps béni des colonies 

En réalité, Soral instrumentalise, galvaude les termes « gauche » et « socialisme », afin de construire un positionnement politique soi-disant au-dessus des partis et de prôner une alliance entre petits patrons et ouvriers nationaux, contre les « parasites », qu’ils soient chômeurs, syndicalistes ou spéculateurs. Une rhétorique typique des courants fascistes, qui prône de fausses alliances de classes en faisant fi d’évidentes contradictions, entre autres sur les questions de couverture sociale, de droit du travail ou de fiscalité.

Dans la tradition de l’extrême droite, le discours de Soral est un patchwork idéologique qui ne touche pas aux fondements du capitalisme, qui prône d’impossibles alliances au nom d’un « intérêt national » gommant les contradictions de classes, et qui désigne de faux ennemis, de « l’intérieur » ou de « l’extérieur ». Les Juifs et les francs-maçons ne sont en effet pas les seuls responsables du « déclin de la France », comme on l’apprend dans une saillie dont certains qui croient trouver en Soral un allié devraient se souvenir : «  la maghrébisation, l’africanisation, la tiers-mondisation de la France ont fait baisser vertigineusement le niveau de civisme et de civilité de la population française »12. Rien d’étonnant, finalement, chez ce nationaliste nostalgique de l’Algérie française : « Plus je vois la merde noire (…) dans laquelle l’Algérie s’enfonce un peu plus chaque jour, plus je découvre en images que les seules choses qui tiennent encore debout là-bas (...) sont celles que la France coloniale y a construites, plus je me dis que leur seul espoir, c’est qu’on y retourne »13.

Le paravent de l’antisionisme 

Et pourtant… Malgré leurs contradictions et leur parenté avec la rhétorique de l’extrême droite classique, les thèses de Soral connaissent aujourd’hui un écho sans précédent, qui peut se mesurer à l’aune de la fréquentation du site et des vidéos d’Égalité et Réconciliation. Trois facteurs permettent de comprendre ce phénomène : le travestissement de l’antisémitisme en antisionisme, à l’heure où la politique israélienne fait l’objet d’une indignation sans cesse grandissante ; la rhétorique délibérément complotiste de Soral, qui bénéficie d’un important écho à une époque où les populations se sentent, à juste titre, dépossédées de leur souveraineté politique ; la faiblesse de la gauche radicale et du mouvement ouvrier.

Soral entretient ainsi une confusion permanente entre dénonciation du « sionisme » et dénonciation du « judaïsme », comme dans ces déclarations faites à France 2 en 2004 : «  en gros, c’est à peu près ça leur histoire, tu vois. Ça fait quand même 2500 ans que chaque fois qu’ils mettent les pieds quelque part, au bout de 50 ans ils se font dérouiller »14. Soral surfe sur l’hostilité à Israël et dénonce un « sionisme » imaginaire, qui serait inhérent au judaïsme et qui n’aurait, en définitive, pas grand chose à voir avec ce qu’est le véritable sionisme, à savoir le projet d’établissement d’un Etat juif et la défense inconditionnelle de sa légitimité. 

En effet, le « sionisme » dénoncé par Soral est une entité transnationale, aux contours mal définis, qui dicterait sa politique aux banques, aux gouvernements des pays occidentaux et aux médias, et qui serait ainsi la source de la crise économique, politique et sociale. On est très loin d’Israël et des Palestiniens, et beaucoup plus près de « l’Ancien testament » qui inspirerait « Wall Street »... On comprend dès lors pourquoi Soral, en bon nationaliste, avalise en réalité le fond du projet sioniste, quand il déclare sans sourciller : «  si on était resté au projet de Herzl, de faire un Etat juif où les Juifs pourraient vivre en tant que nation comme les autres nations, sans renouer avec le projet biblique qui n’est pas un projet nationaliste – c’est un projet de domination mondiale et mondialiste au nom d’une élection divine, ce n’est pas du tout la même chose –, (...) je serais le premier des sionistes, bien évidemment »15

Complotisme et renoncements de la gauche 

Le pseudo-antisionisme de Soral s’inscrit dans une rhétorique antisémite et complotiste (« projet de domination mondiale et mondialiste au nom d’une élection divine »), qui entend fournir une « explication » à des phénomènes politiques, économiques et sociaux bien réels par la dénonciation d’une oligarchie invisible, mouvante, faite de réseaux, de structures secrètes… au-dessus des Etats et des cadres officiels d’exercice du pouvoir, qu’il soit politique ou économique. Une « explication » commode, qui évite à son auteur de s’encombrer de raisonnements et de démonstrations précises, et qui peut rencontrer un écho chez celles et ceux qui, révoltés par les dégâts du capitalisme, peuvent être tentés par des thèses séduisantes qui, en définitive, n’expliquent rien et sont un appel à l’inaction et à la résignation, dans la mesure où « l’ennemi » est insaisissable et, dès lors, inattaquable. 

L’audience de ces thèses fait malheureusement écho à un sentiment d’impuissance de plus en plus diffus, produit de décennies de renoncements de la gauche et du mouvement ouvrier. Combattre Soral, c’est aussi réhabiliter la politique, redonner un sens à l’action collective, lutter au quotidien contre toutes les tentatives de division chez les opprimés, au premier rang desquelles le racisme et l’islamophobie, et ne pas se contenter d’une dénonciation idéologique du néo-fascisme soralien. Dans un pays où le FN peut arriver largement en tête d’un scrutin national, il serait illusoire de penser que seul un contre-discours pourrait réduire l’influence des extrêmes droites. Le succès d’un Soral est le miroir déformant de nos propres échecs, et ce n’est que par une activité politique concrète redonnant sa crédibilité à l’internationalisme, à l’idée de solidarité entre les opprimés et aux projets de transformation sociale, qu’il pourra être combattu.


Julien Salingue

Notes


1 Éric Naulleau et Alain Soral, « Dialogues désaccordés », Paris, Éditions Blanche/Hugo & Cie, 2013, p. 64.

2 « National-socialiste ? Alain Soral répond ! », site d’Égalité et Réconciliation, 30 mars 2014.

3 Idem (l’extrait est en réalité une reprise d’une vidéo de février 2013).

4 Idem (même remarque). 

5 Sur le pseudo-marxisme de Soral, voir entre autres Jean-Paul Gautier, « Alain Soral : de Pif Gadget à Comprendre l’Empire », sur le blog de la commission antifasciste du NPA, http://jerusalemdesterresfroides.blogspot.ca/2014/06/alain-soral-de-pif-gadget-comprendre.html

6 Alain Soral, « Comprendre l’Empire. Demain la gouvernance globale ou la révolte des Nations ? », Paris, Editions Blanche, 2011, p. 72.

7 Idem, p. 149.

8 Idem, p. 132.

9 Idem, p. 133.

10 Idem, p. 142.

11 Idem.

12 Alain Soral, « Jusqu’où va-t-on descendre ? (Abécédaire de la bêtise ambiante) », Paris, Éditions Blanche, 2002, p. 39.

13 Idem, p. 7.

14 Alain Soral dans « Complément d’enquête », France 2, 20 septembre 2004.

15 « Alain Soral, entretien de janvier 2012 (partie 2) », site d’Égalité et Réconciliation, 26 janvier 2012.

Texas : une journaliste voilée victime d'islamophobie lors du congrès du parti républicain

Une nouvelle rapportée par le mot-clef islamophobie de la page-actualités personnalisée Google de la Jérusalem des Terres Froides. C'est l'histoire d'une jeune journaliste voilée venant tout juste d'obtenir son diplôme qui est pris à parti dans une convention du parti républicain états-unien (ceux qui veulent nous passer un « éléphant » blanc). Cet article est repris à la JTF pour qu'on se souvienne de la bêtise des politiciens zuniens mais aussi pour signaler qu'au Québec, nous avons nos équivalents et quelques uns d'entre eux se tiennent chez Vigile.net (Pierre Cloutier, Réjean Labrie, « lison », etc), un site qui prétend aimer sa nation mais où l'hypocrisie est avérée (Voir ici, ici, ici et ici).


---Texas : une journaliste voilée victime d'islamophobie lors du congrès du parti républicain---





Paru sur Oumma.com
Le 17 juin 2014


Munie de sa carte de presse toute neuve, son précieux laissez-passer pour assister à la grande convention annuelle du Parti républicain qui avait pour cadre le Texas, Heba Saïd, 22 ans, une reporter en herbe, fraîche émoulue de l’école de journalisme de l’université d’Airlington, était partie la fleur au fusil il y a une semaine de cela, impatiente d’interpeller les ténors du conservatisme américain.

Heureuse et nerveuse à la fois à l’idée de faire ses premiers dans l’arène politique, la jeune journaliste inexpérimentée a été violemment projetée dans la fosse aux lions, assaillie par des délégués et militants du parti qui ont fondu sur leur proie voilée, faisant de son baptême du feu professionnel un vrai cauchemar.

Ridiculisée, injuriée et traitée d’ « islamiste », Heba Saïd est encore sous le choc de son immersion traumatisante en terrain ennemi, qui l'a contrainte de troquer sa casquette de reporter contre celle de victime d’une agression islamophobe se retrouvant à la Une du journal universitaire et de la presse locale. Un comble !

"J'ai assisté à la convention en tant que journaliste, mais j'ai découvert une haine sectaire qui est tout simplement écoeurante", a confié la jeune femme, soucieuse de relater les faits dans les moindres détails : "Pendant que je marchais dans les couloirs, les délégués républicains et les militants venus assister à la convention se sont tournés vers moi, l’air méchant, fronçant les sourcils, opinant du chef négativement, et puis les premières moqueries et insultes ont fusé de toutes parts, et même de la part des intervenants. Le mot « islamiste » a été très vite lâché et repris en chœur. On m’a apostrophée  en me disant « vous autres, les musulmans vous êtes trop nombreux », et lorsque j’ai voulu prendre une photo d’ensemble avec Ted Cruz, le sénateur républicain du Tea-Party, pas moins de cinq policiers m’ont entourée, me fixant intensément ainsi que chacun de mes gestes, comme si je représentais la plus grande menace terroriste de la convention. C’était oppressant et horrible !" 

« Tout ce qui ne tue pas rend plus fort ». Heba Saïd, très affectée mais pas anéantie, que rien ne fera renoncer à ses études de sciences politiques, a fait sienne la citation de Nietzsche, se disant résolue à combattre un racisme anti-musulmans qui gangrène l’Amérique. L'Amérique, cette grande nation multiculturelle à laquelle elle appartient depuis treize générations du côté maternel, et qu’elle exhorte à regarder par-delà le miroir des préjugés anti-voile avant de faire de certaines de ses concitoyennes des aliens séditieuses.

mardi 17 juin 2014

Première guerre mondiale : Le Japon, l'Allemagne et la France

La Jérusalem des Terres Froides reste dans la même veine que son article précédent, à savoir le Japon et la guerre, mais il s'agit ici non d'une reprise internet mais du recopié manuel d'une ancienne édition du mensuel français international Le Monde diplomatique. Son auteur est Christian Kessler, que le journal présente comme « Historien, professeur détaché à l'Athénée français de Tokyo, enseignant des universités ».


---Quand des prisonniers allemands popularisaient la « Neuvième Symphonie »---


---Le Japon, la Grande Guerre et Beethoven---


Par Christian Kessler
Paru dans Le Monde diplomatique
Février 2010, page 23


Pourquoi la France a-t-elle cru, au tout début de la guerre de 14-18, que le Japon lui apporterait une aide militaire ? Et comment la « Neuvième Symphonie » de Ludwig van Beethoven est-elle devenue quasiment un second hymne national ? Retour sur des épisodes méconnus du premier conflit mondial.

En 1854, les vaisseaux de l'amiral américain Matthew Calbraith Perry forçaient l'ouverture du Japon et précipitaient le pays dans une course à la modernisation. Jusque-là, un seul port nippon était ouvert au commerce international. A la tête d'une escadre composée de bâtiments américains - les « bateaux noirs » -, Perry imposa le premier traité de commerce de l'Archipel. L'humiliation infligée par la « diplomatie de la canonnière » contribuera à donner un rôle primordial au réarmement. « Pays riche, armée forte », tel sera l'un des slogans de l'ère Meiji (1). Pour rattraper son retard, le Japon tout entier se met à l'école de l'Occident, lui empruntant son savoir dans beaucoup de domaines.

Renonçant à deux siècles d'isolationnisme, il n'a alors qu'une idée en tête : se constituer un empire colonial. Ces projets expansionnistes, une des composantes primordiales de l'idéologie de Meiji, sont anciens. Au XVIIe siècle déjà, le shogun Toyotomi Hideyoshi s'était lancé dans une aventure contre la Chine - sans lendemain. Le Japon récidive et mène deux guerres à dix ans d'intervalle : contre la Chine d'abord (1894-1895), puis contre la Russie (1904-1905), où il remporte une victoire au retentissement énorme - la première contre un peuple de « race blanche ». Il s'empare de la Corée, de Formose, du sud de Sakhaline et place sous son protectorat une zone d'intéret économique dans le sud de la Mandchourie. Tout est donc prêt pour reprendre la grande aventure du XVIIe siècle, la conquête de l'empire du Milieu. A la veille de la première guerre mondiale, les puissances occidentales constatent qu'il faut compter avec ce pays.

Les Japonais visent le territoire de Kiao-Tcheou, avec le port de Tsingtao (aujourd'hui Qingdao) et ses environs dans la péninsule du Shandong en Chine. Il appartient alors aux Allemands, qui l'ont acheté, en 1898, aux dirigeants chinois pour quatre-vingt-dix-neuf ans. L'occasion de s'en emparer se présente avec la première guerre mondiale. En effet, le Royaume-Uni a conclu, en 1902, une alliance défensive avec le Japon, dont les versions révisées en 1905, puis 1911, garantissent l'appui réciproque en cas d'agression d'un ennemi quel qu'il soit.

Aussi quand, le 7 août 1914, Londres demande à Tokyo de contrôler les forces navales allemandes dans le Pacifique, le pouvoir japonais en profite-t-il pour lancer un ultimatum à Berlin, exigeant le retrait de ses navires des eaux territoriales chinoises et japonaises. Devant le refus du Kaiser, et malgré les soudaines réticences britanniques, les Japonais prennent Tsingtao - une action brève et efficace. Bien que les demandes de coopération navale des Britanniques aient été limitées, les autorités japonaises n'ont pas hésité à s'attaquer au pays qui leur a apporté l'essentiel de son droit constitutionnel et de sa doctrine militaire. Conséquence de cette victoire, en décembre 1914 : près de cinq mille prisonniers allemands, mais aussi autrichiens, hongrois, polonais, sont emmenés vers l'Archipel.

Dans un premier temps, les détenus demeurent dans des abris de fortune, souvent aménagés en toute hâte, dans l'enceinte de temples bouddhistes ou encore dans des bâtiments municipaux. Une douzaine d'installations provisoires se concentrent dans la moitié de l'île principale de Honshu et dans les deux îles méridionales de Shikoku et Kyushu. En avril-mai 1915, l'envoyé spécial allemand Hans Drenckhahn, « invité » par le ministre de la marine japonaise pour une inspection des camps, note qu'à Tokushima les deux cents prisonniers ont créé un journal dès avril 1915, ainsi qu'un orchestre. Nombre de ces prisonniers ne sont pas des militaires de carrière mais des spécialistes envoyés à Tsingtao pour développer le territoire colonial : techniciens, ingénieurs et de nombreux négociants. Sans compter les intellectuels de la presse, écrivains, juristes, enseignants, etc. N'étant astreints à aucun travail selon les conventions internationales, ils cherchent à s'occuper. Inutile de préciser que ces installations d'internement n'ont rien à voir avec les terribles camps de la seconde guerre mondiale.

En témoigne l'exposition organisée, en novembre 2009, par l'ambassade d'Autriche à Tokyo, à l'occasion de l'anniversaire du traité de Versailles, sur le camp d'Aonogahara, construit en septembre 1915 pour deux cent cinquante Allemands et deux cent trente Hongrois. On les voit travaillant dans des fermes, des usines, et autorisés à améliorer leur quotidien en élevant des porcs et en s'occupant de leur propre potager. En contact avec les résidents, les captifs jouent au football avec des étudiants et donnent des concerts.

Tout n'est pas rose, évidemment. On imagine l'angoisse de ces hommes dans un environnement peu familier ; les rixes qui éclatent entre compatriotes obligés de vivre dans un espace sans lieu privatif et où l'espoir de la fin du conflit semble si lointain ; les bagarres entre Allemands et Polonais. L'exposition révèle également le suicide d'un Alsacien en butte aux mauvais traitements que lui infligeaient ses compatriotes allemands. Début 1916, une mission d'inspection diligentée sur demande allemande par l'ambassade des Etats-Unis, pays encore neutre dans le conflit mondial, constate des conditions d'hygiène douteuses. Elle répertorie les plaintes des prisonniers, mécontents de leur sort.

A partir de 1917, pressées d'améliorer les conditions de vie et par souci de rationalisation, les autorités japonaises regroupent les prisonniers dans six camps, où ils resteront jusqu'à leur libération au début de l'année 1920. Les mille prisonniers retenus dans l'île de Shikoku, à Matsuyama, Marugame, Tokushima, sont concentrés en avril 1917 dans le camp de Bando, dans le nord-est de l'île, sur un terrain d'environ cinq hectares, dans d'anciens bâtiments militaires.


Paris fait appel aux troupes nippones...


Comme d'autres camps, Bando a son journal, tiré sur place à près de trois cents exemplaires, qui tient la chronique d'activités intenses : éducation physique, football - que les riverains découvriront alors - , conférences diverses sur la civilisation chinoise, sur des thématiques liées à l'histoire, la géologie, la sociologie, mais aussi spectacles de théâtre et bien sûr concerts. Les prisonniers peuvent même prodiguer conseils et aides aux exploitations voisines. Ils vulgarisent par exemple des techniques de salaison des porcs, de distillation de spiritueux, de fabrication de fromage, ou encore introduisent la culture de la tomate, de la pomme de terre et du chou.

C'est là aussi que, pour la première fois, l'orchestre du camp, avec une chorale uniquement mâle, exécute la Neuvième Symphonie de Ludwig van Beethoven, qui deviendra si populaire au Japon. Aujourd'hui encore, chaque hiver, partout dans le pays, des grandes villes aux plus petites localités, des milliers d'exécutions de la Neuvième scandent le passage à la nouvelle année, au point que Michel Wasserman a pu écrire que l'hymne représente en quelque sorte « un mythe de la modernité japonaise (2) ». En 1970, année du deux centième anniversaire de la naissance de Beethoven, le critique musical Yoshida Hidekazu indiquait même, dans le journal Asahi, que l'Hymne à la joie était en quelque sorte le second hymne national (3).

En juin 1919, le traité de Versailles améliore encore les conditions de détention ; l'année suivante, on libère les prisonniers. Certains regagnent la Chine et d'autres font souche au Japon, comme Hermann Bohner, qui jettera les bases de la japonologie allemande. Aujourd'hui, la ville de Naruto a transformé le camp emblématique de Bando en un site touristique particulièrement apprécié des Japonais. Il comprend un centre de documentation sur la vie du camp, dans la Maison de l'Allemagne, et un parc du « village allemand ». Au musée, la Neuvième Symphonie, avec sa chorale d'hommes, passe en boucle. L'amitié entre le Japon et l'Allemagne est partout valorisée, ainsi que la fraternisation des prisonniers avec la population locale et leur geôliers, l'ambiance parfaite du camp sous la houlette de son directeur humaniste... Une vision idyllique très largement exagérée qui, de surcroît, biaise l'histoire, comme le souligne Wasserman. En présentant des camps parfaits, elle occulte quelque peu ceux de la seconde guerre mondiale, qui ne seraient a contrario qu' « un regrettable accident de l'histoire » (4).

Autre élément méconnu de la première guerre mondiale, les rapports avec la France. Les deux pays sont liés depuis 1907 par deux accords, l'un financier, l'autre diplomatique. Ce dernier garantit à chacun ses possessions dans la région, au nom de ce que l'on a appelé la politique du break-up of China, le découpage de l'empire du Milieu. Tokyo reconnaît la zone d'influence de Paris dans les trois provinces méridionales de la Chine (Guangdong, Guangxi, Yunnan) et promet de ne pas porter atteinte aux intérêts français en Indochine ; en échange, la France prend acte de la zone d'influence japonaise, notamment dans le sud de la Mandchourie et en Mongolie. En outre, cet accord présentait l'avantage, aux yeux de Paris, d'isoler l'Allemagne.

Plus curieusement, la France, visiblement impressionnée par la nouvelle puissance nipponne, entreprend des démarches, dans les premières semaines de la guerre, en vue d'obtenir une aide militaire du Japon, sous forme d'envoi de troupes sur le front européen, comme le rapporte le président de la République Raymond Poincaré dans ses Mémoires (5). Ainsi l'attaché militaire à Tokyo laisse-t-il entendre à René Viviani, président du conseil, que le Japon serait disposé à envoyer « plusieurs corps d'armée ». Propos que celui-ci s'empresse de rapporter au conseil des ministres.

L'ambassadeur Eugène Regnault aborde la même question avec le premier ministre Okuma Shigenobu ; il avise par télégraphe Viviani que le dirigeant japonais « n'a pas paru surpris et a souri ». Selon Poincaré, le président du conseil, inquiet des nouvelles dramatiques en provenance du front russe, au début de décembre, déclare en conseil des ministres qu'il faut « appeler coûte que coûte les Japonais en Europe et payer leur concours du prix, quel qu'il soit, qu'ils réclameront : au besoin l'Indochine ».

Dans son journal L'Homme libre, Georges Clemenceau se montre plus réservé : « On paraît rêver lorsqu'on envisage l'éventualité d'une arrivée de l'armée japonaise sur nos champs de bataille (6). » Toutefois, ajoute-t-il, « quelqu'un qui ne parle pas au hasard me dit que trois cent mille Japonais pourraient débarquer sur nos côtes en deux mois ».

Finalement, le ministre des affaires étrangères Théophile Delcassé tempérera les enthousiasmes, exposant les difficultés de négociation avec les dirigeants japonais, qui hésitent. Il explique que « le Japon ne convoite nullement l'Indochine, mais qu'il désire que ses relations douanières avec notre colonie soient réglées par les mêmes conventions qu'avec la France (7). Le conseil autorise Delcassé à promettre cette concession (8) ». Cette demande n'aboutit à rien - ce qui était prévisible. Aucune troupe japonaise ne débarquera en France. Quant à la question des droits de douane, elle trouvera son dénouement... lors de la seconde guerre mondiale, quand les troupes japonaises entreront en Indochine en mai 1941, puis avec le coup de force du 9 mars 1945 - les Japonais attaquent les garnisons françaises - qui mettra fin à la tutelle de la France.

Cet appel de Paris à Tokyo témoigne, au-delà d'une certaine naïveté, du pessimisme profond de certains membres du gouvernement français devant la tournure inattendue de l'affrontement avec l'Allemagne, au début de la guerre. Le Japon cherchait surtout à tirer profit du conflit sans y prendre sa part. Avec succès. Il n'y gagnera pas seulement la Neuvième Symphonie : le traité de Versailles lui attribuera les possessions allemandes en Chine.


Christian Kessler


Notes :


(1) : L'ère Meiji (« gouvernement éclairé ») commence en 1868 et s'achève en 1912. Elle est le symbole de la modernisation du pays.

(2) : Michel Wasserman, Le Sacre de l'hiver. La Neuvième Symphonie de Beethoven, un mythe de la modernité japonaise. Les Indes savantes, Paris, 2006.

(3) : Cité par Michel Wasserman, ibid.

(4) : Cité par Michel Wasserman, ibid.

(5) : Raymond Poincaré, Au service de la France. Neuf années de souvenirs, tome V, L'Invasion, Plon, Paris, 1928. Les citations qui suivent en sont extraites.
(6) : L'Homme libre, Paris, 16 août 1914.

(7) : La France et le Japon bénéficiaient mutuellement de la clause de la nation la plus favorisée, mais l'Indochine était exclue.

(8) : Raymond Poincaré, Au service..., op. cit.

lundi 16 juin 2014

Les atrocités de l’occupation japonaise révélées par les archives chinoises

Un article à propos des crimes toujours non-avoués des Japonais sur le continent asiatique pendant la Deuxième Guerre Mondiale.


---Les atrocités de l’occupation japonaise révélées par les archives chinoises---


Paru sur Al-Manar Liban
Reprise de La voix de la Russie
10 mai 2014

Les employés des archives de la province de Jilin (Nord-est de la RPC) ont marqué à leur manière le 69e anniversaire de la victoire dans la Seconde guerre mondiale. A la fin d’avril, ils ont rendu publics près de 100.000 documents datant de la Seconde guerre mondiale, qui témoignent des actes de cruauté de l’armée japonaise pendant l’occupation de l’Est de la Chine (1937-1945).

Il s’agit des lettres, des rapports, des documents officiels et des enregistrements de conversations téléphoniques entre les soldats et les fonctionnaires d’autres grades de l’armée impériale du Japon en Chine. De nombreux documents révèlent de nouvelles informations sur les victimes du massacre de Nankin (1937). Les archives donnent également des preuves de la création par le gouvernement japonais d’un réseau de

« maisons clauses militaires » sur les territoires occupés. Enfin, un bon nombre de lettres ou de documents officiels apportent témoignent du degré de cruauté extrême des soldats japonais envers les civils et les prisonniers. Certaines archives jettent la lumière sur l’Unité 731, dont les membres, essentiellement des prisonniers, servaient de cobayes à la recherche bactériologique de l’Armée impériale japonaise.

Un réseau des « maisons closes militaires » développé par Tokyo

Le contenu de ces documents en choquera certainement plus d’un, estime Zhao Yujie, chercheuse à l’archive de la province de Jilin, qui a participé à la traduction des documents du japonais ancien.

Les faits révélés par les archives font vraiment froid dans le dos. Pendant le massacre de Nankin, un soldat japonais écrivait dans son journal intime : « Je lève mon couteau sur cet homme(un civil, ndlr) et je vois que ses membres tremblent. En fait, tuer quelqu’un d’un coup de couteau, c’est comme couper le tofu.»

Dans un autre document du quartier général impérial japonais datant du mois de février 1938 « Sur le rétablissement de l’ordre public dans la région administrative de Nankin », le 10e article, intitulé « Situation concernant les « structures de réconfort » (maisons closes, ndlr) dans chaque région administrative », suggérait d’atteindre une proportion de 178 à 200 soldats japonais pour une « femme de réconfort » à Nankin. C’est ainsi que les autorités impériales appelaient les femmes chinoises, qu’ils forçaient à se prostituer pour limiter les tensions causées par les viols et protéger les soldats des maladies vénériennes, l’usage des moyens de contraception étant imposé dans les maisons clauses.

Des documents rares sur les prisonniers Anglais, Américains et Soviétiques

La ville de Changchun, capitale de la province de Jilin, où se trouvent les archives, était la capitale du Mandchoukuo, l’Etat « marionnette » au Nord-Est de la Chine, contrôlé par l’Empire du Japon. Et lorsqu’en juillet 1945 la défaite semblait imminente, avant de fuir la ville, les militaires japonais ont essayé de détruire les archives. Mais ils n’y sont pas parvenus, compte tenu de leur ampleur. Enfouies en catastrophe sous la terre quelque part à la périphérie de Changchun, une grande partie des archives ont été retrouvées en 1950.

A cause des documents détruits, les historiens ont par exemple aujourd’hui très peu de renseignements sur le camp pour les prisonniers anglais et américains près de la ville de Moukden (actuellement Shenyang). Surnommé « Auschwitz oriental », ce camp de prisonniers comptait quelque deux milliers d’hommes, originaires des Etats-Unis, d’Angleterre, des Pays-Bas et d’Autriche. Effectuant des travaux pénibles presque 24 heures sur 24 (chantiers, construction), ces prisonniers étaient maltraités et mal nourris pendant leur détention.

Les archives de Changchun contiennent trois documents sur ce camp, notamment la liste des prisonniers du bombardier B29 américain, abattu en 1944 et le procès-verbal du procès de son équipage près de Moukden.

Enfin, d’autres documents apportent des preuves du traitement cruel réservé aux « espions soviétiques » par les Japonais. D’après les circulaires internes, l’Unité 731 de l’armée du Japon transformait une partie des soldats de l’Armée Rouge prisonniers en cobayes pour des expérimentations biologiques. Certains subissaient des vivisections sans anesthésie, ou étaient contaminés par la peste, le typhus ou le choléra en vue d’expériences diverses. Les autres étaient fusillés.

Le Japon minimise sa responsabilité

Selon Su Zhiliang, le professeur de l’Université normale de Shanghai, qui est aussi en charge du Centre de recherche du problème des

« femmes de réconfort » sous l’occupation japonaise, les 100.000 documents mis à la disposition des lecteurs à Jilin ne sont que le millième des documents de l’époque que recèlent les archives. « Si l’on rend publics tous ces documents, les crimes, commis par les occupants japonais sembleront beaucoup plus choquants », dit-il.

« Pour nier le fait du massacre de Nankin, les Japonais ont longtemps affirmé que la population de la ville avant la guerre était seulement de 200.000 habitants », ajoute Zhao Yujie. « Mais les documents sur les documents on peut lire que les Japonais qui ont effectué un recensement avant le massacre, estimaient la population de la ville à un million d’habitants ». Selon les documents d’archives, au cours des 6 mois qui sont suivi l’entrée des troupes japonaises dans la ville en 1937, 340.000 civils ont été tués.

Dans les années 1990, le gouvernement japonais a officiellement présenté ses excuses à toutes les femmes chinoises et coréennes qui ont été obligées de devenir « femmes de réconfort » pendant l’occupation. Mais les deux pays ont jugé ces excuses d’insuffisantes, demandant au Japon des compensations pour le préjudice subi par les esclaves et les prisonniers. En février de cette année, 37 Chinois, dont des proches étaient victimes des travaux forcés sous l’occupation japonaise, ont déposé une plainte collective, réclamant aux sociétés Mitsubishi Materials et Nippon Cocke & Engeneering une compensation d’un million de yuans chinois (163.000 dollars américains) pour chaque plaignant.