lundi 24 novembre 2014

Le « plusssss meilleur pays du monde » Canada refuse de condamner la glorification du nazisme !

L'un des exemples les plus évidents comme quoi Alain Soral est un agent mondialiste est la situation ukrainienne actuelle. On se souvient suite à son attaque stupide contre Annie Lacroix-Riz qu'il adhère à ce mensonge historique reconnu appelé « holodomor » et on se souvient également qu'il a dit cette année qu'il ne voulait pas parler de la situation ukrainienne, ce qui est évident puisque Oleh Tyahnibok est un copain de Jean-Marie LePen.

Personnellement, votre serviteur le responsable de ce site a toujours détesté le Canada, l'entité politique la plus hypocrite qui soit, autant sur sa scène intérieure qu'en politique étrangère. Et aujourd'hui ce « pays » dont l'auteur de ces lignes est détenteur d'un passeport se rapproche davantage des amis ukrainiens d'Alain Soral. Une motion a été votée à l'ONU pour condamner la glorification du nazisme, visant tout particulièrement les banderistes galiciens. Une motion à laquelle le Canada s'est opposée, avec ses comparses états-unien et ukrainien. Profondément dégoûté elle-aussi par ce geste (et par la servilité coupable des « abstentionnistes »), « l'équipe » de la Jérusalem des Terres Froides tient à dénoncer cette écoeuranterie en reproduisant ici l'article qui a paru sur Mondialisation.ca, qui lui-même l'a repris du Vineyard of the Saker.

Ceci dit, la JTF se rappelle d'un précédent du genre. Le 31 janvier 2013, Gabriel Proulx de Saint-Eustache avait fait paraître un article via la tribune « libre » du site Vigile.net, avant que celui-ci ne devienne une cinquième colonne mondialiste au sein des médias indépendants du ouèbe, : ONU : Le Canada pour la glorification du nazisme ?.


---Les USA, le Canada et l'Ukraine refusent de condamner la glorification du nazisme ! Les autres pays européens s'abstiennent...---



Par The Saker
Paru en français sur le site Vineyard of the Saker et repris par Mondialisation.ca
Le 23 novembre 2014


usa-nazisme


On se dispute souvent quant au fait de savoir si la junte ukrainienne est nazie ou non. Je suis intimement convaincu que même si Porochenko n’est pas apparu en public pour faire officiellement le salut nazi et déclarer « Je suis un nazi », tout indique que le régime de Kiev tire ses racines idéologiques du passé nazi. Le dernier exemple de cette filiation, c’est cette chose absolument incroyable qui s’est passée la semaine dernière, lorsque trois pays, les États-Unis, le Canada et l’Ukraine, ont voté contre une résolution de l’ONU condamnant la glorification du nazisme.

Les membres de l’Union européenne n’ont guère fait mieux, car ils se sont abstenus. C’est là un développement tellement ahurissant, tellement insensé, que cela vaut la peine d’avoir accès au résultat du vote et au document original sur lequel portait le vote.

La feuille de résultats du vote de la résolution de l’ONU contre la glorification du nazisme


Résolution proposée au vote de l'ONU le 21 novembre 2014 : combattre la glorification du nazisme, du néo-nazisme, et de toutes les autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui en découle
Résolution proposée au vote de l’ONU le 21 novembre 2014 : combattre la glorification du nazisme, du néo-nazisme, et de toutes les autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui en découle (original ici)


Le texte intégral de la résolution de l’ONU contre la glorification du nazisme [PDF, français]


Le texte intégral de la résolution de l'ONU du 21 novembre 2014 sur la glorification du nazisme (cliquer sur l'image pour télécharger le document au format PDF)
 
 
Le texte intégral de la résolution de l’ONU du 21 novembre 2014 sur la glorification du nazisme (cliquer sur l’image pour télécharger le document au format PDF)

Pour moi, ce résultat est absolument dégoûtant. Nous avons là deux pays qui tentent de se positionner comme étant les plus pro-israéliens de la planète (les USA et le Canada), auxquels s’ajoutent les pays de l’Union européenne, qui non seulement ont adopté des lois rendant la propagande nazie illégale, mais qui emprisonnent quiconque ose enquêter sur le meurtre de masse des Juifs par les nazis (qu’on appelle l’holocauste).

Pourtant, ces pays que l’on croyait anti-nazis et démocratiques refusent maintenant de condamner la glorification du nazisme, non parce qu’ils aiment particulièrement les nazis, mais pour protéger la junte ukrainienne. Cette dernière a aussi refusé de condamner la glorification du nazisme, bien qu’aucun pays ou groupe ethnique n’ait jamais souffert du nazisme autant que les Ukrainiens. C’est là pour la junte non seulement se moquer des principes et valeurs qu’elle prétend mettre en avant, mais c’est aussi, de la manière la plus obscène, manquer de respect envers les millions d’Ukrainiens tués par les nazis.

De tout cela, il ressort au moins quelque chose de positif : de façon limpide et sans équivoque, cela montre à quel point les élites occidentales détestent la Russie, à tel point que cette haine éclipse toute autre considération ou valeur.


Le Koala symbole de la bouffonerie des Occidentaux au G20 de Brisbane, accroché à l a jambe de Poutine 
 
 
Le Koala, symbole de la bouffonerie des Occidentaux au G20 de Brisbane, accroché à la jambe de Poutine


Le dégoût russe
Ces derniers jours, ces dernières semaines même, j’ai vu de plus en plus de signes d’un dégoût profond de la part des Russes à l’endroit de l’Occident. Si, par le passé, les diplomates et politiciens russes essayaient de rester polis, ils ne se gênent plus pour exprimer leur dégoût. Par exemple, ils affirment maintenant ouvertement que l’Europe n’a pas de politique étrangère ni d’opinion, qu’elle n’est qu’une colonie servile des USA. Quant à ces derniers, les Russes disent aujourd’hui sans se gêner que toute cette crise ukrainienne n’est qu’un prétexte et que l’objectif des USA est uniquement de soumettre la Russie. C’est d’ailleurs ce qu’a affirmé Poutine la semaine dernière, en ajoutant que personne n’avait réussi à soumettre la Russie et que les USA n’y parviendraient pas non plus. Ce ne sont pas seulement des paroles, car la Russie a d’ores et déjà annoncé qu’elle allait boycotter le Sommet sur la sécurité nucléaire de 2016. C’est ce qu’on a appris [1]lorsque les Russes ont informé les autres participants que la Russie ne participerait pas aux travaux préparatoires du Sommet.

Sergueï Lavrov a également prononcé un discours remarquable aujourd’hui, mais comme le pitoyable site Web du ministère des Affaires étrangères russe ne se donne même pas la peine de proposer une traduction le jour même, il va falloir attendre avant que je l’affiche sur ce blog.




Le Saker
 


Source : the US, Canada and the Ukraine refuse to condemn the heroization of Nazism, The Vineyard of the Saker, 22-11-2014

Traduit par Daniel pour vineyardsaker.fr

Note
[1] СМИ сообщили о решении России бойкотировать саммит по ядерной безопасности, Interfax, 05-11-2014

lundi 17 novembre 2014

Réaction de la JTF sur la dernière péripétie d'Alain Soral (Binti Makaveli)

Message très rapide :

Je viens d'écouter les vidéos de Scady Adit et Dissidence d'État à propos d'une plainte judiciaire qui aurait été déposée contre Alain Soral par une jeune noire pour une offense de nature sexuelle, avec insultes racistes comme cerise sur le gâteau. J'écris cette note rapide pour dire que je suis très méfiant sur pratiquement tout dans cette histoire. Mais si ce qui est raconté devait être avéré, alors oui, ce sera la fin du soralisme.

Pour l'instant, la réponse du « mystique authentique » ici. Au moment où j'écris ces lignes, il y a un article de L'Actualité Juive sur le sujet. Je reprend également le commentaire de Kujo Jotaro à Dissidence d'État :

Pourquoi tu te tortures autant l'esprit ? Ce n'est qu'une simple histoire de fesses qui a très mal tourné, avec l'hasard du calendrier en plus.

Quant à Soral, tu es naïf, il est coutumier de ce genre de pétages de plombs à caractère raciste. Sa rixe avec Mukuna en témoigne, et même en interne ça se sait, suffit de demander à Marc-George qui peut t'en livrer des belles en guise d'exemples. Soral est certes un cérébral, mais ça reste un esprit instable, névropathe, guidé par sa bite et dont l'addiction aux opiacés (oui oui !) le rend d'autant plus fragile.

Rajout du 22 novembre 2014 :
Sur Youtube, Jazz-île Bled'Art JazzAyer suggère une manipulation du Front National en raison des attaques soraliennes contre Aymeric Chauprade et son hypothèse est tout-à-fait plausible. Dissidence d'État, lui, a tendance à croire que tout cela est préparé, voulu, ce qui est également fort possible. La StreetPress a fait paraître un article important, gracieuseté de Mathieu Molard, Une top modèle d'origine africaine accuse Alain Soral d'injures racistes.

Rajout du 23 novembre 2014 :
Une excellente capsule-Youtube sur le sujet, Alain Soral VS Jo Dalton, par San Sanchez. Également, pour l'aperçu des documents incriminants, la vidéo Mysoginoire : une femme noire comparée à une femelle gorille (16ième minute) de Shame on B. World Connection. Ce dernier donne ses liens-internet dans la note accompagnant la capsule.

Rajout du 23 novembre 2014 :
Scady Adit vient de faire paraître une vidéo, Olivier Mukuna, Dieudo et la cause noire, sur les derniers évènements de la sphère soralienne. Ayant déjà publié les deux parties précédentes de L'affaire Olivier Mukuna contre Alain Soral sur une même page, la Jérusalem des Terres Froides aimerait tout particulièrement entendre aujourd'hui la réaction du journaliste belge. L'auteur de ces lignes aimerait savoir s'il avait vu juste avec son hypothèse sur pourquoi Soral a-t-il éclaté en sanglots devant Dieudonné, hypothèse qui s'est même discuté aux États-Unis en commentaire d'un article d'un site white supremacist, le Occidental Observer (article qui a été mentionné par Égalité et Réconciliation sous le titre très pompeux Alain Soral à l'honneur outre-Atlantique). Le commentaire de « Natroy » (4 juillet 2014) est reproduit ici :

Alain Soral often brands himself a “nationalist”, but this is clearly an abusive word: indeed, while he is opposed to what he calls “institutional antiracism” and to mass immigration, he has also explicitely stated that he is an aracialist (or non-racialist if you will); it would be far more suitable for him to be characterised as a Jew-wise sovereignist.
I think an important remark should be made about Alain Soral: actually, he has already made some “racially incorrect” remarks in the past, some in his books (see here), and some verbally, the latter including an “incident” with Olivier Mukuna, a Belgian of African descent.
According to Olivier Mukuna in an open letter (see here), he heard Alain Soral state that “Dieudonné’s subversive aspect is his white side.”, which greatly displeased Mukuna (who, as you can tell by reading the whole letter, is quite an aggressive black ethnocentrist); when he confronted Soral about a host of claims he made about Mukuna, the latter allegedly burst into tears (see here).
I read an ex-supporter of Soral’s, who has become disillusioned with him, hypothesising that during the confrontation, Dieudonné asked Soral whether he really said the sentence about his “white side”, and this would be the cause of Soral’s breakdown because this would have made him realise he then might have lost everything, since Dieudonné is a necessary lever for his own success (see here).
I can’t tell whether this is correct or not, but this sure is an interesting explanation, and even it is not, this underlines something about Soral’s “official”/“public” discourse: he is dependent on avoiding racialism not to lose his audience
I, for one, view Alain Soral as an interesting gateway towards consequential right-wing nationalism, despite some nerve-wracking claims. You could archly say that he is a “useful idiot”, since he prides himself on being a Marxist (a heterodox one admittedly, but still a Marxist). ;)
———-
fnn :
In terms of popular influence, the closest comparable anti-Regime personality in the Anglosphere is Alex Jones.
Beware of Alex Jones: he is clearly a disinformation agent working for the Jews. Just look at who is behind him financially speaking, or his obvious ridiculing of true dissidents and sabotaging of genuine events (e.g. his infamous disturbing shouting in a megaphone at a pro-gun rally).

Rajout du 25 novembre 2014 :
Jazz-île Bled'Art JazzAyer a sorti une nouvelle capsule-vidéo sur Dieudonné dans cette affaire Soral-Binti : Dieudonné sort de son silence sur l'affaire Soral Binti Racisme ou sketch ?avec humour c'est fini

Rajout du 25 novembre 2014 :
Le site Linternaute a consacré un article sur le sujet : Alain Soral : des photos de nu sur internet et une plainte d'une ex-amie

Rajout du 26 novembre 2014 :
Puisque cette « réaction » est devenue un babillard des dernières actualités soraliennes (cette page est énormément visité depuis sa parution, déjà en sixième position du top 10 maison), la dernière vidéo de Scady Adit : Malcolm X répond à Soral et aux musulmans Soralien

Rajout du 26 novembre 2014 :
Et voici le grand coup qui annonce le déchirement de la « dissidence », Salim Laïbi lance le premier webisode de sa « Soraloscopie ». Le « bon docteur » a tout-à-fait raison de qualifier le soralisme de secte, encore que lui-même dans sa « chasse au saTÂNisme », avec son golem Laurent Glauzy, fait également dans l'élaboration d'une secte. L'arracheur de dents pourra dire ce qu'il voudra, son Fiat Lux est bel et bien copié sur le modèle soralien et sa « kontre-kulture ». L' « équipe » de la Jérusalem des Terres Froides en profite pour signaler que depuis la rupture Laïbi-Soral, il y a une hausse importante de la fréquentation des quatre principaux articles-maison concernant le bouffe MacDo, à savoir Le « satanisme » reproché à Jean-Paul Bourre par « le bon docteur Laïbi », L'effroyable imposture « frankiste » de Salim Laïbi, L'effroyable imposture « sabbataïste » de Salim Laïbi et « L'Œil qui voit tout » dans le triangle : René Guénon désavoue Salim Laïbi

Rajout du 29 novembre 2014 :
Il y a à présent beaucoup de réactions sur les derniers évènements de la sphère soralienne. Ceux à qui Soral s'en est prit comme Salim Laïbi et Laurent Louis lui réponde. Dissidence d'État a réagi à trois reprises (1, 2, 3) dont deux sur la « Soraloscopie » du dentiste en guerre contre les « mages noirs frankistes-maçonniques », en insistant toujours sur l'idée que tout cela a été pensé d'avance, calculé. Franchement, votre serviteur a beau rester méfiant, il trouve difficile de pousser le conspirationnisme aussi loin que le chroniqueur Youtube. Encore qu'il est vrai que dans son premier webisode, Laïbi épargne complètement Dieudonné.

Pour ce qui est de l' « affaire Soral-Binti », nous avons maintenant la possibilité d'entendre la version de la mademoiselle :  Intervieuw complète de Binti sur Alain Soral (gracieuseté sur Youtube de Systémique Belgique).. Ici aussi, d'affirmer que tout est calculé par Soral et ceux pour qui il travaille ne semble pas être une hypothèse tenable à l'auteur de ces lignes. Et il est bien écrit ici HYPOTHÈSE et non THÉORIE car Dissidence d'État ne fait pas des « théories » (qui sont des concepts scientifiques sérieux basés sur des hypothèses vérifiés, comme la théorie de la gravité ou celle de la relativité, d'où la racine grecque theos, dieu, comme dans « théologie ») mais bien des « hypothèses », basés sur des observations personnelles, tout aussi intéressantes et pertinentes soient-elles (la distinction entre les deux termes a déjà été abordé ici l'article sur Marion Sigaut lors de son délire Templiers).

Après avoir entendu l'entrevue, où Binti avait l'air honnête et où son propos semblait juste et cohérent, il est bien difficile à l' « équipe » de la JTF de conserver l'hypothèse que cette mannequin soit une « hirondelle » des services secrets français via le Front National et le « frère la truelle » Chauprade, comme quelques uns l'ont suggéré. Tout donne l'impression qu'il s'agit simplement du « Soral-hors-caméra » comme nous l'avait déjà dit Olivier Mukuna (ce qui nous ramène au commentaire de Kujo Jotaro cité précédemment). Et puisque les services secrets ont été cités, pour ce qui est des relations possibles entre Soral et eux, la position de ce blog est la suivante : La JTF ne crois pas que Soral soit lié directement aux services secrets français, encore que ces derniers ont sûrement gardé un oeil sur lui. Tant qu'ils trouvaient quelque chose d'utile à ses frasques, ils l'ont laissé faire et peut-être lui ont-ils donné un petit coup de pouce discret à l'occasion, voire à son insu, mais sans plus. « On » connaît les antécédents dépressifs du gars, « on » connaît ses comportements dans telle ou telle situation, et s'il n'est plus à notre avantage pour une raison ou une autre, « on » intervient juste là où il faut, toujours très discrètement, et le tour est joué. Mais dans ce cas-ci de Binti Makaveli, l'auteur de ces lignes laisse de côté l'hypothèse du « honey trap », sauf s'il y a de nouveaux éléments probants qui s'ajoutent au dossier.

Rajout du 30 novembre 2014 :
La popularité de cet article se maintient. Il est en voie de prendre la cinquième place contre le Coup de gueule : Alain Soral (3). Pour lui donner davantage de visibilité, l'auteur de ces lignes a profité de son poste « de Garde » aux 7 du Québec pour y en faire une copie, qui cependant ne sera pas mise-à-jour comme ici. Mais déjà, 24 heures après sa parution, l'article L'affaire Alain Soral - Binti Makaveli, la fin du « grand sheikh chauve » ? est bon premier et il y a de fortes chances qu'il se maintienne en tête ces prochains jours.

Maintenant qu'il est de plus en plus avéré que Soral a eu une attitude imbécile envers Binti, d'autres membres de la sphère soralienne qui tiennent à conserver une aura de respectabilité se sentent obligés de se distancier de lui. Dans un article intitulé Chouard et Soral troublent le mouvement de Mélenchon, Rue 89 - Nouvel Observateur nous informe qu'Étienne Chouard « a finalement tenu à s'exprimer, vendredi, sur son rapport avec Alain Soral, notamment sur le lien hypertexte qu'il faisait encore récemment sur son blog vers le site « Égalité et Réconciliation » de Soral ». La JTF se demande comment se fait-il que Chouard n'ait pas remarqué le caractère résolument anti-démocratique de la présidence d'Égalité et Réconciliation. Une remarque avait déjà été faite à ce sujet ici le 25 février 2013, Le tirage au sort pour la présidence d'Égalité et Réconciliation.

Sur Youtube, Scady Adit se lâche sur Dieudonné, Soral et le reste de la bande avec sa dernière vidéo, DISSIDENCE DÉGAGE !! (Dieudonné, Soral etc...). La JTF appui ses propos lorsque le chroniqueur s'en prend aux trolls soraliens et leurs pluies d'insultes. Leur attitude incroyablement idolâtre et violente, qui maintenant est convenu d'appeler le « sadisme soralien », était la conclusion du premier Coup de gueule. Tous ceux qui ont eu un jour ou l'autre à s'opposer à Soral sur le ouèbe en ont fait l'expérience. Pas étonnant qu'il y ait autant de gens aujourd'hui qui réjouissent à le voir ainsi sombrer.

D'autres profitent de la vague pour faire passer leur propre message à Soral. On se souvient qu'à sa chronique « L'antisémite du mois », le « sociologue-boxeur » avait repris et détourné le discours contre les scribes et pharisiens hypocrites de l'Évangile selon Mathieu. Jérôme Pastier lui répond très efficacement dans deux capsules-vidéos très semblables l'une à l'autre de 5 minutes chacune, Soral dit que Jésus était antisémite et Soral veut utiliser Jésus pour justifier son antisémitisme.

Rajout du 6 décembre 2014 :
Salim Laïbi a fait paraître la seconde partie de sa « Soraloscopie » et Soral a fait paraître une réponse qui rassemble toutes les dernières affaires : Farida Belghoul, Salim Laïbi, Binti Makaveli. Au moment où ces lignes sont rédigées, votre serviteur n'a pas visionné la vidéo du « grand sheikh chauve » et il n'est pas assuré qu'il le fasse. Il est déjà surprenant que la JTF installe un nouvel ajout, il était envisagé de passer à autre chose. Mais la popularité de cet article ne s'est pas démentie, il est à présent en cinquième place dans le top 10 maison, prenant la place du troisième Coup de gueule. « L'équipe éditoriale » de ce blog en profite au passage pour remercier Niooz.fr pour le relai de son travail. Cela a fait une grande différence dans le nombre de visites du site et tout particulièrement pour l'article présent. La JTF est honorée d'être considérée comme partie prenante de la « presse libre », bien qu'elle éprouve un petit malaise à être répertoriée aux côtés d'Égalité et Réconciliation et de LeLibrePenseur.org. Encore qu'elle est également aux côtés de Mondialisation.ca.

Aux 7 du Québec également il y a eu un grand succès. Dans le temps d'une semaine, L'affaire Alain Soral-Binti Makaveli, la fin du grand sheikh chauve est déjà l'article le plus consulté des six derniers mois (en excluant la Home Page / Archives et la Nouvelle présentation). Sur l'année complète, il est en huitième position (excluant les deux précités et l'Accueil). Votre serviteur savait bien que les déboires du « mystique authentique » allait susciter beaucoup de curiosité mais pas au point où nous en sommes rendu en ce premier samedi du mois de décembre 2014.

Un mot sur la « Soraloscopie » laïbienne : bien qu'il y ait des propos fort justes contre « Poupeto », le « travail » du Marseillais arrache-dents est lamentable. D'abord, dans son premier volet, Laïbi n'apporte rien de nouveau au front d'opposition au soralisme. Tout ce qu'il y raconte était déjà connu, et même parfois de la bouche-même du principal concerné. C'est sûr que l'énumération rapide et alignée de toutes les frasques du « dissident » forme un tableau saisissant, mais c'est tout. En écoutant ce premier webisode, la réflexion qui est venue à l'esprit de votre serviteur fut : « Toi, Salim Laïbi, tu as enduré tout ça pendant des années sans jamais en dire un mot ? C'est seulement maintenant, à présent que tu estimes que ton Fiat Lux est assez mature pour prendre sa propre autonomie, que tu réalise quel genre de personnage est « l'homme de la pudeur du Nord » ? ». Et le responsable de la JTF n'est pas le seul à s'être fait cette réflexion : sans mentionner la version laïbienne de Kontre-Kulture, c'est aussi un peu le constat qu'en fait Dissidence d'État dans sa vidéo Si Soral est un malade mental, pourquoi la dissidence l'a suivit durant 9 ans ?. Ceci dit, on sait par Laurent James que ça faisait au moins cinq ans que le gros Marseillais anti-saTÂNisme se gardait un couteau à planter dans le dos du « maître du logos ». En 2009, dans une conversation téléphonique avec l'obsédé de l' « eurasisme », Laïbi lui confiait que « Soral n'est qu'une étape pour lui » et que celui-ci n'était « qu'un queutard qui ne pourra jamais se faire soigner ». C'est ce qui arrive au royaume des opportunistes-arrivistes à tout crin.

Après l'écoute de la seconde partie de la « Soraloscopie », l' « équipe » de la JTF s'est demandée s'il n'y avait pas lieu de réécrire quelque peu ou du moins de mettre à jour certains de ses articles à charge contre le guénolâtre grotesque, surtout L'effroyable imposture « sabbataïste » où il est fait mention des six dogmes soraliens sur le judaïsme auquel Laïbi n'a pas le droit de se dérober. Mais à bien y penser, à part le fait que les lecteurs doivent garder à l'esprit que ces articles ont été écrits avant la sortie actuelle du bouffe-MacDo, ils conservent toute leur pertinence. D'autant plus que s'il a changé de position par rapport à Soral, sa position envers les Juifs reste la même (voir sur ce site La judéophobie manifeste de Salim Laïbi). Le kabyle pourra rétorquer qu'il n'a jamais été le « lieutenant de Soral », son attitude de lèche-cul entre 2009 et 2014 démontre le contraire. Il semble que ce soit un pattern récurrent chez lui : en mal de popularité et d'un public, on se souvient qu'au milieu de la première décennie des années 2000, Laïbi s'était offert pour être le lieutenant-ouèbe de Marc-Édouard Nabe. C'est à cette époque, selon les dires de son ancien compagnon Laurent James, que le « libre penseur » se faisait passer pour une « webmastrice », avant de planter un couteau dans le dos de l'écrivain comme il le fait aujourd'hui contre le « sociologue-boxeur ». De même avec James, où après avoir défendu son théâtre « catharsis » très particulier en 2011 (voir l'article Le décès de Sylvie Simon, Laurent James et le double-standard zozotérique de Salim Laïbi), il a fait un retournement à 180 degrés pour ensuite lui reprocher précisément ce même « théâtre cathartique ». Que les collaborateurs du responsable de Fiat Lux comme Pierre Dortiguier et Laurent Glauzy en prennent note, ils pourraient un jour eux aussi faire les frais de cette manie du guénolâtre anti-maçons.

Malgré la reconnaissance que « Soral est une étape » en 2009, ce qui est déjà un aveu en lui-même, Laïbi se défend de ne jamais avoir servi la soupe à Soral mais Charles Tremblay se souvient de l'avoir vu accourir pour le défendre bec et ongles, d'une manière tout autant opportuniste que lèche-cul. Outre la « Naboscopie » qui profitait autant à « Pattes de poule » qu'à l'obèse sémite, lorsque Soral s'est mis à délirer en 2011 sur les « antisionistes belges qui veulent empêcher la diffusion de Comprendre l'Empire dans leur pays » (Bricmont, Chichah et surtout le « coco » du PTB Michel Collon), le gros zozotérique anti-saTÂNisme s'est dépêché à faire sa propre vidéo sur le sujet (vidéo qui avait été mentionné à L'effroyable imposture « sabbataïste » et dont la page consacrée d'E&R a été retirée depuis). Ça faisait royalement têteux, merci. Et ce qui est marrant quand les Soral et les Laïbi s'en prennent aux « rouges » comme Michel Collon, ils sont toujours obligé de l'épargner un peu parce que pour leur relais de l'actualité internationale, ils ont besoin de lui. La connaissance approfondie de l'actualité internationale a toujours été la force de ces vilains « stals » (internationalisme oblige) et pour pouvoir prétendre faire eux-aussi de la « presse alternative d'actualités du monde », les Soral et les Laïbi sont obligés en quelque sorte de s'en remettre à eux. C'est pourquoi dans sa charge contre Collon (celui contre qui les attaques soraliennes ont été les plus virulentes), Laïbi est obligé de dire « lorsqu'il parle du Vénézuala de Chavez, ça va, pas de problème » et c'est pourquoi également le site Investig'action n'a jamais été retiré de la liste des « sites amis » d' Égalité et Réconciliation, même au plus fort de la tempête, alors qu'en temps normal Soral est très prompt à virer quelqu'un quand ça ne fait pas son affaire. Sans oublier tous ces hommes politiques dans le coin haut-gauche de la page d'accueil d'E&R, à quelques exceptions près tous des « rouges », surtout le « stal » notoire Ernesto Che Guevara, qui avait lu et intégré dans sa pensée personnelle les écrits du Georgien comme Les principes du léninisme ou encore Le vertige du succès.

La Jérusalem des Terres Froides s'arrête ici pour le moment, il est temps d'aller manger. Mais « l'équipe » vous reviendra vite, elle n'a pas fini avec ses réactions de l'actualité récente du soralisme.

Rajout du 6 décembre 2014 :
Après avoir mangé et après avoir écouté une première partie de la vidéo-réponse de Soral, il est réalisé que ce rajout sera assurément le dernier. L'idée de cet article à l'origine était de réagir rapidement et brièvement à une nouvelle qui venait d'être su, sur une affaire qui au final prend de moins en moins d'importance au profit d'une autre, beaucoup plus significative, celle de la guerre ouverte entre Alain Soral et Salim Laïbi. Dissidence d'État et Scady Adit ont tout deux fait paraître leur réaction à la réplique du grand chauve, Amour, gloire et dissidence : Alain Soral VS LLP - bien joué Soral et Soral a raison ? # Soraloscopie # Dieudonné # LLP. Sur le cas Binti, les deux considèrent toujours qu'il s'agit d'un coup monté. Peut-être le responsable de ce site est-il un grand naïf mais en toute honnêteté, il lui est impossible d'aller aussi loin qu'eux dans cette hypothèse. Sans aller jusqu'à affirmer que Soral nous dit la vérité, après l'avoir écouté et avoir écouté précedemment l'entrevue de la mannequin, il est bien difficile à la JTF de croire qu'il s'agit réellement ici d'une machination, que ce soit « l'hirondelle franc-maçonnique » ou « le calcul du grand génie de la manipulation Soral ». Par contre, que Soral ait vu sa vie sexuelle être jetée en pâturage par les massmédias et les sionistes, alors là oui, c'est vrai, c'est même logique, mais il est bien mal placé pour s'en plaindre vu le nombre de fois où il a lui-même attaqué d'autres personnes via leur vie sexuelle.

Dissidence d'État est enthousiasmé par l'efficacité de la réponse de Soral, d'où le titre de sa vidéo. Sans être dans la même intensité que celui-ci, il faut reconnaître que « AS » sait beaucoup mieux comment s'y prendre que le « LLP ». Malgré la lourde manipulation évidente pour un averti comme votre serviteur, reste qu'il y a des vérités dans le propos de Soral.  Lorsqu'il dit en dernière partie que la « dissidence 2.0 », c'est lui qui l'a créé, en visant ainsi tout spécialement le Marseillais, il a raison. Ou du moins, dans des cas comme celui de Laïbi, Soral a raison et qu'il le veuille ou non, le « chasse-saTÂNistes » est son obligé et restera toujours connu comme étant le « lieutenant de Soral », au mieux « l'ex-lieutenant ». Aussi longtemps que durera son Fiat Lux, Laïbi sera bien obligé de reconnaître que c'est bel et bien Soral et sa Kontre-Kulture qui en est le modèle d'origine.

Quand à Scady Adit, il faut écouter sa vidéo pour y savourer toutes les incohérences que son auteur a retrouvé dans le discours de Soral. Tout particulièrement quand il affirme que la véritable philosophie du concerné est plutôt « Droite du travail et gauche des valeurs ». Ce qui n'est que trop vrai quand on connaît la manie du personnage à donner des ordres et « punir » son entourage.

Votre serviteur doit maintenant revenir à sa vie normale et il s'arrête ici. Mais il reviendra bientôt : Salim Laïbi a évoqué Christian Bouchet et Aleister Crowley dans son deuxième webisode, et il est impossible à la JTF de rester indifférente sur le sujet. Terminons ici avec un copié-collé issu dela page « brésilienne » d'E&R, où un troll zozotérique reprochait à Soral la présence de Bouchet dans son entourage. À ce commentaire de « prphl65 » (# 967229) :

Bonjour à tous.
J’ai lu "comprendre l’empire", et je suis d’accord sur le principe de réconciliation.
Cependant, étant novice dans "la dissidence", j’ai quelques questions sur l’action d’Alain Soral car j’ai l’impression qu’il ne va pas "jusqu’au fond du problème". Peut-être quelqu’un pourra m’éclairer.
1. Pourquoi Alain Soral fait-il la promotion d’Alexandre Douguine, soit-disant idéologue de Poutine, mais surtout adepte de l’occulte et du satanisme (voir sur youtube sa lecture des textes "Mémoire d’Aleister Crowley" 1994, et sa participation à Politica Hermetica-Wikipedia), et ami des sionistes d’extrême droite tels que Leo Guez, Mordékhai Chriqui et Avigdor Eskin (voir leur réunion au Centre kabbaliste Tikoun Olam le 9 janvier 2011) ?
2. Pourquoi Alain Soral accepte-t-il que Christian Bouchet écrive régulièrement sur E&R (18 articles), alors que Christian Bouchet est (re)connu pour être franc-maçon, adepte de l’occulte et du satanisme (voir ses 10 livres sur babelio.com, entre autres Wicca, B.A.-B.A. de l’occultisme, Aleister Crowley, etc.) ?
3. Pourquoi Alain Soral ne va-t-il pas explorer les organisations se trouvant derrière la franc-maçonnerie ? Le monde ne s’arrête pas aux sionistes et aux francs-maçons. Il y a bien plus derrière (lire Laurent Glauzy, Pierre Hillard, William Guy Carr, Johan Livernette, et bien d’autres encore).
4. Pourquoi Alain Soral n’explique pas comment faire pour renverser ces mouvements, ni n’explore encore plus les liens entre pédophilie, satanisme, franc-maçonnerie, kaballe et haute société ? Pourquoi n’ose-t-il pas ? Que sait-il pour ne pas aller dans cette direction et qu’est-ce qui lie Soral, Douguine et Bouchet ?
J’ai l’impression qu’il manque une pièce... Est-ce que la dissidence est canalisée ?
Amitiés à tous, et que l’avenir préserve les hommes de bonne volonté.

Christian Bouchet lui a répondu ainsi (# 971499) :

Il est toujours plaisant de lire les pseudos "novices" (en fait des vieux routiers de la diffamation sur le net, qui n’ont bien sur pas le courage de s’afficher sous leur nom véritable).
La bonne question à poser, en réplique à cet individu est aussi un pourquoi, mais un pourquoi bien différent.
Pourquoi tant de connerie ? Pourquoi tant de (fausse) ignorance ? Pourquoi citer comme référence des individus qui justement n’en sont pas (sauf à vouloir se ridiculiser, personne ne peut citer comme source Glauzy ou Livernette) ?
Sur le fond, ce n’est même pas la peine de répondre tant les accusations sont grotesques et en disent long sur le paysage mental de leur auteur...
Oui, Soral tenu par les satanistes Douguine et Bouchet, c’est à mourir de rire !
Christian Bouchet

Dernier et ultime rajout (6 décembre 2014) :
Soral a mentionné 16  fois Dieudonné dans les 56 minutes de sa vidéo.

samedi 15 novembre 2014

Réconciliation Nationale : Alain Soral et Dieudonné M'Bala M'Bala devancés par Franck Abed

Dans la page Google actualités personnalisée de votre serviteur, il y a la rubrique « Alain Soral » pour voir ce qui peut être dit de lui dans les massmédias. Et aujourd'hui, surprise : Franck Abed annonce que les deux comparses, Soral et Dieudonné, ne pourront pas utiliser l'appellation « Réconciliation Nationale » pour un futur parti politique car il l'a déjà fait enregistrer à son nom à l'INPI (voir : Franck Abed glisse une quenelle à Alain Soral et Dieudonné, sur le site des Nouvelles de France). « L'équipe » de la JTF est allée vérifier elle-même l'information sur le site officiel de l'INPI et oui, c'est vrai, « Réconciliation Nationale » est enregistré aux noms de Marc Boutellier, Franck Abed et Lionel Acher (no.3441600). Vous pouvez le constater par vous-même ici. C'est quand même incroyable que « le maître du logos » ne se soit pas donné la peine de faire cette vérification qui a pris quelques secondes à l'auteur de ces lignes.

Ceci, avec « l'affaire Belghoul » et maintenant Salim Laïbi qui se propose de réaliser une série de vidéos « Soraloscopie » dans la même lignée que sa « Naboscopie », confirment davantage l'idée que la « dissidence » est en train de se dissoudre.

vendredi 14 novembre 2014

Avis à l'auditoire de Salim Laïbi : Oui, le « satanisme » peut être un épouvantail utilisé par les élites mondialistes

Avec la débandade progressive de la « dissidence » soralienne, la Jérusalem des Terres Froides a décidé de lancer une nouvelle petite pointe contre Salim Laïbi et tous les zozotériques obsédés de « saTÂNisme ». Il s'agit d'un nouvel article reçu par Info-Secte qui parle de l'utilisation d'histoires de sorcellerie, de magie noire et de satanisme comme intox par l'intelligence militaire britannique pendant les troubles en Irlande du Nord dans les années 70. Votre serviteur présente cet article (qui est le recensement d'une nouvelle parution) pour rappeler qu'avec ses discours de « saTÂNisme », Salim Laïbi peut très bien jouer le jeu des élites mondialistes sous couvert de dénonciation. Surtout que la population musulmane a une prédisposition à la superstition de « magie noire démoniaque du fin fond des enfers », un peu comme la population catholique irlandaise dans le cas qui nous concerne ici. Gare à la manipulation !


---Satanic panic : how British agents stoked supernatural fears in Troubles---


Stories about black masses leaked to press in effort to link paramilitary attacks to the paranormal, study reveals


Par Henry McDonald
Correspondant d'Irlande pour le Guardian
Le 9 octobre 2014
 

British military intelligence agents in Northern Ireland used fears about demonic possessions, black masses and witchcraft as part of a psychological war against emerging armed groups in the Troubles in the 1970s, a study says.

Prof Richard Jenkins, from Sheffield University, spoke to military intelligence officers, including the head of the army’s “black operations” in Northern Ireland, Captain Colin Wallace.

Wallace told Jenkins that they deliberately stoked up a satanic panic from 1972 to 1974, even placing black candles and upside-down crucifixes in derelict buildings in some of Belfast’s war zones.

Then, army press officers leaked stories to newspapers about black masses and satanic rituals taking place from republican Ardoyne in north Belfast to the loyalist-dominated east of the city.

In Jenkins’s book, Black Magic and Bogeymen, Wallace admitted that the “psych-ops” branch of military intelligence exploited public fear of satanism stoked by films such as The Exorcist and The Devil Rides Out.

Wallace told Jenkins that by whipping up devil-worshipping paranoia, they created the idea that the emerging paramilitary movements and the murder campaigns they were engaged in had unleashed evil forces across Northern Irish society.

Wallace said his Information Policy group, based at military headquarters in Thiepval barracks, Lisburn, hit upon the idea of summoning the devil as a way to discredit paramilitary organisations.

“It was quite clear that the church, both the Roman Catholic church and the Protestant church, even for the paramilitaries, held a fair degree of influence,” Wallace said. “So we were looking for something that would be regarded with abhorrence really by the two communities, and at the same time would be something that paramilitaries couldn’t justify, and also would be in many ways seen as a reason why some of the outrages were taking place.

“That sort of degree of activity was lowering the value of human life. And so eventually it came to the point where we looked at witchcraft … Ireland was very superstitious and all we had to do was bring it up to date.”

Wallace said the manufactured hysteria was also useful in keeping younger children in at night and away from buildings that the military and police might have used for undercover surveillance.

Jenkins, a professor of sociology, said Wallace’s own religious upbringing and cultural background were behind the ideas.

“I think that Wallace and the Information Policy unit had two main objectives. First, it was to encourage a devout population to think that the Troubles had opened a door to ‘dark forces’ and to have them blame the paramilitaries by implication. The logic being: the ungodly paramilitaries caused the violence, the violence has encouraged all kinds of horrible things, ergo the devil, Satan and all that, although I don’t think that was ever going to fly.

“Second, there was the bonus of keeping people, especially teenagers and kids, off the streets at night.”

The years 1972-74 were among the bloodiest of the Troubles and a period when Northern Ireland teetered on the brink of civil war. It was also the era when Ulster loyalist paramilitary groups started carrying out ritualistic-style torture killings of Catholics and political opponents.

One of the most notorious of these was the 1973 murder of nationalist politician Paddy Wilson and his friend Irene Andrews.

Jenkins writes that military intelligence sought to create a “subtle” link in the public’s minds between these true-to-life horrors of the Troubles and something more supernaturally evil as part of its propaganda campaign.

---

Dites au Journal de Montréal que l'Union Soviétique n'existe plus depuis deux décennies !

Il y a trois jours, votre serviteur le responsable de ce site était dans une situation où il avait à attendre et où il avait à sa disposition le Journal de Montréal du jour (non payé, cela va de soi). La feuille de chou a été feuillletée pour évaluer où en était la propagande massmédiatique atlantiste et en page 37, dans le coin bas à gauche, un petit article sur les « provocations des avions russes ». En fait, il s'agissait des évènements qu'a rapporté Valentin Vasilescu le 7 novembre dernier sur le site de Mondialisation.ca, État d’alerte ? Les Russes ont testé la faiblesse aérienne des états membres de l’OTAN, mais revue à la sauce « lumineuse démocratie occidentale contre dictature barbare de l'est communiste » par une « agence » du nom de Graphic News. Le petit écart était présenté ainsi :

« Selon des analystes britanniques, les forces soviétiques seraient passées bien près d'en venir aux mains avec des soldats des pays de l'Ouest à des douzaines de reprises depuis que Moscou a annexé la Crimée. Toujours selon les experts, les deux parties risquent de perdre le contrôle de la situation ».

Jusque là, que de la bonne vieille rengaine atlantiste, comme à l'habitude de ce quotidien dont le propriétaire serait apparemment un indépendantiste (du moins, en a-t-il la prétention). Mais ce qui est marrant ici, c'est que dans ce petit quart de page, on ait pu enfiler TREIZE FOIS le mot « soviétique ». Qu'une fois à l'occasion il y ait une erreur, passe encore, mais 13 fois pour 25-30 lignes très courtes (le qualificatif « russe », lui,  n'a été utilisé qu'une fois ou deux), alors là c'est simplement grotesque et ridicule. Et après on vient nous parler de la « conscience professionnelle des journalistes » ! En fait, par l'usage répété de « soviétique », le Journal de Montréal, les « analystes britanniques » (pas tous, « des ») et Graphic News veulent réveiller en nous la vieille programmation du « péril rouge », tel qu'elle nous avait été instillée dans les années 50 à 80. Il n'y a pas ici une volonté d'approfondir la réflexion mais bien celui de susciter un vieux réflexe irrationnel au sein de la population (ce qui lui vaut sur ce site d'être rapporté au libellé « Authentique sorcellerie des élites ». Votre serviteur aura beau se remémorer cette leçon du Mahabharata qui dit que tout être humain et toute institution détiennent sa partie de la Vérité qui lui est propre, force est de constater que la part de Vérité du journal quebecorien et de ses complices est toute petite, vraiment minime.

Rajout du 15 novembre 2014 :
Le trotskyste Alexandre Lantier revient d'une façon nettement plus objective sur cette question DES analystes britannique dans son article Des dizaines d'incidents ont failli provoquer la guerre entre l'OTAN et la Russie cette année, paru sur Mondialisation.ca.

mardi 11 novembre 2014

À l'intérieur du Vaudou haïtien

La chaîne-courriel d'Info-Secte a avisé votre serviteur d'un nouvel article qui permet à la Jérusalem des Terres Froides de continuer son oeuvre de défense de la religion vaudou contre les calomnies.


---Inside Haitian Vodou---

Par Madison Smartt Bell
Paru sur le site d'Utne Reader
Septembre 2014


While there have been many works focusing on the outward manifestations of Vodou observance — hypnotic drumming and chanting, frenetic dancing and fits of spirit possession — Nan Dòmi (City Lights Books, 2013) by Mimerose Beaubrun is different. Beaubrun focuses on the internal, mystical dimension of Haitian Vodou, offering an insider’s account of its mysteries. The following excerpt comes from the preface, contributed by Madison Smartt Bell.

Since Europe (and later the United States) first became acquainted with it, Haitian Vodou has been known and popularized only through its darkest, most sinister side. The misperception is very severe; it is as if one were to promulgate a definition of Christianity based entirely on a description of Satanism. Like so many false images of its kind, this spooky picture of Vodou is based on incomprehension and fear.

The spectacular outward manifestations of Vodou observance—hypnotic drumming and chanting, which drive frenetic dancing, which itself is likely (and intended) to culminate in violent-seeming fits of spirit possession—are off-putting to the European mind and its descendants. Since Europe first began to penetrate Africa, white explorers and reporters have described such scenes under the rubric of “savage rites”—spiced with hints or outright accusations of cannibalism, the latter seldom justified by any facts whatsoever. It is a very common human habit to take alarm at anything which seems alien, and then, using rules of spiritual polarization that are by no means unique to Christianity, repel it by defining it as diabolical.

And, to be sure, these diabolical definitions have always had their political motives. The ideology of conquest and colonialism requires that the conquered and colonized be depicted as unenlightened and uncivilized and, if possible, even somewhat less than human. To justify the slave trade it is helpful to see those who are to be enslaved as unfortunate heathens in desperate need of redemption by a militant Christianity, equipped with whips and chains. For centuries, Europe used these rhetorical devices to put itself at a safe distance from Africa. Therefore, whenever a blanc (in Haitian nomenclature all non-Haitians are defined as blanc, whatever the color of their skin) encounters Vodou for the first time, the psychological reflexes of his reaction are already in place . . . and have been there for centuries. We have been well instructed to fear the strange. And yet, if Vodou is disturbing to the European mind, that is partly because, after all, it is not so strange. The tremor that Vodou makes us feel down in the older deeper roots of our brain is a pulse of atavistic memory—a response to ancient, original religious impulses which are better called “primary” than “primitive.” So when the misik rasin group Boukan Ginen sings

Lafrik, Lafrik maman nou
Lafrik, Lafrik papa nou
Lafrika, se ou ki wa….
(Africa, Africa is our mother
Africa, Africa is our father
Africa it’s you who are king….)

they are singing to those of us of European descent as much as to themselves. Lafrik se lakay tou nèg. In Haitian parlance, nèg means not “black” but “human being”; the “blanc” is distanced as a potentially monstrous alien. Since all humankind originally evolved out of Africa, then inevitably, Africa is the home of all human beings.

The Spanish priest Bartolomé de Las Casas, who was among many other things a sort of ur–liberation theologian, was not alone in suggesting that Africans be transported to Hispaniola, to replace the native Taino people whom the conquistadors had almost completely exterminated by slave labor. Las Casas had seen a population of over a million Taino reduced—in a mere thirty years—to less than ten thousand. He was wrong to hope that the substitution of Africans for Indians might save the remnant of the latter, who after all did not survive. But his disappointed hope helped turn the trickle of African slaves toward the New World into a flood.

Today’s Haiti, the western third of the island of Hispaniola, was ceded by Spain to France in the Treaty of Ryswick in 1697. French Saint Domingue, as the colony was known, soon became the most important producer of sugar and coffee in the whole Western Hemisphere—France’s richest overseas possession by far. The wealth was created by African slaves; when the French Revolution erupted in 1789, they numbered about half a million. The conditions of slavery in Saint Domingue were extraordinarily harsh—slaves who were not literally worked to death were inclined to commit suicide—to the point that the slave population came nowhere near reproducing itself. Between 1784 and 1790 some two hundred and twenty thousand slaves were imported to the colony—merely to maintain a stable workforce. In 1791, when the Haitian Revolution broke out, two-thirds of Saint Domingue’s slaves had in fact been born in Africa.

Most were shipped from the West African coast, out of the kingdoms of Benin and Dahomey. They came from many different cultures and tribes: Senegalese, Yolof, Bambara, Mandingo, Arada, Ibo, Nago and Kongo—to mention only a few. The languages of these different groups were for the most part mutually unintelligible. Their religions, though different in detail, shared common fundamentals. The white land- and slave-owners, outnumbered by their chattel by a factor of twelve to one, made some effort to jumble slaves from different tribes, to make it more difficult for them to whisper among themselves or plot against their masters. At the same time, some means of communicating with all the slaves was necessary. The lingua franca of the colony was a patois described by a twentieth-century manual as what one would expect to evolve from requiring half a million Africans to learn French by listening to it but without being told any of the rules.
In theory, the French colonists were meant to bring their slaves into the fold of the Catholic Church, but in fact the evangelical program was fairly weak, especially after the Jesuit order was expelled from Saint Domingue on suspicion of excessive sympathy for the slaves. The slaves did have some exposure to Catholicism, however, and incorporated many aspects of the cult of the saints into their own beliefs and practices—which were prohibited more in theory than in fact. Slaveholders tolerated gatherings of slaves for the purpose of drumming, singing and dancing—these Calenda, as they were called, were seen as useful to release tensions that might otherwise be expressed in the slave rebellion that all the white colonists quite reasonably feared. These assemblies were officially understood as entirely secular “country dances,” though contemporary descriptions by whites reveal that at least some of the colonists knew very well that they had a religious dimension.

On August 14, 1791, a secret gathering (secret from the whites) took place in a forest called Bois Caïman on the border of the Plaine du Nord, Saint Domingue’s richest sugar-producing region. The written historical record (set down, of course by Europeans) establishes that at this meeting a general insurrection of the slaves was planned—whose outbreak, the first explosion of the Revolution that ten years later would make Haiti independent, reduced the plantations of the Plaine du Nord to ashes within the first few days. The Haitian oral tradition holds, with equal if not superior conviction, that the centerpiece of the meeting at Bois Caïman was a great Vodou ceremony in which the entire pantheon of immortal spirits was called to assist and inspire the Revolution.

Understanding of the meeting at Bois Caïman tends to split on a sharp racial and cultural fault line. For Europeans and their descendants, the most significant thing about it is the diabolical plot to raze the plantations and massacre the white population—in its entirety if possible—a plot sealed by a blood sacrifice and perhaps abetted by actual devils summoned to the scene by the powers of African sorcery. For Haitians, however the slaughter of the blancs (whom the slaves had small reason to regard as human beings like themselves) is a relatively insignificant byproduct of the event, whose real purpose was to create a Haitian national identity, complete not only with a shared revolutionary purpose but also with a common language—Haitian Kreyòl—and a common religion—Vodou. In historical reality the evolution of Kreyòl from the contact of numerous African languages with French and the coalescence of Vodou from various African religions with a common exposure to Catholicism must have taken a great deal longer to happen, but (like the Creation story from Genesis) the legend of Bois Caïman makes it happen in one instantaneous flash of an enormous spiritual power. Given the massacres that were part of the immediate practical result, it’s understandable that blancs should find this story frightening—but to Haitians, what it most resembles is the Sermon on the Mount.


Madison Smartt Bell

jeudi 6 novembre 2014

Radio-Canada : Opus Dei, non merci

Après deux mois d'absence, la Jérusalem des Terres Froides reprend brièvement du service avec un article qu'elle a reçu via la chaîne de courriels d'Info-Secte :


---Opus Dei, non merci---


Radio-Canada remercie un conférencier français à cause de ses « positions controversés »


Par Stéphane Baillargeon
Paru dans Le Devoir
Le 6 novembre 2014


La direction de Radio-Canada a mis fin à une série de conférences commandées à un consultant français après la dénonciation par des employés de certaines de ses opinions jugées réactionnaires.
 
L’expert invité, Denis Florent Cheyrouze, a par exemple commenté ainsi le 11 avril 2013 la présence des Roms en France.
 
« Notre pays se retrouve entre le marteau de l’invasion barbare et l’enclume de l’internationalisme béat », a écrit le pro de la radio sur le site Le Café philo de droite. La veille, le Musée du Louvre avait fermé avant l’heure parce que ses employés protestaient contre la présence dérangeante de bandes de jeunes pickpockets gitans.
 
« Or, je ne connais qu’une solution lorsque la pression devient trop importante de l’extérieur et que l’intérieur n’est fait que de trahisons et de lâchetés : l’explosion. Seule l’explosion citoyenne […] permettra de mettre à bas pour des décennies ces générations de collabos qui tiennent la France depuis 40 ans. […] Aux armes, citoyens ! »
 
Les employés de Radio-Canada ont aussi découvert que leur conférencier est un proche collaborateur de Robert Ménard, ex-journaliste maintenant maire de la ville de Béziers, avec le soutien du Front national. Les deux hommes ont cofondé le site de droite Boulevard Voltaire. M. Florent est également lié à l’Opus Dei, organisation de défense de l’orthodoxie catholique.
 
Le consultant Denis Florent devait tenir des « rencontres » avec les employés dans la tour montréalaise de RC du 4 au 6 novembre. Il a effectivement prononcé une conférence le mardi 4, en matinée, sur le thème « Radio et Internet : nouveaux métiers/nouvelles pratiques ». Il devait la répéter mercredi après-midi et animer un atelier en matinée. De nouvelles activités étaient prévues ce jeudi matin.
 
Les rencontres des deux derniers jours ont été annulées par un courriel laconique. « Un mot pour vous informer que malheureusement, les conférences avec Denis Florent prévues aujourd’hui et demain sont annulées », a écrit « à tous » Robert Nadeau, premier directeur, Radio nationale et Grand Montréal, ICI Radio-Canada Première. Dans le courriel de mercredi matin 11 h, il ajoute que « d’autres formations vous seront proposées prochainement ».
 
Dénonciation des liens
 
Un premier courriel du directeur Nadeau, daté du 24 octobre, annonçait l’arrivée prochaine de l’expert en déballant son CV. M. Florent participe fréquemment aux réflexions européennes sur l’avenir de la radio. Il tient un blogue sur le sujet.
 
Des employés ont découvert et dénoncé d’autres liens. Denis Florent se présente aussi souvent comme Denis Florent Cheyrouze, voire Denis Cheyrouze. Le « pure player » Rue89, lié au magazine Le Nouvel Observateur, a établi que ce Denis Florent Cheyrouze, sans en être un membre actif, est « une figure importante gravitant dans l’orbite de l’Opus Dei ».
 
Denis Florent Cheyrouze est aussi un des cofondateurs et animateurs du site Boulevard Voltaire, où il aurait lui-même écrit des tribunes contre les Femen et contre les musulmans, toujours selon Rue 89.
 
« Ce n’est qu’à l’issue de la journée d’hier [mardi] où M. Florent a démontré son expertise en la matière, que la direction a appris que celui-ci défendait publiquement des positions controversées sous le nom de Denis Cheyrouze », dit une autre note de M. Nadeau, diffusée mercredi vers 12 h 50, après les questions posées par Le Devoir.
 
Il poursuit : « En vertu du principe selon lequel Radio-Canada ne peut en aucun cas donner l’apparence d’un parti pris idéologique et considérant qu’une session de formation est un moment privilégié qui doit se partager en toute confiance, il a été immédiatement décidé de mettre un terme au programme. »
 
Il a été impossible d’obtenir des commentaires de M. Florent Cheyrouze.


Stéphane Baillargeon